Hippocampus guttulatus

Famille : Syngnathidae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

catherine_collin.gif
Traduction en français par Catherine Collin

 

L’Hippocampe moucheté (Hippocampus guttulatus) est présent le long des côtes de la Méditerranée et de l'Atlantique Est, des îles britanniques au Sénégal

L’Hippocampe moucheté (Hippocampus guttulatus) est présent le long des côtes de la Méditerranée et de l’Atlantique Est, des îles britanniques au Sénégal © G. Mazza

L’Hippocampe moucheté ou Hippocampe à long bec (Hippocampus guttulatus Cuvier, 1829), pour le distinguer d’Hippocampus hippocampus (Linnaeus, 1758), l’Hippocampe à museau court, avec des aires se chevauchant presque, appartient à la classe Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre Syngnathiformes et à la famille Syngnathidae, celle des syngnathes et des hippocampes, qui aujourd’hui, en 2022, compte 58 genres et 307 espèces.

Il s’agit de poissons essentiellement marins, avec quelques représentants dans les eaux douces, mais on peut en rencontrer quelques espèces, comme Hippocampus guttulatus, dans les eaux saumâtres.

Le nom de genre Hippocampus vient du grec ancien “ἵππος” (hippós), cheval, et “κλίσις” (kampé), courbure, allusion à sa tête à l’aspect résolument équin, inclinée de 90° par rapport à son corps, montrant des filaments cutanés ressemblant à une crinière et ce museau long et cylindrique, né des mâchoires soudées entre elles, typique de tous les Syngnathiformes mis à part les adultes du genre Bulbonaricus qui, tel Bulbonaricus brauni, le perdent durant leur développement.

Assurément un aspect vraiment élégant et insolite qui dès l’antiquité a fasciné l’homme.

C’est le mythique cheval à queue de poisson, représenté dans le cortège de Poséidon en compagnie de tritons, de dragons et d’autres monstres marins.

Le nom d’espèce guttulatus, avec des gouttes en latin, souligne les petites taches claires cryptiques parsemées sur son corps.

Zoogéographie

Hippocampus guttulatus est présent le long de toutes les côtes de la Méditerranée mais peut aussi se rencontrer dans l’Atlantique Est, des îles britanniques et des Pays-Bas à la Macaronésie, au Maroc et au Sénégal.

À ce propos, Ginsburg (1937) nomma deux sous-espèces: Hippocampus guttulatus guttatus pour la Méditerranée et Hippocampus guttulatus multiannularis pour l’Atlantique, aujourd’hui considéré comme synonyme, possédant de 38 à 40 anneaux à la queue plutôt que de 38 à 39 et présentant d’autres légères différences.

L’Hippocampe moucheté est aussi présent en Mer Noire, avec une taille inférieure, mais il s’agit bien là de la même espèce comme le montrent de récentes études moléculaires.

Il mesure de 16 à 18 cm de long, avec un record di 21,5 cm. Sa couleur va du brun au noir-verdâtre, mais on peut en rencontrer des individus jaune vif, orange ou rouge

Il mesure de 16 à 18 cm de long, avec un record di 21,5 cm. Sa couleur va du brun au noir-verdâtre, mais on peut en rencontrer des individus jaune vif, orange ou rouge © Maurizio Pasi

Écologie-Habitat

L’Hippocampe moucheté est un poisson sédentaire, et il ne pourrait en être autrement puisque c’est un très mauvais nageur, présent en général dans les herbiers marins, entre 1 et 20 m de profondeur, attaché par sa queue préhensile aux feuilles de Posidonia oceanica et d’autres phanérogames du genre Zostera.

Son aspect équin lui est donné par sa tête tournée à 90° par rapport au corps, sa crinière cryptique et son long museau qui le distingue de l’autre espèce méditerranéenne

Son aspect équin lui est donné par sa tête tournée à 90° par rapport au corps, sa crinière cryptique et son long museau qui le distingue de l’autre espèce méditerranéenne © Nicolas Laissus

Les algues qui recouvrent les roches des côtes peuvent aussi lui offrir un bon support et durant l’hiver il descend souvent dans des milieux coralligènes, atteignant exceptionnellement les 40 m.

Il est en revanche assez rare sur les sédiments meubles, milieu type d’Hippocampus hippocampus, espèce affine aisément reconnaissable à son museau court et surtout, à l’absence de filaments cutanés.

La moucheture claire tend souvent à se fondre en lignes ondulées horizontales qui peuvent se réunir afin de former des motifs cryptiques ressemblant à des incrustations

La moucheture claire tend souvent à se fondre en lignes ondulées horizontales qui peuvent se réunir afin de former des motifs cryptiques ressemblant à des incrustations © Carlos Fernandez-Cid

Morpho-physiologie

Hippocampus guttulatus peut atteindre de 16 à 18 cm de long, les mâles étant légèrement plus grands avec un record de 21,5 cm.

Comme tous les hippocampes, l’Hippocampe moucheté n’a pas d’écailles et, sous sa peau, son corps est cuirassé de plaques osseuses. Il montre en tout de 48 à 50 anneaux dont 10 ou 11 pour le tronc.

