Dendrochilum glumaceum

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 

serge.gif
Traduction en français par Serge Forestier

 

Dendrochilum glumaceum est une épiphyte tropicale à l'inflorescence incurvée de 20 à 50 cm  © G. Mazza

Dendrochilum glumaceum est une épiphyte tropicale à l'inflorescence incurvée de 20 à 50 cm © G. Mazza

L’espèce est originaire de Bornéo et des Philippines où elle croît sur les arbres ou sur les rochers entre 700 et 2000 m d’altitude.

Le nom de genre est une combinaison des mots grecs « déndron » = arbre et « cheilos » = lèvre, en référence à sa nature épiphyte et au labelle proéminent ; le nom d’espèce est le mot latin « glumaceus » = pourvu de glumes (bractées entourant l’épi de l’inflorescence des graminées).

Noms communs : hay-scented orchid, husk-like dendrochilum (anglais).

Dendrochilum glumaceum Lindl. (1841) est une espèce épiphyte ou lithophyte aux pseudo bulbes ovoïdes, rapprochés, de 1,5 à 5 cm de long et 0,5 à 1,5 cm de diamètre, pourvus d’une unique feuille oblancéolée ou elliptique, longue de 10 à 50 cm et large de 2 à 4 cm ; en l’absence de perturbations elle forme des touffes imposantes.

Les inflorescences, qui se développent en même temps que les nouveaux pseudo bulbes et les nouvelles feuilles, sont recourbées, longues de 20 à 50 cm, portant de nombreuses fleurs minuscules alternes, rapprochées, régulièrement disposées sur deux rangées, aux sépales et pétales de couleur blanc ivoire et au labelle jaune orangé, avec, à la base, des bractées lancéolées similaires à des glumes, de couleur généralement verdâtre, parfois rosée, mesurant environ 8 mm de long ; les fleurs sont agréablement parfumées.

Les sépales sont lancéolés, de 5 à 12 mm de long et 1 à 2 mm de large ; les pétales sont de forme oblongue, à l’apex pointu, de 4 à 8 mm de long et 1 à 2 mm de large ; le labelle, de couleur jaune orangé, trilobé, est long de 2 à 4 mm et large d’environ 2 mm. La reproduction se fait par semis, in vitro, et par division.

Les petites fleurs sont parfumées, blanc ivoire avec un labelle orange. Elles durent un mois © Giuseppe Mazza

Les petites fleurs sont parfumées, blanc ivoire avec un labelle orange. Elles durent un mois © Giuseppe Mazza

Espèce peu cultivée méritant une plus grande diffusion en raison de son inflorescence aux minuscules fleurs délicates, parfumées et de longue durée, environ un mois.

Durant la période végétative, au printemps et en été, elle nécessite un ombrage partiel, des températures moyennes à hautes et une humidité atmosphérique élevée, 60 à 80 %, avec des arrosages abondants et des apports réguliers d’engrais.

En hiver, la luminosité devra être élevée, voire la lumière solaire légèrement filtrée, les arrosages seront espacés, en laissant partiellement sécher le substrat, et les températures maintenues de préférence entre 15 et 20 °C ; en toutes saisons, une bonne circulation de l’air est indispensable.

Utiliser, pour les arrosages et les nébulisations, de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée, et les apports d’engrais, distribués à bon escient de façon à éviter l’accumulation de sels, seront faits de préférence avec des produits équilibrés hydrosolubles, contenant des oligoéléments, au quart de la dose recommandée sur l’emballage.

Peut être cultivée en pots ou en paniers sur un substrat drainant et aéré qui peut être constitué de fragments d’écorce de petit calibre, de charbon de bois et de sphaigne. N’appréciant pas d’être perturbée, rempotages et divisions seront effectués seulement si cela est strictement nécessaire, au moment de la reprise végétative.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Platyclinis glumacea (Lindl.) Benth. ex Hemsl. (1881); Acoridium glumaceum (Lindl.) Rolfe (1904).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.