Jacaranda cuspidifolia

Famille : Begoniaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

L’espèce est originaire du nord-ouest de l’Argentine, de Bolivie, du Brésil (Goiás, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais et San Paolo) et du Paraguay. Elle y vit dans les forêts semi-décidues et les savanes, sur des sols principalement rocheux, entre le niveau de la mer et environ 1500 m d’altitude.

Le nom du genre vient du nom de cette espèce en langue tupi-guarani : “jakara’nda” = odorant ; l’épithète spécifique est la combinaison des substantifs latins “cuspis, idis” = pointu et “folium, ii” = feuille, et se réfère à l’apex acuminé des folioles.

Noms communs : blue jacaranda, cuspidateleaf jacaranda, cuspid jacaranda, purple fern tree, toothleaf jacaranda (anglais) ; carobá, paraparay, paraparay guazú (en Argentine) ; paraparaú, paypacu (en Bolivie) ; flamboyant bleu (français) ; caiuá, caroba, caroba-branca, carobeira, jacarandá, jacarandá-branco, jacarandá-de-minas, jacarandá preto, mulher pobre, parapara-í, paraparaí, pau de colher, pau santo (au Brésil).

Jacaranda cuspidifolia, Bignoniaceae, flamboyant bleu

Originaire d’Amérique du Sud, Jacaranda cuspidifolia est un arbre décidu qui peut atteindre, à l’état sauvage, 20 m de hauteur et 40 cm de diamètre. L’écorce ridée brun grisâtre a tendance à s’écailler avec l’âge © Giuseppe Mazza

Jacaranda cuspidifolia Mart. (1841) est un arbre à feuilles caduques, haut de 4 à 8 m, dont les vieux sujets peuvent atteindre 20 m dans la nature. Le diamètre du tronc peut aller jusqu’à environ 40 cm, l’écorce, ridée, est brun-grisâtre et a tendance à s’écailler avec l’âge.

Sur un pétiole long de 4 à 8 cm, les feuilles sont bipennées, longues de 20 à 50 cm. Elles comportent un rachis ailé rainuré sur la face supérieure et 8 à 13 paires de folioles imparipennées, longues de 10 à 18 cm, composées de 10 à 16 couples de foliolules sessiles lancéolées à l’apex acuminé et à la marge entière, de couleur vert intense, longues de 1 à 2,5 cm et larges de 0,4 à 0,7 cm ; la foliolule terminale est falciforme, longue de 2 à 3 cm et large de 0,6 à 0,8 cm.

L’inflorescence terminale en panicule est globuleuse, longue de 18 à 32 cm, composée de nombreuses fleurs hermaphrodites légèrement parfumées au bout d’un pédicelle long de 0,6 à 0,8 cm. Le calice est long d’environ 0,5 cm et est constitué de 5 sépales subulés à l’apex acuminé réunis à la base.

La corolle est campanulée-imbutiforme avec 5 lobes arrondis, longue de 5 à 6 cm et au diamètre de 3,4 à 4 cm, de couleur bleu céruléen violacé à bleu violacé avec une tache blanche à l’intérieur, légèrement pubescente à l’extérieur.

Le fruit est une capsule ovoïde à marge ondulée, longue de 7 à 10 cm, large de 5 à 7 cm et épaisse de 4 cm, ligneuse, de couleur brun clair, contenant de nombreuses graines brunes avec aile chartacée, d’environ 1,5 cm de diamètre.

On multiplie cette espèce par semis des graines, au pouvoir germinatif assez bref (quelques mois), préalablement trempées dans l’eau pendant deux jours, dans un sol organique drainant maintenu humide et à une température de 24-26 °C. La germination a lieu après 2 à 4 semaines ; la croissance est moyennement rapide et la première floraison survient vers l’âge de 5 ou 6 ans. Le bouturage est possible également.

C’est une espèce de grande valeur ornementale et paysagère, aussi bien en sujet isolé que par tache ou en alignement le long des routes et des avenues. Elle rappelle Jacaranda mimosifolia, plus connue et répandue, mais son inflorescence est plus compacte et ses fleurs légèrement plus foncées et plus grandes ; elle fleurit abondamment au moment du redémarrage printanier de sa végétation, et occasionnellement en été.

On peut la cultiver sous climats tropical, subtropical et tempéré chaud, où, à l’âge adulte, elle peut supporter jusqu’à -4 °C pendant une courte période ; elle fleurit au mieux dans les climats aux hivers frais et peu pluvieux.

Jacaranda cuspidifolia, Bignoniaceae, flamboyant bleu

En panicules globuleux, les grandes inflorescences terminales ont des corolles bleu violacé ou céruléen, avec un point blanc à l’intérieur. Le fruit, visible vers le bas dans la photo, est une capsule ligneuse ovoïde à marge ondulée, qui confie les nombreuses graines brunes au vent. L’écorce et les feuilles recèlent d’intéressants antimicrobiens © Giuseppe Mazza

Elle a besoin du plein soleil, sauf dans la première phase de croissance où une légère ombre est préférable, et n’est pas particulièrement exigeante pour le sol à condition qu’il soit drainant, légèrement acide à légèrement alcalin ; bien enracinée, elle résiste aux périodes de sécheresse. Enfin, elle présente un intérêt certain pour la culture en bonsaï.

L’écorce et les feuilles sont utilisées en médecine traditionnelle, en particulier dans le traitement des maladies vénériennes, et des analyses en laboratoire ont montré la présence dans diverses parties de la plante de substances bioactives dont les activités antimicrobiennes sont susceptibles d’intéresser la pharmacopée officielle. Le bois, de qualité moyenne, a une utilisation locale modeste en menuiserie.

Synonymes :  Jacaranda cuspidifolia var. calycina Bureau (1897) ; Jacaranda chapadensis Barb. Rodr. (1902).

 

→ To appreciate the biodiversity within the family BIGNONIACEAE and find other species please click here.

error: Content is protected !!