La tête montre une couronne formée de deux cornes aux angles antérieurs et trois sur l'arrière. La bouche n'a pas de dents et il aspire ses minuscules proies entières

La tête montre une couronne formée de deux cornes aux angles antérieurs et trois sur l’arrière. La bouche n’a pas de dents et il aspire ses minuscules proies entières © Carlos Fernandez-Cid

Les nageoires pelviennes sont absentes et il n’a pas de nageoire anale. La dorsale, qui assure en ondulant le déplacement horizontal, compte généralement de 19 à 21 rayons inermes, alors que les nageoires pectorales, utilisées pour stabiliser la direction et les mouvements verticaux, sont placées sur la tête, à côté des branchies, et comptent de 16 à 18 rayons mous.

Ses grands yeux ronds peuvent bouger de manière indépendante pour une large vision des alentours, ou s’aligner pour une vision binoculaire parfaite, ce qui lui permet de bien évaluer les distances.

Les herbiers marins de Posidonies et Zostera représentent le milieu type où rencontrer Hippocampus guttulatus, alors que l'autre espèce méditerranéenne, Hippocampus hippocampus, fréquente les sédiments meubles. Il nage vers l'avant avec sa nageoire dorsale. Ses nageoires pectorales stabilisent la direction et servent pour les mouvements verticaux

Les herbiers marins de Posidonies et Zostera représentent le milieu type où rencontrer Hippocampus guttulatus, alors que l’autre espèce méditerranéenne, Hippocampus hippocampus, fréquente les sédiments meubles. Il nage vers l’avant avec sa nageoire dorsale. Les pectorales stabilisent la direction et servent aux mouvements verticaux © Sandrine Ruitton

La bouche est très petite, oblique et dépourvue de dents, adaptée aux minuscules proies qu’il aspire entières avec son spectaculaire tube buccal, 3 à 4 fois plus long que large.

La partie centrale de la tête montre une couronne pentagonale concave avec deux pointes aux angles antérieurs et trois sur l’arrière. Souvent, on y voit une crinière de filaments cutanés, parfois ramifiés, descendant également sur le cou, qui sert au camouflage.

Il vit à 1-20 m de profondeur, le plus souvent attaché aux plantes par sa queue préhensile, se nourrissant d'algues, de petits invertébrés, de larves et d’œufs de poisson

Il vit à 1-20 m de profondeur, le plus souvent attaché aux plantes par sa queue préhensile, se nourrissant d’algues, de petits invertébrés, de larves et d’œufs de poisson © Carlos Fernandez-Cid

Près des yeux on remarque de minuscules épines. D’autres, plus grandes, émoussées, sont présentes sur tout le corps aux points de croisement entre les anneaux osseux cutanés et les crêtes longitudinales latérales.

La coloration de fond est très variable à tel point qu’a été émise l’hypothèse de possibles livrées nuptiales. Elle varie du brun au noir-verdâtre, mais il n’est pas rare de voir des individus d’un lumineux jaune vif, orangé ou rouge. Les points clairs dispersés sur le corps, blanc pur, argentés ou jaunes, sont généralement entourés d’un liseré sombre, et tendent souvent à se fondre en lignes ondulées horizontales.

Les hippocampes n’ont pas d’estomac. Leur digestion rapide est peu efficace et ils chassent donc sans cesse. Les grands yeux peuvent bouger de manière indépendante, offrant une large vision pour protéger ses arrières et bien évaluer les distances afin d'aspirer d'un coup les proies qui s’approchent, camouflé par sa livrée mimétique

Les hippocampes n’ont pas d’estomac. Leur digestion rapide est peu efficace et ils chassent donc sans cesse. Les grands yeux peuvent bouger de manière indépendante, offrant une très large vision pour protéger ses arrières et bien évaluer les distances afin d’aspirer d’un coup les proies qui s’approchent, camouflé par sa livrée mimétique © Silke Baron

Comme chez tous les hippocampes, la protection des œufs revient aux mâles. Ceux-ci sont en effet pourvus, immédiatement après l’anus, d’un grand sac ventral complètement fermé, avec un orifice à l’avant commandé par un muscle circulaire. À l’intérieur, le tissu est mou et vascularisé avec plusieurs compartiments destinés aux œufs.

Éthologie-Biologie Reproductive

Hippocampus guttulatus est omnivore. Il se nourrit d’algues et de petits animaux benthiques tels des gastéropodes, des annélides, des isopodes, des amphipodes et des copépodes, sans oublier les microscopiques crevettes qui se promènent au fond, auxquelles s’ajoutent les larves et les œufs des poissons portés par les courants.

Hippocampus guttulatus n’a pas d’écailles, mais son corps muni d’épines émoussées est cuirassé de plaques osseuses. Il présente 48-50 anneaux dont 10-11 pour le tronc

Hippocampus guttulatus n’a pas d’écailles, mais son corps muni d’épines émoussées est cuirassé de plaques osseuses. Il présente 48-50 anneaux dont 10-11 pour le tronc © Carlos Fernandez-Cid

Sa livrée cryptique, en plus de le protéger des prédateurs, lui permet d’approcher les proies sans se faire repérer, une chasse à plein temps car les hippocampes n’ont pas d’estomac et leur digestion rapide n’est pas très efficace.

