Heliconia episcopalis

Famille : Heliconiaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Yves Sioui

 

Heliconia episcopalis, Heliconiaceae

L’inflorescence d’Heliconia episcopalis atteint 25 cm et dure six mois © Giuseppe Mazza

Espèce originaire de Bolivie, du Brésil (Acre, Amapá, Amazonas, District fédéral de Brasilia, Espirito Santo, Goiás, Mato Grosso, Mato Grosso du sud, Minas Gerais, Pará, Rio de Janeiro, Rondônia, Roraima, São Paulo, Tocantins et Trindade), de la Colombie, d’Équateur, du Pérou, du Suriname et du  Vénézuela, où elle pousse dans les forêts en zones dégagées ordinairement le long des rives des cours d’eau et à la marge des zones marécageuses.

Le nom de genre vient du latin ‘Heliconius’, de l’Hélicon, montagne sacrée d’Apollon et des Muses dans la mythologie grecque ; l’épithète spécifique vient de l’adjectif latin ‘episcopalis’ = épiscopal, de l’évêque, à cause de la ressemblance avec la mitre des évêques.

Noms communs : Bishop’s heliconia (anglais); Chapéu-de-frade, Chapéu-do-bipo, Patujú (portugais-Brésil); Platanillo, Platanillo cetro (espagnol).

Heliconia episcopalis Vell. (1829) est une plante herbacée, à feuilles persistantes, pérenne, rhizomateuse, érigée, formant en nature des touffes denses de 2 à 4 m de haut, mais qui, en culture, demeure plus humble, de 0,75 à 2,3 m.  Les feuilles, sur un pétiole de 0,5 à 0,8 m, sont basales, alternes, simples, entières, ovées-oblongues avec un apex courtement pointu et une nervure centrale proéminente dessous, de 0,8 à 1,6 m de long et 20 à 40 cm de large, d’un vert intense avec des bases foliaires tubulaires engainantes formant une pseudo-tige.

L’inflorescence, sur un pédoncule robuste, est un épi terminal érigé, compact, d’environ 25 cm de long, avec un rachis pubescent, sur lequel les cicatrices des bractées tombées sont évidentes, de vert à jaune, à rouge.

Les 10 à 40 bractées sont décidues, alternes, distiques, imbriquées, complètement superposées sur presque toute leur longueur, de 4 à 5 cm de long, rouge à orange à la base, d’orange à jaune à l’apex, encerclant 2 à 6 fleurs tubulaires blanches à la base, jaune-verdâtre à orange à l’apex et qui ouvrent en succession.  Les fruits sont des drupes bleu foncé luisantes à maturité et contiennent 1 à 3 graines.

On la reproduit par graines préalablement conservées dans l’eau pendant 2 jours pour ramollir le tégument, plantées dans un sol organique additionné à 30% de silice ou de perlite, conservé humide entre 26 et 28 °C pour un temps de germination variant de 1 à 6 mois ou encore, ordinairement et facilement, par division des rhizomes.

C’est une espèce présentant une inflorescence de longue durée, 6 mois ou plus, d’une forme particulière et plutôt inusité pour le genre, fleurissant presque continuellement durant l’année, cultivable en milieux tropicaux et subtropicaux humides, en plein soleil ou sous ombre partielle, dans des sols riches en matières organiques, acide ou neutre, parfaitement drainé, conservé constamment humide mais sans stagnations.  Ailleurs, elle peut être cultivée dans de vastes pots pour être mise sous abris en hiver dans une serre, sur une véranda ou dans un jardin d’hiver lumineux, sur un sol organique additionné à 30% de silice ou de perlite pour améliorer le drainage, sous une humidité ambiante et une température élevées à des températures nocturnes jamais sous les 15 °C.

L’arrosage doit être régulier et abondant en été, permettant au sol de sécher partiellement entre deux arrosages, évitant les stagnations causes de pourriture, plus espacé en hiver mais sans permettre au sol de sécher complètement, avec des fertilisations balancées préférablement à relâchement lent additionnées de micro-éléments.

Elle est facilement sujette aux attaques d’acariens et de cochenilles qui doivent traitées en cas d’infestation importantes par les produits appropriés.  Les inflorescences coupées, durant 7 à 9 jours, sont souvent utilisées dans les compositions florales.

Synonymes : Heliconia ferdinando-coburgi Szyszyl. ex Wawra (1888) ; Heliconia biflora Eichler ex Petersen (1890) ; Heliconia thyrsoidea Mart. ex Petersen (1890) ; Bihai episcopalis (Vell.) Kuntze (1891) ; Bihai ferdinando-coburgi (Szyszyl. ex Wawra) Kuntze (1891).

 

Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des HELICONIACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

 

 

error: Content is protected !!