Ficus kerkhovenii

Famille : Moraceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Ficus kerkhovenii, Moraceae

Originaire de Bornéo, des Philippines, de Java, de la péninsule malaise, de Singapour et de Sumatra le Ficus Kerkhovenii est un arbre imposant qui peut atteindre 40 m de haut © Mazza

Cette espèce est originaire de Bornéo, des Philippines, de Java, de la péninsule malaise, de Singapour et de Sumatra où elle pousse dans les forêts pluviales à basse et moyenne altitude.

Le nom du genre est le nom latin utilisé pour désigner le figuier commun (Ficus carica). L’espèce est dédiée au gestionnaire et entomologiste hollandais A.E. Kerkhoven (1858-1924).

Nom commun : Johor fig (anglais).

Le Ficus kerkhovenii Koord. § Valeton (1906) est un arbre monoïque semi-épiphyte ou terrestre qui a une large couronne et une écorce brun rosé. D’une hauteur pouvant atteindre 40 m il possède à sa base des racines tabulaires (des racines aplaties comparables à des piliers qui contribuent à soutenir les grands arbres) et des racines aériennes contractiles qui, après qu’elles ont rejoint le sol, se tendent et grossissent jusqu’à atteindre plus d’un mètre de diamètre en formant des sortes de troncs adventices.

Les feuilles, portées sur un pétiole cannelé long de 2 à 3 cm, sont simples, alternes, de forme ovée à obovée avec un apex pointu et un bord entier, longues de 8 à 18 cm, larges de 3 à 8 cm, d’une couleur vert intense et brillantes en partie supérieure, de couleur mate en partie basse, avec une nervure centrale et 7 à 12 paires de nervures latérales parallèles de couleur vert clair saillantes en partie basse.

Les feuilles, pendant leur phase initiale de croissance, sont protégées par une stipule (un appendice à la base de la feuille) longue de 1 à 2 cm, de couleur verte, qui se détache spontanément au moment du grossissement de la feuille.

Les inflorescences sont des sycones, c’est-à-dire des organes creux aux parois charnues qui enferment totalement les fleurs qui sont accessibles depuis une ouverture apicale d’environ 2 mm de diamètre entourée par 3 écailles minuscules. Les sycones sur les branches jeunes sont axillaires, sessiles, solitaires ou produits par paires, sphériques, d’un diamètre de 0, 8 à 1,2 cm et de couleur orangée à rouge pourpre à maturité. Produits en grande quantité ils représentent une ressource alimentaire importante pour la faune de la forêt.

Pour la fructification il faut la présence d’un insecte pollinisateur. Comme on sait,  à chaque espèce de ficus est associé un insecte spécifique de la famille des Agaonidae (dans le cas présent l’Eupristina leightoni, Wiebes, 1992) qui, à son tour, ne peut se reproduire que si l’espèce de Ficus à laquelle il est associé est présente. Les fruits (des akènes) contiennent une seule graine.

En plus de se comporter comme une espèce terrestre cet arbre peut pousser d’abord sous forme d’épiphyte sur d’autres arbres à partir de graines déposées sur les branches les plus élevées par des oiseaux, des chauves-souris et d’autres mammifères qui se nourrissent de ses fruits. Il entoure alors leurs troncs de ses racines qui avec le temps rejoignent le sol et finissent éventuellement par les « étrangler » après un certain nombre d’années. On reproduit cet arbre au moyen de ses graines qui doivent être plantées en surface dans un substrat organique, sableux, maintenu constamment humide, à un emplacement bien éclairé et à une température de 24 à 28 °C. On peut aussi le reproduire par bouturage au printemps et par marcottage au début de l’été.

Cette espèce imposante aux racines aériennes caractéristiques convient pour des parcs et des jardins de grandes dimensions dans les zones aux climats tropical et subtropical humide. On peut essayer de le cultiver dans les zones aux climats tempérés chauds les plus doux. Au moment de la plantation il est nécessaire, du fait de son appareil racinaire superficiel et envahissant, de choisir soigneusement son emplacement qui doit être suffisamment éloigné des constructions, des trottoirs, des égouts et des routes.

Il a besoin d’une exposition en plein soleil et de sols drainants riches en substances organiques et maintenus presque constamment humides bien que, une fois adulte, il parvienne à supporter des périodes de sécheresse. Les plantes jeunes peuvent être cultivées en pot pour la décoration d’espaces particulièrement lumineux, les températures minimales hivernales devant être supérieures à 14 °C.

Le contact avec la lymphe qui contient du latex peut causer des réaction allergiques chez des personnes particulièrement sensibles.

Synonymes :  Ficus lamaoensis Merr. (1921).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MORACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.