Crinum asiaticum

Famille : Amaryllidaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Crinum asiaticum

Le Crinum asiaticum est une plante sempervirente du Sud-Est asiatique qui atteint 1,2-2 m de haut avec des bulbes de 15 cm de diamètre et une pseudo-tige haute jusqu’à 50 cm. Les inflorescences sont des ombelles de 0,5-1,2m © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Assam, de l’Australie (Nouvelle-Galles du Sud, Queensland et Territoire du Nord), du Bangladesh, de Bornéo, du Cambodge, de la Chine (Anhui, Fujian, Guangdong, Guangxi, Henan, Hong Kong, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Kin-Men, Macao, Ma-tsu-Pai-Chuan, Shanghai et Zhejiang), de la Corée, des Fidji, des Philippines, du Japon, de Java, de l’Inde, des îles Andaman, Bismarck, Christmas, Cocos, Nansei-shoto, Nicobar, Norfolk, Paracels, Salomon, Spratly, du Laos, de la Malaisie, des Maldives, de l’île Maurice, des Moluques, de la Nouvelle-Calédonie, de la Nouvelle-Guinée, d’Ogosawara-shoto, des petites îles de la Sonde, de la Réunion, de l’île Rodrigues, des îles Samoa, des Seychelles, du Sri Lanka, de Sulawesi, de Sumatra, de Taïwan, de la Thaïlande, du Vanuatu et du Vietnam où elle pousse dans les forêts humides, souvent le long des rives des cours d’eau ou le long des côtes sur le sable ou parmi les mangroves.

Le nom du genre vient du grec Krinon = lys. Le nom de l’espèce est l’adjectif latin « asiaticus, a, um » = asiatique, l’explication étant évidente.

Noms communs : asiatic poison bulb, crinum lily, grand crinum, poison bulb, seashore lily, tree crinum, tree lily (anglais), luo qun dai (Chine), hama-omoto (Japon), barakanur, cindar, nagadanami, nagdowan, pindar, sudarshan, vishamandala (Inde), bakong, fete-fete, kajang-kajang (Indonésie),bakong, bawang tanah (Malaisie), agabahan, biliba (Philippines), lilua (Thaïlande), la nang, nang hoa trang (Vietnam).

Le Crinum asiaticum L. (1753) est une plante à bulbe sempervirente, assez variable, haute de 1,2 à 2 m, qui a des bulbes pouvant atteindre 15 cm de diamètre et une pseudo-tige haute jusqu’à 50 cm et recouverte par les anciennes gaines foliaires. Les feuilles sont linéaires-lancéolées avec un bord entier et un apex pointu, charnues, longues de 0,5 à 1,8 m et larges de 7 à 14 cm, de couleur vert clair et brillantes.

L’inflorescence, en forme d’ombelle, est disposée sur un scape dressé et long de 0,5 à 1,2 m et entourée à sa base par deux bractées lancéolées et membraneuses. Elle porte de 15 à 50 fleurs blanches délicatement parfumées, en particulier pendant les heures de nuit, qui s’ouvrent les unes après les autres. Elles ont  un périanthe infundibuliforme comportant un tube cylindrique vert pâle long de 4 à 7 cm, des lobes linéaires à l’apex plus ou moins pointu, recourbés, longs de 6 à 10 cm et larges de 0,6 à 1,2 cm, des filaments blancs à leur base et de couleur pourpre dans leur seconde moitié, longs de 5 à 8 cm,des anthères de couleur jaune longues de 1,2 à 2 cm et , à leur base, un style blanc puis pourpre long de 8 à 12 cm. Les fruits sont des capsules polymorphes, sous-sphériques, longues de 3 à 5,5 cm et ont un péricarpe charnu et mince de couleur vert jaunâtre. Ils contiennent de 1 à 3 graines sous-sphériques de 3 à 4 cm de long.

