Elaeocarpus grandiflorus

Famille : Elaeocarpaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Cette espèce est originaire du Cambodge, de l’Indonésie, du Laos, de la péninsule malaise, du Myanmar, de Singapour, de la Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans les forêts d’arbres sempervirents le long des rives des cours d’eau et à basse altitude.

Le nom du genre est la combinaison des substantifs grecs « élaia » = olive et « carpos » = fruit. Le nom de l’espèce est la combinaison de l’adjectif latin « grandis » = grand et du substantif  » flos, oris » = fleur, l’explication étant évidente.

Noms communs : Ceylon olive, fairy petticoats, fringe bells, lily of the valley tree (anglais), anjang-anjang, anyang-anyang, ki ambito, maitan (Indonésie), pherng’, kok mark, som pheung’ (Laos), ando, andor (Malaisie), ye-sag (Myanmar), khroi yoi, mun nam, phi nai (Thaïlande), côm la thon (Vietnam).

L’Elaiocarpus grandiflorus est un arbre sempervirent, d’une hauteur pouvant atteindre environ 25 m, à l’écorce gris marron et dont les feuilles, portées sur un pétiole long de 0,5 à 4 cm et groupées à l’extrémité des branches,  sont alternes, simples, elliptiques à lancéolées avec un bord sinué ou dentelé, longues de 5 à 20 cm, larges de 2 à 5 cm, de couleur rougeâtre quand elles sont jeunes puis vert intense. Les inflorescences sont des racèmes axillaires pendants, longs jusqu’à 10 cm, qui comportent  des fleurs hermaphrodites pendantes qui ont 5 sépales lancéolés de couleur rouge, brillants, longs de 1,5 cm et larges de 0,4 cm, une corolle campanulée qui a 5 pétales obovés blancs au bord supérieur frangé, de 2 à 2,5 cm de long et 1 cm de large et 30 à 40 étamines. Les fruits sont des drupes ellipsoïdes à l’apex pointu, de 2 à 4 cm de long et d’environ 2 cm de diamètre, de couleur vert pâle. L’endocarpe est recouvert de fines épines recourbées.

Elaeocarpus grandiflorus, Elaeocarpaceae

L’Elaiocarpus grandiflorus est un arbre de l’Asie du Sud-Est qui atteint 25 m de haut. Ses inflorescences pendantes ont des sépales roses et des corolles effrangées, blanches et longues de 1 cm. Les feuilles, les fruits, l’écorce et les graines ont des propriétés médicinales dont l’action hypoglycémique, antibactérienne et antivirale est prometteuse © Giuseppe Mazza

On reproduit cette plante en semant ses graines dans un terreau organique complété par du sable dans une proportion de 30 % et maintenu humide à la température de 22 à 24°C. On la reproduit également par bouturage et par marcottage. Cette espèce dont la floraison est décorative et dure longtemps peut être cultivée en plein soleil ou sous un léger ombrage dans les régions aux climats tropical et subtropical. Des spécimens adultes peuvent supporter des températures d’environ 0°C seulement si elles sont exceptionnelles et de courte durée. Facile à cultiver elle a besoin d’arrosages fréquents quand elle est jeune mais , une fois bien enracinée, elle peut supporter de courtes périodes de sécheresse. Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol pourvu qu’il soit drainant. Les spécimens jeunes se prêtent à la culture en pot à condition d’être mis à l’abri pendant les mois les plus froids, là où le climat ne permet pas de les laisser en permanence à l’extérieur , dans des emplacements bien éclairés avec des températures diurnes de 20 à 24 °C et des minima nocturnes ne descendant pas au dessous de 14°C. Les arrosages doivent être réguliers en été, plus espacés en hiver et en laissant le substrat sécher en partie avant de remettre de l’eau. Les apports d’engrais sont à effectuer au printemps et en automne de préférence avec des produits équilibrés comportant des micro-éléments.

Le bois, clair et veiné, est facile à travailler et est utilisé pour les constructions et pour la fabrication d’embarcations, de meubles et d’objets artisanaux.

Les feuilles, les fruits, l’écorce et les graines sont employés dans la médecine traditionnelle pour diverses pathologies. Des études en laboratoire ont mis en évidence la présence de substances qui ont des propriétés hypoglycémiques, antibactériennes et antivirales prometteuses.

Synonymes : Cerea radicans Thouars (1805); Elaeocarpus lanceolatus Blume (1825); Elaeocarpus radicans (Thouars) Hiern (1900).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ELAEOCARPACEAE cliquez ici.