La période de reproduction s’étend d’avril à août, avec un pic entre mai et fin juillet. Lors de la parade nuptiale les couleurs s’avivent et les couples, se tenant par la queue, montent vers la surface puis descendent en une sorte de danse. Ce particulier enlacement caudal n’existe pas chez Hippocampus hippocampus, ce qui permet d’éviter l’hybridation.

Un mâle montrant la caractéristique poche ventrale destinée à l'incubation des œufs

Un mâle montrant la caractéristique poche ventrale destinée à l’incubation des œufs © Yann Querrec

Quand le moment arrive, le mâle vide sa poche incubatrice remplie d’eau en la pressant avec sa queue, et la femelle y introduit les ovules grâce à une papille génitale, sorte d’ovipositeur long de 3 mm. Ils sont fécondés et installés les uns à côté des autres dans leurs petites cellules séparées où, en plus de la nutrition par le jaune, ils reçoivent de l’oxygène et des aliments par les capillaires du mâle.

L’incubation dure environ 21 jours et en se contractant le mâle donne naissance, en plusieurs fois, à des petits d’environ 16 mm de long avec le museau déjà clairement plus long que celui de Hippocampus hippocampus.

Ils sont dispersés par les courants et mènent pendant quelques semaines une vie planctonique. Cela semble permettre à cette espèce sédentaire de réduire le risque de consanguinité qui appauvrit le patrimoine génétique, d’autant plus que les couples semblent fidèles pour la vie.

De récentes études moléculaires ont mis en évidence l’existence de diverses lignées locales, appelées cryptiques, qui comportent des aspects, ou simplement des comportements différents, et certains ont émis l’hypothèse d’une troisième espèce.

Hippocampus guttulatus atteint rapidement la maturité sexuelle, vers 6-8 mois, et l’espérance de vie est de 2 à 4 ans.

La résilience de cet hippocampe est médiocre, avec un temps minimum de doublement des populations de 1,4 à 4,4 ans, mais compte tenu de sa vaste diffusion et de la variété de son régime alimentaire, l’indice de vulnérabilité de l’espèce est aujourd’hui faible, ne marquant que 24 sur une échelle de 100.

Dans certaines régions, cependant, l’hippocampe à long museau est en déclin.

Des maladies ont été évoquées, on a souvent parlé de pêche aveugle et de pollution, mais dans certaines lagunes notoirement polluées, les populations demeurent abondantes.

Cependant, tous les hippocampes figurent sur la “liste rouge” des espèces en danger avec l’étiquette prudente de “data deficient”, c’est-à-dire que les données manquent pour dire si des espèces du genre Hippocampus sont en danger et lesquelles.

En réalité, ce qui affecte le plus la présence d’Hippocampus guttulatus le long des côtes méditerranéennes, c’est la réduction des herbiers marins liée aux activités humaines et, afin de le protéger, il faut protéger l’environnement.

Pour la parade nuptiale, les couleurs sont éclatantes. Les couples, se tenant par la queue, montent vers la surface et redescendent dans une sorte de danse. Puis le mâle vide d’eau sa poche incubatrice en la pressant avec sa queue et la femelle y introduit les ovules, immédiatement fécondés. Chaque œuf a sa petite cellule où, en plus du jaune, il reçoit aliments et oxygène par les capillaires du mâle. L’incubation dure environ 21 jours et en se contractant le mâle donne naissance, en plusieurs fois, à des petits d’environ 16 mm de long. La présence de cette espèce est liée aux herbiers marins et pour la protéger il faut protéger l’environnement

Pour la parade nuptiale, les couleurs sont éclatantes. Les couples, se tenant par la queue, montent vers la surface et redescendent dans une sorte de danse. Puis le mâle vide d’eau sa poche incubatrice en la pressant avec sa queue et la femelle y introduit les ovules, immédiatement fécondés. Chaque œuf a sa petite cellule où, en plus du jaune, il reçoit aliments et oxygène par les capillaires du mâle. L’incubation dure environ 21 jours et en se contractant le mâle donne naissance, en plusieurs fois, à des petits d’environ 16 mm de long. La présence de cette espèce est liée aux herbiers marins et pour la protéger il faut protéger l’environnement © Carlos Fernandez-Cid

À l’initiative de la Fondation Prince Albert II de Monaco, des hippocampes nés en aquarium ont récemment été introduits dans la Réserve sous-marine du Larvotto, en Principauté de Monaco, qui abrite une prospère étendue de Posidonia oceanica, afin d’augmenter la biodiversité caractéristique de cet environnement.

Synonymes

Hippocampus longirostris Schinz, 1822; Hippocampus guttulatus multiannularis Ginsburg, 1937; Hippocampus hippocampus microstephanus Slastenenko, 1937; Hippocampus hippocampus microcoronatus Slastenenko, 1938.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.