Anagallis arvensis

Famille : Primulaceae

EUGENIO-2.gif
Texte © Eugenio Zanotti

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Anagallis arvensis, pimprenelle écarlate, muguet rouge, baromètre de Poorman, Primulaceae

Anagallis arvensis est une petite herbacée désormais subcosmopolite, fréquente dans les vergers, les champs cultivés, les bordures de route et généralement dans les lieux eutrophisés jusqu’à 1200 m d’altitude © G. Mazza

Le terme « Anagallis » semble avoir été inventé par Dioscorides et vient du grec « anaghelào »: « Je ris fort », car on pensait que la plante chassait la tristesse et la dépression de ceux qui ont un foie ou une rate malade ; la chercheuse Amanda Neil, du département de biologie de l’Herbarium du Texas, pense plutôt que le nom de ce genre de plantes vient du grec « ana »: encore, à nouveau, et « agàllo »: à  glorifier, à exalter, à orner. Le nom de l’espèce « arvensis » vient du latin « arvum », champ labouré, comme son habitat.

Le genre Anagallis comprend, d’après divers auteurs, 20 à 25 espèces de plantes herbacées réparties dans les zones tempérées et moyennement chaudes de divers continents du monde, notamment en Afrique, en Europe et à Madagascar. Suivant la classification classique, elles sont incluses dans la famille des Primulacées, tandis que d’après la systématique phylogénétique et morphologique la plus récente, elle a été placée dans la famille des Myrsinacées. Dans le système PAG III de 2009, la famille des Primulacées comprend également les Myrsinacées.

La Pimprenelle écarlate (Anagallis arvensis L. 1753), connue aussi sous le nom de muguet rouge, baromètre de Poorman, est originaire de la région euro-méditerranéenne, mais de nos jours l’espèce est sub-cosmopolite.

C’est une plante herbacée, glabre avec de minuscules poils glandulaires bicellulaires, généralement annuelle, rarement bisannuelle, exceptionnellement pluriannuelle. Sa racine est fusiforme, souvent tordue ; ses tiges ascendantes ou prostrées, rampantes et enracinées sur les nœuds les plus bas, ascendantes, ramifiées du bas, diffuses, à section carrée avec quatre bords aigus ou à ailes étroites, ont de 5-20 cm de long (rarement > 40 cm). Les feuilles sont sessiles, opposées ou rarement verticillées par trois, à limbe vert foncé, ovales-lancéolées (7-11 x 12-16 mm) avec une marge entière de consistance membraneuse, généralement parsemée de glandes brunes.

Les fleurs sont isolées à l’aisselle des feuilles supérieures, avec un calice en cinq parties, les lobes sont lancéolés, acuminés, membraneux sur les marges, sur des pédoncules de 1 à 3 cm à corolle pivotée, généralement rouge pâle, brique rouge, rose antique ou rose-orange formée par 5 pétales fusionnés à la base, jusqu’à 6 mm de large, se recouvrant souvent, avec 35 à 70 poils tricellulaires le long de la bordure.

Anagallis arvensis, pimprenelle écarlate, muguet rouge, baromètre de Poorman, Primulaceae

Fleurs rouges, roses ou orangées atteignant 6 mm et s’ouvrant uniquement en plein soleil. Graines toxiques © Giuseppe Mazza

Il y a cinq étamines avec des filaments poilus-glanduleux et des stigmates en forme de petit bouton. La floraison se poursuit d’avril à octobre. Les fleurs restent ouvertes seulement si elles sont atteintes par la lumière directe du soleil. Le calice est formé de segments aigus (1 x 3 mm).

Le fruit, soutenu par les pédoncules floraux recourbés vers le bas, est une capsule sphérique (pyxis) de 3-4 (< 6) mm, le style a 2 mm et le calice est accrescent (5 mm), circumsessile, contenant de (12) 20 à 35 (45) petites graines (1-1,3 mm) légèrement tricolores, mates de couleur brune ou noirâtre, rugueuses, écailleuses et papilleuses.

Cette plante, petite mais d’une grande beauté, est modérément hygrophile et acidophile, elle vit dans les garrigues, dans les jachères, dans les champs, dans les potagers, les vergers et les vignes, sur des sols parfois avec des eaux stagnantes, de la plaine à 1.200 m (rarement 1.700 m) d’altitude. C’est une plante qui se développe facilement dans les milieux eutrophisés, c’est-à-dire depuis les bords de la route et depuis les environnements perturbés proches des champs, des terres récemment remuées qui, pour les espèces synanthropes tolérantes au stress, représentent des habitats de diffusion.

Anagallis foemina est très voisine et se distingue par une corolle avec des pétales entiers ou plus ou moins dentelés, bleu clair ou bleu pâle, violacés au centre, violets au-dessous, avec des poils glandulaires rares (< 30) à la marge, principalement quadricellulaires, les feuilles ont des poils glandulaires rares ou absents, les supérieures lancéolées ; les fleurs sont sur des pédoncules de 0,8-1,2 cm, les sépales finement dentés, enveloppant complètement les bourgeons floraux. Cette espèce est plus thermophile et calcicole et se comporte comme un archéophyte.