Crinum asiaticum

Il porte 15 à 50 fleurs blanches délicatement parfumées qui ont des lobes linéaires très voyants de 6 à 10 cm. Toutes les parties de la plante sont vénéneuses mais le bulbe et les feuilles sont utilisés dans la médecine traditionnelle © Giuseppe Mazza

On reproduit facilement cette plante en semant ses graines en surface dans un terreau riche en humus et maintenu humide à la température de 24 à 26°C, la première floraison survenant au bout de 3 ou 4 ans, par division et au moyen des petits bulbes qui sont produits à sa base.

C’est une espèce d’une grande valeur ornementale et paysagère qui est répandue, en plus de ses lieux d’origine, dans tous les pays aux climat tropical et subtropical où elle s’est souvent naturalisée. On peut également la cultiver dans les pays au climat tempéré chaud où elle peut supporter, au prix de dégâts du feuillage, à des températures descendant jusqu’à -4°C à condition qu’elles soient exceptionnelles et de très courte durée. Elle a besoin d’une exposition en plein soleil ou d’un léger ombrage et n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne les sols mais pousse le mieux dans ceux qui sont profonds, drainants, riches en substances organiques et de préférence maintenus humides bien qu’elle puisse supporter des périodes de sécheresse. Elle offre de plus une bonne résistance aux embruns et peut donc être utilisée dans des jardins situés au bord de mer.

Dans les climats moins favorables il est possible de la cultiver dans des bacs de grande capacité en la mettant  à l’abri pendant les mois les plus froids à des emplacements particulièrement bien éclairés et en utilisant un terreau organique complété par du sable dans une proportion de 30 % afin d’améliorer le drainage. Les arrosages doivent être réguliers mais on doit  laisser sécher le substrat avant de remettre de l’eau pour éviter des rétentions d’eau qui pourraient favoriser l’apparition de pourrissements en cas de basses températures. Les apports d’engrais sont à effectuer périodiquement au printemps et en été en employant un produit équilibré comportant des micro-éléments.

Toutes les parties de cette plante sont vénéneuses si elles sont ingérées et la lymphe peut causer des irritations de la peau chez les personnes les plus sensibles. Le bulbe et les feuilles sont depuis des temps reculés utilisés de différentes manières dans la médecine traditionnelle, en particulier chinoise et indienne, pour diverses pathologies.

Synonymes : Bulbine asiatica (L.) Gaertn. (1788); Crinum albiflorum Noronha (1790); Lilium pendulum Noronha (1790); Crinum bracteatum Willd. (1799); Crinum floridum Fraser ex Herb. (1820); Crinum carinifolium Stokes (1812); Crinum toxicarium Roxb. (1814); Crinum sumatranum Roxb. (1817); Crinum umbellatum Carey ex Herb. (1820); Crinum anomalum Herb. (1821); Crinum declinatum Herb. (1821); Crinum procerum Herb. & Carey (1821); Crinum brevifolium Roxb. (1824); Crinum plicatum Livingstone ex Hook. (1829); Crinum asiaticum var. declinatum Herb. (1837); Crinum rigidum Herb. (1837); Haemanthus pubescens Blanco (1837); Crinum angustifolium Herb. ex Steud. (1840); Crinum hornemannianum M.Roem. (1847); Crinum redouteanum M.Roem. (1847); Crinum macrocarpum Carey ex Kunth (1850); Crinum bancanum Kurz (1864); Crinum northianum Baker (1882); Crinum macrantherum Engl. (1886); Crinum asiaticum var. procerum (Herb. & Carey) Baker (1888); Amaryllis carnosa Hook.f. (1892); Crinum cortifolium Hallier f. (1913); Crinum macrophyllum Hallier f. (1913); Crinum rumphii Merr. (1917); Crinum zanthophyllum Hannibal (1972); Crinum woolliamsii L.S.Hannibal (1987).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des AMARYLLIDACEAE cliquez ici.

 

 

 

error: Content is protected !!