Bulbophyllum falcatum

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Originaire d'Afrique tropicale, Bulbophyllum falcatum est une épiphyte insolite de petite taille © Giuseppe Mazza

Originaire d’Afrique tropicale, Bulbophyllum falcatum est une épiphyte insolite de petite taille © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Bénin, du Cameroun, du Congo, de Côte d’Ivoire, du Gabon, du Ghana, de Guinée, de Guinée Équatoriale, des Îles du Golfe de Guinée, du Kenya, du Libéria, du Nigeria, de République Centrafricaine, de République Démocratique du Congo, du Rwanda, de Sierra Leone, du Togo et de l’Ouganda où elle pousse sur les arbres des forêts humides, du niveau de la mer jusqu’à environ 1500 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs « βολβός » (bolbos) = bulbe et « φύλλον » (phyllon) = feuille, en référence aux feuilles qui poussent à l’apex des pseudobulbes ; le nom spécifique est l’adjectif latin « falcatus, a, um » = falciforme, en référence à la forme du rachis.

Noms communs : sickle-shaped leaf bulbophyllum (anglais).

Bulbophyllum falcatum (Lindl.) Rchb.f. (1861) est une espèce épiphyte assez variable à pseudobulbes oblongs-coniques, de 2 à 5,5 cm de longueur et 1,6 cm de largeur, espacés de 1-4 cm sur un rhizome rampant, pourvus à l’apex de deux feuilles oblongues-lancéolées, de 5-20 cm de longueur et 1-3 cm de largeur, de couleur vert intense et coriaces. Inflorescence de la base du pseudobulbe, sur un pédoncule long de 6-15 cm, au rachis aplati, falciforme, de 6-14 cm de longueur et 0,5-1,2 cm de largeur, de couleur verte à vert pointillé de brun pourpre, à entièrement brun pourpre, aux nombreuses petites fleurs disposées sur la ligne médiane de chaque côté et espacées entre elles de 0,4-2,5 cm. Sépale dorsal spatulé, long de 5-9 mm et large de 1-4 mm, de couleur jaune pointillée de brun pourpre extérieurement, sépales latéraux rétrofléchis ovales-triangulaires à apex pointu, longs de 3,5-6 mm et larges de 2-3 mm, de couleur blanche pointillée de pourpre, pétales oblongs à apex obtus, longs de 2-3 mm et larges de 0,2-0,8 mm, de couleur vert jaunâtre, labelle triangulaire incurvé à apex obtus, charnu, mobile, long de 1,5-3,5 mm et large à la base de 2 mm, de couleur crème pointillée de rouge foncé, et colonne longue de 1,5-2 mm.

La reproduction se fait par semis, in vitro, et par division de chaque section pourvue d’au moins 3-4 pseudobulbes.

Orchidée miniature florifère et facile à cultiver au rachis aplati caractéristique en forme de faux, nécessitant une exposition semi-ombragée, des températures moyennes-hautes, avec des minimas nocturnes hivernaux non inférieurs à 16 °C, et une humidité ambiante élevée et constante, 75-85 %. Les arrosages et les nébulisations devront être fréquents du printemps à l’automne, plus espacés en hiver, mais sans laisser sécher complétement le substrat, en utilisant de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée ; une ventilation constante est essentielle. Fertilisations mensuelles pendant la phase végétative avec des produits hydrosolubles équilibrés, contenant des oligoéléments, à la moitié de la dose indiquée sur l’emballage.

C'est une espèce assez variable à pseudobulbes oblongs-coniques, de 2-5,5 cm de longueur, pourvus à l'apex de deux feuilles oblongues-lancéolées de 5-20 cm. Les fleurs naissent sur les rachis aplatis falciformes longs de 6-14 cm et larges de 0,5-1,2 cm. Culture facile à exposition semi-ombragée, humidité élevée et température adéquate © Giuseppe Mazza

C’est une espèce assez variable à pseudobulbes oblongs-coniques, de 2-5,5 cm de longueur, pourvus à l’apex de deux feuilles oblongues-lancéolées de 5-20 cm. Les fleurs naissent sur les rachis aplatis falciformes longs de 6-14 cm et larges de 0,5-1,2 cm. Culture facile à exposition semi-ombragée, humidité élevée et température adéquate © Giuseppe Mazza

De préférence, elle sera cultivée en pots ou en paniers assez larges et bas, de manière à permettre l’expansion libre des pseudobulbes, en utilisant un substrat drainant et aéré qui peut être constitué d’écorce de calibre moyen et de fragments de charbon de bois ; en variante elle peut être montée sur troncs ou sur radeaux de liège ou de racines de fougères arborescentes. Rempotages et divisions ne seront effectués que lorsque cela est strictement nécessaire et en perturbant le moins possible l’appareil racinaire, à la reprise végétative signalée par l’émission de nouvelles racines.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Minuscules fleurs, disposées sur la ligne médiane de chaque côté à sépale dorsal spatulé jaune de 5-9 mm ponctué extérieurement de brun pourpre, sépales latéraux rétrofléchis violacés de 3,5-6 mm, pétales oblongs de 2-3 mm et labelle triangulaire incurvé à apex obtus, charnu, mobile, long de 1,5-3,5 mm © Giuseppe Mazza

Minuscules fleurs, disposées sur la ligne médiane de chaque côté à sépale dorsal spatulé jaune de 5-9 mm ponctué extérieurement de brun pourpre, sépales latéraux rétrofléchis violacés de 3,5-6 mm, pétales oblongs de 2-3 mm et labelle triangulaire incurvé à apex obtus, charnu, mobile, long de 1,5-3,5 mm © Giuseppe Mazza

Synonymes : Megaclinium falcatum Lindl. (1826) ; Megaclinium oxyodon Rchb.f. (1888) ; Phyllorchis falcata (Lindl.) Kuntze (1891) ; Phyllorkis falcata (Lindl.) Kuntze (1891) ; Bulbophyllum leptorrhachis Schltr. (1905) ; Megaclinium endotrachysKraenzl. (1905) ; Megaclinium hernirhachis Pfitzer (1908) ; Megaclinium ugandae Rolfe (1913) ; Bulbophyllum dahlemense Schltr. (1919) ; Bulbophyllum ugandae (Rolfe) De Wild. (1921).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.