Les propriétés toxiques des graines d’Anagallis sont connues depuis des siècles « … et on pense communément dans la populace que les petits oiseaux de nos pays empoisonnent avec les graines de ces plantes leurs petits quand ils les voient devenus esclaves de l’homme, et le font en portant les graines eux-mêmes comme nourriture dans les cages où ils sont détenus ».

Anagallis foemina, Primulaceae

Anagallis foemina est une espèce très voisine, considérée comme une sous-espèce par certains © Giuseppe Mazza

Les graines étaient également utilisées pour la pêche illégale afin d’étourdir ou d’empoisonner les poissons.

Le nom de pimpernel écarlate fut utilisé comme nom de bataille de Sir Percy Blakeney, héros du roman populaire « The Scarlet Pimpernel », écrit par la baronne Emma Orczy à l’époque de la Révolution française,

La plante entière, sauf les racines, est récoltée de juin à août pendant la floraison et rapidement séchée à l’air et de préférence à l’ombre. Elle contient deux glucosides d’une saponine   triterpéniques, deux enzymes de type primaverase, de la cyclamine, un ferment protéolytique, des flavonoïdes, des traces de cucurbitacine, des substances amères et tanniques, etc., qui lui confèrent des propriétés expectorantes.

Sa capacité d’augmenter la sécrétion des glandes et des muqueuses s’étend également aux sécrétions cutanées, au foie et aux reins, et convient donc également comme détergent, comme substance caustique (pour éliminer les verrues), vulnéraire et hémolytique (pour usage externe) ; diaphorétique, diurétique, cholagogue, déboucheur des canaux biliaire (en usage interne).

Il faut dire tout de suite qu’il s’agit d’une espèce à exclure de l’usage familial en raison de sa toxicité qui, pour un usage interne, peut provoquer des diarrhées, des polyuries et des tremblements. En Australie, on a signalé des cas d’empoisonnement de moutons ayant consommé des quantités importantes d’Anagallis (2% du poids de l’animal), des hémorragies rénales, du cœur et de l’estomac, une congestion pulmonaire et des anomalies hépatiques. En homéopathie, la plante est utilisée pour traiter les exanthèmes (éruptions cutanées), les maladies hépatiques et biliaires.

Le jus frais, qui contient un ferment protéolytique, le rend efficace au moyen de compresses de gaze imbibées pour induire la cicatrisation de mauvaises plaies, d’escarres de décubitus et d’autres maladies de peau. Nous omettons les préparations basées sur cette espèce qui doivent être employées exclusivement sous contrôle médical strict.

Synonymes: Anagallis latifolia L. (1753); Anagallis caerulea L. (1759); Anagallis arvensis var. caerulea Gouan (1764); Anagallis arvensis var. phoenicea Gouan (1764); Anagallis phoenicea (Gouan) Scop. (1771); Anagallis coerulea Schreb (1771); Anagallis verticillata All. (1785); Anagallis mas Vill. (1787); Anagallis carnea Schrank (1789); Anagallis arvensisvar. phoenicea (Scop.) Baumg. (1790); Anagallis pulchella Salisb. (1796); Anagallis repens DC. (1805); Anagallis punctifoliaStokes (1812); Anagallis indica Sweet (1826); Anagallis parviflora Loisel. (1827); Anagallis arabica Duby (1844); Anagallis jacquemontii Duby (1844); Anagallis orientalis Fisch., C.A.Mey. & Avé-Lall. (1846); Anagallis arvensis subsp. caeruleaHartm. (1846); Anagallis carnosa Kit. in Kanitz (1863); Anagallis arvensis subsp. parviflora (Hoffmanns. & Link) Arcang. (1882); Anagallis arvensis subsp. platyphylla (Baudo) Batt. (1890) Anagallis arvensis subsp. latifolia (L.) Arcang. (1894); Anagallis arvensis subsp. phoenicea Vollm. (1904); Anagallis arvensis subsp. foemina (Mill.) Schinz & Thell. (1907) ; Anagallis arvensis proles micrantha (Gren.) Rouy (1908) Anagallis arvensis var. caerulea Arechav. (1909); Anagallis arvensis subsp. foemina (Mill.) Schinz & Thell. Ex Schinz & R. Keller (1909); Lysimachia arvensis var. caerulea (L.) Turland & Bergmeier (1911); Anagallis arvensis var. platyphylloides Pau (1924) ; Anagallis arvensis subsp. micrantha (Gren.) P.Fourn. (1937); Anagallis arvensis f. azurea Hyl (1945); Anagallis hadidii Chrtek & Osb.-Kos. (1986).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PRIMULACEAE cliquez ici.

  

error: Content is protected !!