Grewia occidentalis

Famille : Malvaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

L’espèce est originaire du Mozambique, d’Afrique du Sud et du Zimbabwe, où il pousse dans des milieux très différents, depuis les forêts et bosquets proches des cours d’eau jusqu’à la zone semi-aride (karoo), sur des sols sableux ou rocheux, depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 1500 m d’altitude.

Le genre est dédié au médecin et botaniste anglais Nehemiah Grew (1641–1712), auteur de “The Anatomy of Plants” (1682) ; le nom de l’espèce est l’adjectif latin “occidentalis, e” = « occidental », choisi par Linné pour la distinguer de Grewia orientalis L., elle-même originaire de l’Inde d’après les connaissances de l’époque.

Noms communs : assegai wood, bow-wood, buttonwood, cross-berry, four-corners, lavander star flower, star-flower (anglais) ; assegaaibos, booghout, iLalangathi, iKlolo, iManhlele, mogwana, kruisbessieboom, mokukutu, mulembu, muMaka, umSipane, Nsihana, rosyntjiebos (en Afrique du Sud).

Grewia occidentalis L. (1753) est un arbuste ligneux sempervirent dont la hauteur peut atteindre 3 m. Sous climats moins favorables, il devient caducifolié. Ses rameaux ont tendance à ramper ; d’abord bruns rougeâtres et pubescents, ils deviennent grisâtres et glabres.

Sur un pétiole long de 0,5 à 2 cm, les feuilles sont alternes, simples, ovales à ovales-lancéolées, à l’apex obtus ou aigu, et à la marge crénelée-dentelée. Elles sont longues de 3 à 7 cm et larges de 2 à 4 cm, de couleur vert olive satiné.

Grewia occidentalis est un arbuste de l’Est de l’Afrique australe, sempervirent ou caducifolié suivant les climats, qui peut atteindre 3 m de heuteur. © Giuseppe Mazza

Les inflorescences axillaires et cymeuses sont portées par un pédoncule long de 1 à 1,4 cm. Sur un pédicelle long de 1 cm, les quelques fleurs sont rose, lavande ou pourpre, rarement blanc, d’environ 3 cm de diamètre. Le calice compte 5 sépales linéaires-lancéolés à l’apex aigu, blanc verdâtre à l’extérieur, de la même couleur que les pétales à l’intérieur, et longs d’environ 1,8 cm. Les 5 pétales sont oblongs-linéaires et longs d’environ 1,3 cm. Les nombreuses étamines sont de la même couleur et les anthères sont jaunes. L’ovaire est quadrilobé et le style, long d’environ 1 cm, porte un stigmate également quadrilobé.

Les fleurs sont hermaphrodites mais protandres (les organes mâles sont matures avant les organes femelles), ce qui empêche l’auto-pollinisation et oblige à la fécondation croisée.

Le fruit est une drupe quadrilobée de couleur brun rougeâtre à maturité, de 2 à 4 cm de diamètre, persistant longtemps sur le pied. Les fruits sont une source importante de nourriture pour la faune ; les animaux contribuent à la dispersion des graines qui germent plus facilement après avoir traversé leur tube digestif.

On reproduit l’espèce par semis dans un terreau drainant, aéré, maintenu humide à la température de 24 à 28 °C, après trempage des graines durant deux jours dans l’eau. La germination intervient au bout de 2 à 6 semaines. On multiplie aussi la plante par bouturage, par rejets et par marcottage.

Avec sa floraison de longue durée, c’est un arbuste décoratif, de culture facile et de croissance relativement rapide. La grande flexibilité de ses rameaux le rend intéressant comme couvre-sol, en suspension ou sur des espaliers ; il supporte la taille même drastique ; on peut l’employer pour faire de petits arbres, des bordures, des haies libres ou taillées. Il se montre particulièrement adapté à l’art topiaire et à la culture en bonsaï.

Outre son bois souple mais résistant, ses vertus médicinales et sa floraison longue durée, il se prête à l’art topiaire et à l’éducation en bonsaï © Giuseppe Mazza

On peut le cultiver dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, où il peut résister à des températures allant jusqu’à environ -5 °C pendant une courte période, mais avec des dommages au feuillage à partir de -2 ou -3 °C ; il préfère le plein soleil ou tout au plus un ombrage léger et s’adapte à une grande variété de sols, à condition qu’ils soient drainants.

Il pousse aussi bien dans des pots, pour la décoration d’espaces ouverts et aussi pour le mettre à l’abri en hiver, dans une ambiance très lumineuse et à des températures minimales d’au moins 10 °C ; il faut alors utiliser un sol fertile additionné de sable grossier ou de perlite pour assurer un excellent drainage. Les arrosages doivent être réguliers et abondants pendant la période de croissance, en évitant la stagnation de l’eau, et plus espacés en hiver de façon à permettre au terreau de sécher en surface. Au printemps et en été, on peut fertiliser chaque mois, avec un produit hydrosoluble équilibré et à la moitié de la dose recommandée sur l’emballage.

Les fruits sont comestibles et consommés localement, crus ou sous forme de jus ; après fermentation, on en obtient aussi une boisson alcoolisée. Très résistant tout en étant flexible, le bois est facile à tourner ; il est utilisé par certaines tribus pour fabriquer des lances et des arcs pour les flèches, et pour le petit artisanat. Depuis des temps immémoriaux, des parties de la plante sont utilisées en médecine traditionnelle contre diverses pathologies, ainsi que dans des rituels magiques.

Synonymes : Grewia ulmifolia Salisb. (1796) ; Grewia obtusifolia Eckl. & Zeyh. (1834) ; Grewia trinervis E.Mey. (1843) ; Grewia chirindae Baker f. (1911) ; Grewia microphylla Weim. (1936).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MALVACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!