Kakatoe leadbeateri

Famille : Cacatuidae

GIULIANO.gif
Texte © D. Sc. Giuliano Russini – Biologiste Zoologiste

 

RENATA.gif
Traduction en français par le Prof. Renata Rasia

 

Kakatoe leadbeateri © Giuseppe MazzaLe Cacatoès de Leadbeater (Kakatoe leadbeateri leadbeateri Gray, 1840) a été découvert, étudié et caractérisé par le biologiste ornithologue anglais George Robert Gray qui en 1840 en rentrant de ses voyages exploratifs dans les déserts du centre de l’Australie, en apporta de différents exemplaires au London British Museum et au London Zoological Garden. Comme nous avons déjà expliqué dans notre fiche introductive, les (Cacatuidae) sont une des trois familles des Psittaciformes.

Même s’ils n’ont pas la taille des Aras qui avec l’Anodorhynchus hyacinthinus dépassent le mètre ni les dimensions du Kakapo (Strigops habroptilus le perroquet qui ne vole pas, ils peuvent atteindre 40 cm de long. Le plus petit du groupe, le Nymphicus hollandicus, connu parmi les éleveurs avec le nom de Calopsitte, Capopsitta ou Calopsite, dépasse 30 cm. L’aire de distribution des Cacatuidae va de l’Océanie (Australie, Nouvelle Zelande) jusqu’à l’Indonésie, Nouvelle Guinée et beaucoup d’autres îles. En considérant 21 espèces présentes en nature, 11 sont endémiques de l’Australie, 7 vivent en Indonésie, le reste dans la Nouvelle Guinée et sur d’autres îles au sud de l’Océan Pacifique.

Zoogéografie

Le Kakatoe leadbeateri leadbeateri ne se trouve que dans les déserts du centre de l’Australie et sur l’île Sumba (Indonésie).

Habitat-Ecologie

Le pied zigodactile permet à cette espèce de mener une vie arboricole dans les chevelures des arbres mais aussi dans les plantes succulentes des déserts. Dans l’île de Sumba, ces oiseaux choisissent des forêts épaisses et des altitudes qui ne dépassent pas 500 mètres.
Ils peuvent aussi marcher sur le sol mais avec difficulté à cause de leur pied zigodactile.

Morphophysiologie

Les Kakatoe leadbeateri leadbeateri ont un plumage base hypomelanique qui peut être blanc avec des nuances roses sur les ailes et le dos tandis que la tête, le thorax et le cou présentent une couleur rose plus intense. Comme pour toutes les autres espèces, les adultes ont une crête érectile qui s’ouvre en formant une bande horizontale jaune et rouge.

Le Cacatoès de Leadbeater présente une crête érectile très voyante © Giuseppe Mazza

Le Cacatoès de Leadbeater présente une crête érectile très voyante © Giuseppe Mazza

Les yeux sont bordés d’une peau nue blanche, le bec gris et fort a la partie supérieure mobile par rapport à la mandibule inférieure et à la nuque; les pieds sont robustes.

Ils peuvent atteindre 36 cm de long avec un poids de 350-500 g.  Ils vivent jusqu’à 50 ans.

Ethologie-Biologie Reproductive

Le dimorphisme sexuel est marqué par l’iris qui est noir chez les mâles adultes, brun-rougeoyant chez les femelles et brun chez les immatures. La maturité se manifeste à la troisième année de vie pour les femelles et à la quatrième pour les mâles. C’est pendant cette période que l’accouplement a lieu.

La ponte comprend habituellement 3-5 œufs et la couvée dure 24-26 jours. Le père place son nid dans un trou d’arbre et il s’occupe de nourrir la femelle et ses petits par régurgitation. Ceux-ci sont sevrés à la huitième semaine de vie quand ils sont entièrement autonomes dans le vol et dans la recherche de la nourriture.

Les Kakatoe leadbeateri ladbeatari sont frugivores, granivores, nectarifères et insectivores.

En effet ils se nourrissent des graines de différentes espèces d’arbre, tubercule, oignons, baies, fleurs et pollen, fruits, légumes, bourgeons, insectes et larves, notamment de coléoptères et de lépidoptères.

Ils vivent dans des groupes bruyants : on peut les retrouver rassemblés sur les bords des rivières où il est plus facile de trouver la nourriture dont ils ont besoin. En captivité il leur faut des volières très vastes et robustes, avec des troncs d’arbre utilisés soit comme perchoirs que comme lieu pour placer leur nid. C’est une espèce bruyante, très sociable, facile à apprivoiser parfois objet d’expérimentation d’éthophysiologie car ils présentent des phénomènes remarquables d’imitation vocale et de la voix humaine.

Le commerce de ces oiseaux est sévèrement contrôlé par la CITES. La IUCN a ajouté le Kakatoe leadbeateri leadbeateri à la red list des espèces en risque de disparition.

 

→ Per nozioni generali sui Psittaciformes vedere qui.

→ Per apprezzare la biodiversità dei PSITTACIFORMES cliccare qui.