Dendrobium ritaeanum

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Dendrobium ritaeanum, Orchidaceae

Rarement cultivé, le Dendrobium ritaeanum est une orchidée miniature épiphyte aux tiges minces ramifiées des forêts sempervirentes de l’Assam, du Laos, de la Thaïlande et du Vietnam entre 500 et 1400 m d’altitude © Mazza

Cette espèce est originaire de l’Assam, du Laos, de la Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans les forêts d’arbres à feuilles persistantes entre 500 et 1400 m d’altitude.

Le nom du genre est la combinaison des substantifs grecs “δένδρον” (dendron) = arbre et “βίος”  (bios) = vie, par référence aux nombreuses espèces de ce genre qui vivent sur les arbres. Le nom de l’espèce vient de  Rita qui est le nom de la botaniste qui l’a récoltée.

Noms communs : Thach hôc, Tam Dao (Vietnam).

Le Dendrobium ritaeanum King § Pantl. (1897) est une espèce épiphyte comportant des tiges minces et ramifiées, des pseudobulbes, cylindriques à fusiformes, de 3 à 4 cm de long et 0,5 à 0,7 cm de diamètre et ayant à l’apex une seule feuille oblongue-lancéolée à l’apex subaigu, dressée, longue de 5,5 à 10 cm et large de 1,2 à 1,6 cm.

L’inflorescence est apicale et porte 1 à 2 fleurs subsessiles, de 1,2 à 1,6 cm de diamètre et de couleur jaune pâle.

Le sépale dorsal est ové-lancéolé et a un apex subaigu d’environ 7 mm de long et 3 mm de large. Les sépales latéraux sont ovés-triangulaires, falciformes, subaigus, longs d’environ 8 mm, larges de 5 mm et soudés à leur base en formant une sorte d’éperon (le mentum ou menton) conique, obtus et long d’environ 8 mm.

Les pétales sont oblongs-linéaires, dotés d’un apex obtus, longs de 6 à 7 mm et larges de 2 mm. Le labelle est trilobé, long de 1,2 à 1,5 cm, large de 0,6 à 0,7 cm et comporte des lobes latéraux courts, obtus et dressés et un lobe médian à l’apex divisé en deux lobes elliptiques et parcouru au centre par deux arêtes de couleur pourpre.

On reproduit cette plante au moyen de ses graines, in vitro, et par division, chaque élément devant en ce cas être pourvu d’au moins 3 à 4 pseudobulbes.

C’est une espèce rarement cultivée et présente presque exclusivement dans des collections spécialisées. Elle a besoin d’un emplacement situé à mi-ombre, de températures moyennes, d’une humidité élevée et d’air constamment en mouvement.

On peut la disposer sur des morceaux d’écorce ou des radeaux de liège ou bien la cultiver en pot en employant un compost drainant et aéré qui peut être constitué de morceaux d’écorce et de charbon auxquels on ajoute des matériaux inertes afin d’améliorer le drainage. Les arrosages doivent être réguliers pendant la croissance des pseudobulbes, mais en laissant le substrat sécher avant de remettre de l’eau, et plus espacés en hiver jusqu’au début de la floraison. On doit utiliser de l’eau de pluie, déminéralisée ou provenant d’osmose inversée.

Dendrobium ritaeanum, Orchidaceae

Des pseudobulbes avec une seule feuille oblongue-lancéolée et des fleurs jaunâtres, longues de 12 à 16 mm et ayant un labelle orné de deux arêtes pourpres © G. Mazza

Les divisions, les transplantations et les rempotages doivent être effectués quand apparaissent les nouvelles racines qui annoncent la reprise de la végétation.

Cette espèce est inscrite dans l’appendice II de la CITES (espèce dont le commerce est règlementé au niveau international).

Synonymes : Desmotrichum ritaeanum (King & Pantl.) Kraenzl. (1910) ; Ephemerantha ritaeana (King & Pantl.) P.F.Hunt & Summerh. (1961) ; Flickingeria ritaeana (King & Pantl.) A.D.Hawkes (1961).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!