Caladium bicolor


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Les inflorescences sont insignifiantes, les feuilles spectaculaires et la culture difficile © Giuseppe Mazza

Les inflorescences sont insignifiantes, les feuilles spectaculaires et la culture difficile © Giuseppe Mazza

Le Caladium bicolor (Aiton) Vent. (1801) est originaire des forêts ouvertes de l’Amérique du Sud tropicale (Brésil, Colombie, Guyane française, Guyana, Surinam et Venezuela) situées dans des zones caractérisées par une nette saisonnalité.

Le nom du genre semble être la latinisation du nom en langue malaise « kaladi ». Le nom de l’espèce vient du latin « bicolor » = bicolore, l’explication étant évidente.

Noms communs : caladio, caladium (italien), angel wings, elephant’s ear, fancy-leaf caladium, heart-of-Jesus, mother in law plant (anglais), caladium, palette de peintre (français), caladio, coraçao-de-jesus, papagaio, taja, taia, tajura, tambataja, tinhorao (portugais), alas de angel, caladio, capotillo, corazon de Jesus, manto de la reina, orejas de elefante, paleta de pintor (espagnol), Buntblatt, Buntwurz, Kaladie (allemand).

C’est une plante herbacée pérenne, rhizomateuse, caduque, aux feuilles peltées, sagittées ou cordiformes, de différentes tonalités de vert et diversement tachetées, veinées, mouchetées de rouge, de rose et de blanc, longues de 20 à 40 cm et larges de 10 à 20 cm, portées sur des pétioles charnus, longs jusqu’à environ 60 à 70 cm, partant directement des rhizomes.

Les inflorescences, assez insignifiantes et plus courtes que les feuilles, sont constituées d’un spadice long de 6 à 10 cm, rétréci dans sa partie médiane et entouré par une spathe d’une couleur blanche/jaunâtre tendant à la base vers le vert. Les fleurs sont unisexuées. Les fleurs mâles occupent la partie supérieure du spadice sur une longueur de 3 à 5 cm alors que les fleurs femelles sont regroupées dans la partie inférieure sur une longueur de 1 à 2 cm et séparées des fleurs mâles par une zone stérile d’environ 2 cm. Les fruits sont des baies de couleur blanchâtre qui contiennent de nombreuses graines. On reproduit cette plante par division des rhizomes à la fin de la période de repos en utilisant des morceaux ayant au moins deux bourgeons, au moyen de ses graines ou par micro-propagation in vitro.

Cette espèce a une grande valeur sur le plan ornemental du fait de son feuillage richement et diversement coloré. Elle peut être cultivée en permanence à l’extérieur dans les climats tropicaux et subtropicaux sur des sols riches en substances organiques, drainants, de tendance acide, maintenus constamment humides pendant la période végétative et à un emplacement partiellement ombragé et à l’abri du vent.

D'innombrables hybrides et variétés de Caladium bicolor décorent les jardins tropicaux et les intérieurs comme plantes d'appartement © Giuseppe Mazza

D’innombrables hybrides et variétés de Caladium bicolor décorent les jardins tropicaux et les intérieurs comme plantes d’appartement © Giuseppe Mazza

Ailleurs elle est cultivée comme plante annuelle. Il faut alors déterrer les tubercules en automne dès que les feuilles son tombées puis les conserver dans du sable ou tout autre matériau inerte et dans un endroit sec et ventilé, les températures ne devant pas être inférieures à 12° C. On doit éventuellement les traiter avec des fongicides afin d’éviter les risques de pourrissement et les remettre en terre au début du printemps quand les températures le permettent.

Cette espèce, et plus particulièrement ses innombrables hybrides et variétés, sont aussi depuis longtemps cultivées en pot pour la décoration des intérieurs. Il faut alors prendre soin de maintenir le substrat constamment humide pendant la période végétative et suspendre totalement les arrosages pendant la période de repos, quand la plante perd ses feuilles, pour les reprendre ensuite après la reprise végétative.

Le spadice, de 6 à 10 cm, rappelle l'appartenance à la famille des Araceae © Giuseppe Mazza

Le spadice, de 6 à 10 cm, rappelle l’appartenance à la famille des Araceae © Giuseppe Mazza

Toutes les parties de cette plante contiennent des substances toxiques, en particulier de l’oxalate de calcium, qui peuvent provoquer des réactions, parfois graves, si elles sont mâchées et ingérées.

Synonymes : Arum bicolor Aiton (1789); Arum pulchrum Salisb. (1796); Caladium poecile Schott (1832); Caladium haematostigma Kunth (1841); Caladium pallidum K. Koch & C.D. Bouché (1853); Caladium smaragdinum K. Koch & C.D. Bouché (1853); Caladium surinamense Miq. (1853); Caladium fermulum Schott (1854); Caladium marginatum K. Koch & C.D. Bouché (1854); Caladium marmoratum Mathieu ex K. Koch (1854); Caladium concolor K. Koch (1857); Caladium argyrospilum Lem. (1858); Caladium hastatum Lem. (1858); Caladium brongniartii Lem. (1858); Caladium chantinii Lem. (1858); Caladium houlletii Lem. (1858); Caladium neumanni Lem. (1858); Caladium perrieri Lem. (1858); Caladium verschaffeltii Lem. (1858); Caladium troubetzkoyi Hérincq (1858); Caladium purdieanum Schott (1859); Caladium sororium Schott (1859); Caladium spruceanum Schott (1859); Caladium vellozianum Schott (1859); Caladium barraquinii Lem. (1860); Caladium belleyenei Lem. (1860); Caladium enkeanum K. Koch (1861); Caladium laucheanum K. Koch (1861); Caladium stangeanum K. Koch (1861); Caladium devosianum Lem. (1862); Caladium macrophyllum Lem. (1862); Caladium regale Lem. (1862); Caladium lemaireanum Barraq. (1862); Caladium picturatum C. Koch (1862); Caladium porphyroneuron K. Koch (1862); Caladium mirabile Lem. (1863); Caladium bicolor fo. poecile (Schott) Engl. (1879); Caladium bicolor fo. vellozianum Engl. (1879); Arum vermitoxicum Vell. (1881); Caladium steudneriaefolium Engl. (1885); Caladium adamantinum L. Linden (1890); Caladium medio-radiatum L. Linden & Rodigas (1890); Caladium sagittatum L. Linden & Rodigas (1890); Caladium bicolor var. roseo-maculatum Engl. (1920); Caladium bicolor var. surinamense (Miq.) Engl. (1920); Cyrtospadix bicolor (Aiton) Britton & P.Wilson (1924); Caladium bicolor var. vermitoxicum (Vell. ex Kunth) Stellfeld (1950); Caladium hortulanum Birdsey (1951); Caladium × hortulanum Birdsey (1951); Caladium bicolor fo. rubicundum Stehlé (1976); Caladium bicolor fo. surinamense (Miq.) Stehlé (1976).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.