Euthria cornea

Famille : Buccinidae


Texte © Dr. Domenico Pacifici

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Euthria cornea

Endémique de la Méditerranée Euthria cornea a un corps jaune orange vif. Elle se déplace parmi les rochers et se nourrit de petits bivalves qu’elle ouvre avec son gros pied © Giuseppe Mazza

La famille Buccinidae constitue une des familles dont la répartition géographique est la plus vaste et qui comprend les plus grands gastéropodes de la planète.

Elle est connue depuis les débuts du Crétacé et renferme plus de 1500 espèces exclusivement carnivores et 6 sous-familles. Certaines sont des prédateurs actifs et d’autres des charognards qui explorent le milieu environnant en mangeant ce qu’ils trouvent.

Le Buccin veiné ou Buccin corné (Euthria cornea Linnaeus, 1758) est un mollusque qui a été très longtemps le premier et l’unique représentant du genre Euthria. Il a autrefois été souvent confondu avec le genre Buccinulum Deshayes, 1830.

L’étymologie de Euthria est inconnue. Elle provient peut-être d’un nom propre. Le nom de l’espèce cornea, du latin “corneus” = cornu, fait clairement allusion à la forme de la coquille.

Euthria cornea

Sa coquille est ornée de dessins marron très variables sur un fond gris clair. Pointue avec des spires peu marquées elle peut atteindre 7 cm © Antonio Colacino

Zoogéographie

Cette espèce est présente dans toute la Méditerranée, en particulier le long des côtes méridionales de l’Espagne et de la France, dans les eaux de l’Algérie et de Malte, en Grèce et dans la région italienne des Pouilles. Elle a été récemment découverte aussi dans les eaux de la mer Noire et dans l’océan Atlantique au large des côtes du Maroc et du Portugal.

Écologie-Habitat

Euthria cornea est une prédatrice de mollusques bivalves mais elle peut, si la nourriture vient à manquer, manger des restes de poissons et de crustacés qu’elle trouve au cours de ses recherches. À la différence d’autres espèces qui perforent la coquille des bivalves Euthria cornea se sert de son pied puissant pour entrouvrir les valves et introduire sa tête à l’intérieur où elle pourra aspirer les tissus mous de sa proie.

Euthria cornea

Œufs de plusieurs femelles sur un rocher. Ils sont rassemblés dans de petites capsules d’environ 1 cm collés entre elles en formant un amas spongieux d’environ 5 à 10 cm © Antonio Colacino

C’est un animal qui n’aime pas les basses températures et reste toujours vers 30 m de profondeur et qui se ménage un lieu de séjour et un abri dans les fonds rocheux où les proies qu’il préfère sont en général plus nombreuses.

Morphophysiologie

La caractéristique assurément la plus visible de ce gastéropode étonnant, bien que minuscule, est la couleur jaune-orange vif de son corps. Sa tête possède deux tentacules sensoriels qui portent chacun un oeil noir alors que dans la partie postérieure du corps son grand pied parvient à fermer complètement l’ouverture de sa coquille avec l’aide d’un opercule robuste quand l’animal se retire à l’intérieur pour se protéger des prédateurs. La respiration est assurée par une branchie interne en forme de peigne.

La coquille a une structure fusiforme avec des spires peu marquées et atteint une longueur maximale de 70 mm. Ses couleurs sont très variables et présentent des dessins irréguliers de couleur marron qui recouvrent un fond blanc beige ou gris/brun.

Euthria cornea

Cette femelle pond sur la vitre d’un aquarium. Les embryons ont une structure minuscule dite “véligère” comportant une ébauche de coquille et une expansion laminaire pré-orale qui conduit les particules alimentaires vers leur bouche, les gardant suspendus dans l’eau. Ils sont planctoniques plusieurs mois avant de métamorphoser © Giuseppe Mazza

Éthologie-Biologie reproductive

Les informations que l’on détient sur la reproduction  de Euthria cornea sont malheureusement très rares. Les femelles se rassemblent au moment de la ponte des œufs. Ceux-ci sont contenus dans de petites capsules longues d’environ 10 mm et collées ensemble les unes sur les autres en formant un amas spongieux d’environ 50 à 100 mm de diamètre.

Les embryons se développent sous forme de “véligère”, un stade larvaire typique des gastéropodes et des bivalves caractérisé par une petite coquille, une ébauche de pied et le “velum”, une expansion laminaire pré-orale qui leur sert à transporter les particules de nourriture vers leur bouche et à rester en suspension dans l’eau. Ils mènent une vie planctonique pendant une longue période pouvant durer plusieurs mois avant d’effectuer leur métamorphose et de devenir adultes.

Synonymes

Buccinulum corneum Linnaeus, 1758; Euthria gracilis Locard, 1891; Euthria major Locard, 1891; Euthria minor var. elongata Locard, 1886; Fusus conulus Risso, 1826; Fusus lignarius Lamarck, 1816; Murex corneus Linnaeus, 1758; Purpura alba Risso, 1826.

 

→ Pour apprécier la biodiversité des MOLLUSQUES cliquez ici.

error: Content is protected !!