Magnolia champaca

Famille : Magnoliaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Chez lui en Asie du Sud-Est, Magnolia champaca peut atteindre 30 m de hauteur © Giuseppe Mazza

Chez lui en Asie du Sud-Est, Magnolia champaca peut atteindre 30 m de hauteur © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Bangladesh, de Bornéo, du Cambodge, de Chine (Chongqing, Guizhou, Hubei, Sichuan, Tibet et Yunnan), de Java, d’Inde, du Laos, des Petites îles de la Sonde, de Malaisie, du Myanmar (Birmanie), de Singapour, de Sumatra, de Thaïlande et du Vietnam, où elle vit dans les forêts sempervirentes jusqu’à environ 1500 m d’altitude.

Le genre est dédié au médecin et botaniste français Pierre Magnol (1638-1715), directeur du Jardin Botanique de Montpellier ; le nom spécifique est le nom local indien, « champaka », en sanskrit.

Noms communs : champa, fragrant champaca, golden champa, joy perfume tree, yellow jade orchid tree (anglais); tita-sopa (assamais), champa (bengali); dam bac (cambodgien); chen p’o, chen p’o ka, huang lan (chinois); champa (hindi); bunga cempa, tjempaka kuning (indonésien); solo (laotien); champa- ka, chempa putch (malais); champ (népalais); sambagan (tamil); cham phaa (thaïlandais); champangi (telugu); tsam ba ka, tsam pa ka (tibétain); ngoc ian, su nam (vietnamien).

Magnolia champaca (L.) Baill. ex Pierre (1880) est un arbre sempervirent, ou semi-décidu sous les climats plus froids, haut de 9-30 m, au houppier dense et au tronc cylindrique droit, de 50-80 cm de diamètre, à l’écorce lisse gris-brun ; les jeunes branches et les pousses sont recouvertes d’un tomentum jaunâtre. Les feuilles, sur un pétiole long de 2-4 cm, sont simples, alternes, ovales-elliptiques à apex longuement pointu et à marge entière, longues de 10-25 cm et larges de 4-10 cm, de couleur vert intense brillant au-dessus, légèrement pubescentes en-dessous, coriaces. Stipules (appendices foliacés à la base de la feuille qui ont pour but principal de la protéger pendant la phase initiale de croissance) caduques recouvertes d’un dense tomentum rouille.

Les fleurs, jaune pâle ou orangées, atteignant 6 cm de diamètre, très parfumées occupent une place essentielle dans les traditions bouddhistes et hindouistes. Huiles essentielles pour l'industrie cosmétique et vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Les fleurs, jaune pâle ou orangées, atteignant 6 cm de diamètre, très parfumées occupent une place essentielle dans les traditions bouddhistes et hindouistes. Huiles essentielles pour l’industrie cosmétique et vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Les fleurs, sur un pédicelle long de 0,4 cm, sont hermaphrodites, solitaires, axillaires, d’environ 6 cm de diamètre, à 10-18 tépales pétaloïdes oblancéolés, de 2-4 cm de longueur et 0,3-1,2 cm de largeur, de couleur jaune pâle à orangée, aux nombreuses étamines, longues d’environ 0,6 cm, et au gynécée constitué de nombreux carpelles libres disposés en spirale sur un réceptacle conique ; les fleurs dégagent un intense parfum perceptible à distance.

Infrutescence conique, longue de 5-15 cm, aux fruits (follicules) obovoïdes, longs de 1-1,5 cm, de couleur brune, verruqueux, contenant 1-4 graines anguleuses, recouvertes d’un arille charnu rose, huileux, et qui ont une courte durée de germinabilité.

La reproduction se fait à partir des graines, préalablement débarrassées de l’arille, qui contient un inhibiteur puissant, scarifiées et immergées dans de l’eau tiède pendant une journée, dans un substrat drainant organique pour plantes acidophiles maintenu humide à une température de 26-28 °C, avec des temps de germination variables, de 2 semaines à 3 mois, et une première floraison à partir de 6-7 ans. Les variétés sont multipliées par greffage.

Espèce de grande valeur décorative et d’importance économique potentielle qui a longtemps joué un rôle considérable dans la vie et les cérémonies civiles et religieuses des populations locales. L’arbre est largement présent dans les parcs et jardins, notamment en Inde, et ne manque pas à proximité des temples ; ses fleurs, produites presque continuellement, sont utilisées comme décoration et pour parfumer les locaux, mais surtout elles occupent une place prépondérante dans les traditions bouddhistes et hindouistes.

Infrutescence conique, de 5-15 cm, aux fruits (follicules) obovoïdes, longs de 1-1,5 cm, verruqueux, contenant 1-4 graines anguleuses, recouvertes d'un arille charnu rose, huileux, qui ont une courte durée de germinabilité © Giuseppe Mazza

Infrutescence conique, de 5-15 cm, aux fruits (follicules) obovoïdes, longs de 1-1,5 cm, verruqueux, contenant 1-4 graines anguleuses, recouvertes d’un arille charnu rose, huileux, qui ont une courte durée de germinabilité © Giuseppe Mazza

Cultivable dans les régions tropicales et subtropicales humides et marginalement dans celles au climat tempéré chaud, où les températures inférieures à 5 °C sont des événements exceptionnels de très courte durée, elle nécessite une exposition en plein soleil ou sous un ombrage partiel et des sols drainants, de préférence sablonneux, fertiles, profonds, humides, mais sans stagnation, acide ou neutre.

Les huiles essentielles extraites des fleurs sont utilisées dans l’industrie des cosmétiques et des parfums et figurent parmi les ingrédients des parfums les plus coûteux, dont le plus connu est « Joy » ; on en extrait également un colorant.

Le bois, de bonne qualité, est utilisé en menuiserie, pour faire des meubles, des boiseries, des châssis et dans l’industrie du contreplaqué. Toutes les parties de la plante sont utilisées de diverses manières en médecine traditionnelle contre de nombreuses pathologies.

Synonymes : Michelia champaca L. (1753); Michelia euonymoides Burm.f. (1768); Champaca michelia Noronha (1790);Michelia sericea Pers. (1806); Michelia suaveolens Pers. (1806); Michelia rufinervis DC. (1817); Michelia aurantiaca Wall. (1831); Michelia rheedei Wight (1840); Michelia blumei Steud. (1841); Michelia champaca var. blumei Moritzi (1846); Sampacca euonymoides (Burm.f.) Kuntze (1891); Sampacca suaveolens (Pers.) Kuntze (1891); Magnolia membranaceaP.Parm. (1896).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MAGNOLIACEAE cliquez ici.