Heliconia schumanniana

Famille : Heliconiaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Julien Porthault

 

Heliconia schumanniana, Heliconiaceae

Peu cultivée, l’Heliconia schumanniana a de petites dimensions et des inflorescences verticales © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Colombie, du nord du Brésil, d’Equateur et du Pérou, où elle pousse dans les forêts humides, à faible et moyenne altitude.

Le nom du genre est dérivé du latin « Heliconius, a, um » = de l’Hélicon, montagne sacrée d’Apollon et des Muses dans la mythologie grecque ; l’espèce est dédiée au botaniste allemand Karl Moritz Schumann (1851-1904).

Nom commun : Bijauillo (espagnol-Pérou).

L’Heliconia schumanniana Loes. (1916) est une espèce vivace, persistante, rhizomateuse, érigée, herbacée, qui forme des touffes denses de 0,8-2 m de haut.

Les feuilles sont basales, alternes, simples, entières, subsessiles, d’elliptiques à elliptiques oblongues, avec un long apex pointu, de 12 à 28 cm de long et de 4 à 10 cm de large, de couleur vert intense, plus claire en-dessous, avec les bases foliaires tubulaires engainantes qui forment une pseudo-tige.

L’inflorescence, sur un pédoncule court, est un épi terminal érigé, de 8 à 20 cm de longueur, au rachis légèrement ondulé de couleur vert jaunâtre avec 3 à 10 bractées à apex pointu, concaves et tournées vers le haut,  alternes, distiques, coriacées, jaune à la base et rouge à l’apex, de 8 à 10 cm, décroissant vers le haut.

Les bractées sous-tendent jusqu’à environ 10 fleurs tubulaires à la forme caractéristique sigmoïde, de 2 cm de long, jaunes, qui s’ouvrent en succession. Les fleurs, à symétrie bilatérale, sont hermaphrodites, avec 3 sépales, dont deux fusionnés et un libre, et 3 pétales fusionnés ensemble, peu différenciés entre eux, 5 étamines fertiles et un staminoïde opposé au sépale libre ; les fleurs sont pollinisées par les oiseaux-mouches. Les fruits sont des drupes subglobuleuses de couleur bleue à maturité, d’environ 1,2 cm de longueur et 8 cm de diamètre, contenant 1 à 3 graines.

Il se reproduit par semis, préalablement conservés dans l’eau pendant 3 jours, dans un sol organique avec ajout de sable siliceux ou d’agriperlite pour 30 %, maintenu humide à la température de 26-28 °C, avec des temps de germination variant de 1 à 6 mois, et, habituellement et facilement, par division des rhizomes au printemps, chaque section étant pourvue de plusieurs boutons végétatifs.

Espèce relativement petite, peu diffusée en dehors de ses zones d’origine, présente principalement dans les collections botaniques, cultivable dans les régions climatiques tropicales et subtropicales humides, en plein soleil ou légèrement ombragées sur des sols riches en substances organiques, drainés, acides ou neutres, gardés presque constamment humides, mais sans stagnations.

En raison de sa petite taille, elle pourrait être un très bon sujet à cultiver en pot, en utilisant un substrat organique bien drainé et aéré, pour la décoration de serres, vérandas et jardins d’hiver lumineux où le climat ne permet pas la permanence en plein air pendant les mois hivernaux, avec des valeurs élevées d’humidité ambiante et des températures diurnes idéalement entre 24-26 °C, et nocturnes à pas moins de 15 °C. Les arrosages doivent être réguliers et abondants en été, permettant au substrat de sécher avant un nouvel apport d’eau, évitant les stagnations qui provoquent facilement la pourriture, plus réduits en hiver, mais sans jamais laisser sécher complètement le substrat, avec des fertilisations effectuées de préférence avec des produits équilibrés, à libération lente, et avec ajout de microéléments.

Synonymes : Heliconia aureorosea Loes. (1916); Heliconia uleana Loes. (1916).

 

Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des HELICONIACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

 

 

error: Content is protected !!