Heliconia acuminata

Famille : Heliconiaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Elisabeth Michaux

 

multi

Excellente pour les haies, l’Heliconia acuminata fleurit toute l’année sous les tropiques © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Bolivie, du Brésil (Acre, Amazonas, Amapá, Pará, Roraima, Rondônia et Tocantins), de Colombie, de la Guyane française, de Guyane, du Pérou, du Suriname et du Venezuela où elle pousse dans des forêts humides sempervirentes à basse et moyenne altitude.

Le nom du genre vient du latin “Heliconius, a, um” = de l’Hélicon, montagne sacrée d’Apollon et des autres Muses dans la mythologie grecque; le nom de l’espèce est l’adjectif latin “acuminatus, a, um” = acuminé, pointu, par référence à l’apex des feuilles, brusquement pointues.

Noms communs : faux oiseau du Paradis, héliconie jaune (anglais); bico-de-tucano, caetê, tracoá (portugais-brésil); platanilla, sororoquinha (espagnol).

L’ Heliconia acuminata A. Rich.(1831) est une espèce herbacée au rhizome dressé, persistante et vivace formant des touffes denses de 0,6 à 2 m de haut.

Les feuilles, sur un pétiole de 10 à 45 cm de long, sont basales, alternes, simples, entières, lancéolées-oblongues avec un apex long et brusquement pointu, d’une couleur vert intense avec une nervure centrale saillante de couleur rouge au revers, longues de 35 à 60 cm et larges de 7 à 16 cm et des bases foliaires engainantes formant une pseudo-tige.

L’inflorescence, sur un pédoncule robuste, est un épi terminale dressée de 10 à 22 cm de long avec un rachis ondulé rouge et 3 à 7  bractées écartées, alternes et acuminées, distiques, coriaces, avec la concavité courbée vers le haut et disposées presque horizontalement, colorées de rosâtre à rouge, de 8 à 12 cm de long.

Les bractées enferment de nombreuses fleurs tubulaires de couleur jaune avec une bande verte vers l’apex de 3 à 4 cm de long, ouvrant successivement sur un pédicelle de 2 cm de long; les fleurs, hermaphrodites mais auto-incompatibles, sont pollinisées par les colibris, principalement par le Phaethornis superciliosus (Linné, 1766) et le Phaethornis bourcieri (Lesson, 1832).

Les fruits sont des drupes globuleuses de 0,5 cm de diamètre, bleu-noir à maturité, contenant 1 à 3 graines.

Fleurs hermaphrodites, auto-incompatibles, pollinisées par les colibris. Les fruits sont des drupes globuleuses © Giuseppe Mazza

On la reproduit par ses graines, d’abord mises dans de l’eau durant 2 jours, dans du terreau organique avec addition de sable siliceux ou agri-perlite à 30%, conservé humide à la température de 24 à 28 °C, mais habituellement et facilement par division des rhizomes.

Espèce cultivable exclusivement dans les régions au climat tropical et subtropical, où elle est assez répandue de même que les nombreuses variétés qui ont été sélectionnées avec des bractées de différentes couleurs en raison de son fleurissement presque ininterrompu durant toute l’année et de sa taille qui permet de l’utiliser aussi dans des jardins peu étendus, en groupe ou pour des haies.

Elle demande une exposition semi-ombragée et un sol riche en substances organiques, acide ou neutre, drainant, maintenu presque constamment humide mais sans stagnation.

Là où le climat ne permet pas un plein air permanent pendant les mois d’hiver elle peut être cultivée en pot pour être abritée dans des serres, vérandas ou jardins d’hiver même moyennement lumineux, étant moins exigeante de ce point de vue que les autres espèces, en utilisant un substrat organique avec addition de sable siliceux ou de perlite à 30% pour améliorer le drainage, avec en hiver des températures de jour de 20 à 24 °C et de nuit ne descendant pas en dessous de 16 °C.

L’arrosage doit être régulier et abondant en été, en évitant la stagnation, une cause fréquente de pourriture, plus espacé en hiver, en permettant au substrat de sécher partiellement avant de redonner de l’eau, avec des fertilisations faites de préférence avec des produits équilibrés à libération lente avec addition de micro-éléments.

Synonymes : Bihai acuminata (A.Rich.) Kuntze (1891).

 

 

Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des HELICONIACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

 

 

error: Content is protected !!