Dillenia suffruticosa


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Dillenia suffruticosa

La Dillenia suffruticosa est un arbuste haut de 2 à 6 m originaire de l’Indonésie, de la Malaisie et de Singapour. Elle a une corolle de 8 à 10 cm et des fruits ellipsoïdes rosés comportant 7 à 9 carpelles qui s’ouvrent en offrant les graines aux oiseaux. Elle est facile à cultiver dans les jardins tropicaux comme plante ornementale et a des propriétés médicinales © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Indonésie (Kalimantan et Sumatra), de la Malaisie et de Singapour  où elle pousse dans divers habitats, en bordure des forêts, parmi les mangroves, dans des zones marécageuses, le long des rives des cours d’eau et dans le sable, depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 500 m d’altitude.

Le genre est dédié au botaniste allemand Johann Jacob Dillen (latinisé en Dillenius) (1687-1747). Le nom de l’espèce est l’adjectif latin « suffruticosus, a, um » = suffrutescent (se dit d’une plante pérenne, basse, aux branches basales lignifiées et aux branches supérieures herbacées).

Noms communs : shrubby dillenia, shrubby simpoh (anglais), simpor, simpur (Brunei), plo sbat (Cambodge), abuan, simpoh (Indonésie), simpoh air, simpor bini, simpoh gajah (Malaisie), diyapara, godapara, para (Sri Lanka), san yawa (Thaïlande).

La Dillenia suffruticosa (Griff.) Martelli (1887) est un arbuste sempervirent, haut de 2 à 6 m, aux feuilles portées sur un pétiole ailé long de 1,5 à 5 cm, simples, alternes, obovées à elliptiques avec un bord légèrement denté et des nervures latérales parallèles et saillantes en partie basse, de 15 à 35 cm de long, de 6 à 20 cm de large, coriaces, de couleur vert intense et brillantes en partie supérieure. Les inflorescences, portées sur un pédoncule long de 5 à 10 cm, sont des racèmes subterminaux en général simples, parfois composés, qui portent des fleurs hermaphrodites de 8 à 12 cm de diamètre comportant 5 sépales ovés, concaves, de 1,5 à 2 cm de long et 1 cm de large, d’abord verts puis mélangés de rose, légèrement plus grands quand il y a les fruits, persistants,  5 pétales obovés aux bords ondulés, longs de 4 à 5 cm, larges de 3 cm, de couleur jaune et de nombreuses étamines.

Les fleurs s’ouvrent en ordre successif, une à la fois, pendant une seule journée et sont principalement pollinisées par les abeilles. Les fruits sont des capsules ellipsoïdes de couleur rosée qui s’ouvrent sur la plante en formant en général 7 à  9 éléments (les carpelles), longs de de 2 à 2,5 cm, larges de 1 à 1,5 cm, qui constituent une sorte d’étoile tournée vers le haut et qui étalent les graines au nombre de 1 à 4 par élément, de couleur noirâtre, recouvertes d’un arille charnu et rouge et particulièrement appréciées par les oiseaux qui contribuent à leur dispersion.

On reproduit en général cette plante en semant ses graines dans un terreau drainant maintenu humide à la température de 24 à 26°C. La durée de germination est de 1 à 3 mois et la première floraison survient à partir de la troisième année.

Dillenia suffruticosa

Gros plan du fruit ouvert à l’aspect éclatant © Giuseppe Mazza

Elle est largement répandue dans ses régions d’origine où elle colonise les friches et le bord des routes. Elle s’est naturalisée dans de nombreux pays tropicaux où elle a été introduite  et est devenue  dans certains cas une plante invasive. Elle est souvent utilisée dans des parcs et des jardins en raison de ses grandes feuilles qu’elle produit presque en permanence, de ses fruits et de son feuillage très décoratif, sous forme de spécimen isolé, en groupe ou pour des clôtures uniquement dans les zones aux climats tropical et subtropical. Elle a besoin d’une exposition en plein soleil et n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol qui peut même être pauvre et compact. C’est une espèce pionnière qui pousse même dans le sable grâce à sa longue racine pivotante qui est capable d’atteindre l’eau présente en profondeur.

Du fait de la rapidité de sa croissance et de sa capacité d’adaptation elle est parfois utilisée pour le reboisement de zones dégradées.

On peut aussi la cultiver en pot dans un terreau organique complété par du sable ou de la perlite au taux de 30 % afin d’améliorer le drainage pour la décoration de serres et de jardins d’hiver particulièrement lumineux, les températures minimales hivernales devant toutefois être supérieures à 15°. Les arrosages doivent être réguliers. Les apports d’engrais sont à effectuer au printemps et en été avec des produits équilibrés comportant des micro-éléments. Les feuilles sont utilisées localement pour envelopper les aliments. Des parties de la plante sont employées dans la médecine traditionnelle. Des études en laboratoire ont mis en évidence la présence de composées bioactifs qui ont des propriétés antimicrobiennes, antifongiques, antioxydantes et anticancéreuses qui sont prometteuses. Cette espèce, enfin, a été choisie comme emblème floral du sultanat de Brunei.

Synonymes : Wormia suffruticosa Griff. (1854); Wormia burbidgei Hook.f. (1880); Dillenia burbidgei (Hook.f.) Martelli (1887); Dillenia suffruticosa var. borneensis (Ridl.) Ridl. (1913).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des DILLENIACEAE cliquez ici.