Muscarella marginata

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Virginie Thiriaud

 

L’espèce est originaire du Belize, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Campeche, Chiapas, Colima, Guerrero, Jalisco, Michoacán, Nayarit, Oaxaca, Quintana Roo, Tabasco, Veracruz et Yucatán), du Nicaragua et du Panama, où elle pousse sur les arbres des forêts situées entre 200 et 1600 m d’altitude.

Le nom du genre vient de Muscaria, genre similaire, dont le nom dérive à son tour du nom latin “musca, ae” = mouche, faisant allusion à la forme de la fleur ; le nom de l’espèce est le participe parfait latin “marginatus, a, um” = bordé, ourlé, en référence aux bords des feuilles.

Muscarella marginata, Orchidaceae

La Muscarella marginata est une petite épiphyte cespiteuse très diffuse en Amérique tropicale © Giuseppe Mazza

Muscarella marginata (Rich.) Luer (2006) est une espèce épiphyte cespiteuse avec rhizome rampant et tiges fines unifoliées d’environ 4 mm de long.

Les feuilles érigées oblancéolées-oblongues avec apex tridenté, sont coriaces et mesurent 1,5 à 2,5 cm de long, y compris le pétiole, et 2 à 3 mm de large.

Les inflorescences, latérales et érigées, se situent sur un pédoncule filiforme long 2,5 à 4 cm. Elles sont racémeuses, compactes, avec de nombreuses fleurs translucides, de couleur jaune pâle maculé de pourpre violacé, s’ouvrant en succession sur un pédicelle et ovaire de 6 à 8 mm.

Le sépale dorsal ové-triangulaire, long 5 à 7 mm et large environ 1,5 mm, a un apex caudé charnu, de 2 à 3 mm de long, et des bords irrégulièrement dentelés. Les sépales latéraux sont similaires, unis à leur base sur une longueur d’environ 2 mm.

Les pétales ové-triangulaires avec un apex aigu et des bords irrégulièrement dentelés, mesurent 2,5 à 3 mm de long et environ 0,5 mm de large. Le labelle onguiculé est trilobé avec des lobes latéraux triangulaires, d’environ 1 mm de long, et un lobe médian, épais, convexe, légèrement verruqueux, avec un sommet obtus et des bords frangés, d’environ 2 mm de long et 1,5 mm de large. La colonne mesure environ 2,5 mm de long.

Elle se reproduit par graines, in vitro, mais généralement par division, chaque section étant pourvue d’au moins 4 à 5 tiges.

Cette orchidée miniature formant d’épaisses touffes avec une floraison de longue durée, nécessite une position semi-ombragée, des températures intermédiaires, une humidité ambiante élevée, 70-80 %, et un mouvement constant de l’air.

On peut la monter sur des troncs, des morceaux d’écorce ou des radeaux de différents types recouverts de sphaigne pour garder les racines humides. Elle peut également être cultivée en pot avec un compost drainant qui peut être formé avec des fragments d’écorce broyés, du charbon de bois végétal et de la sphaigne.

Les arrosages, avec de l’eau de pluie, de l’eau obtenue par osmose inverse ou de l’eau déminéralisée, doivent être fréquents, voire quotidiens en cas de températures élevées, un peu plus espacés en hiver, mais sans jamais laisser le substrat sécher complètement, car il n’a pas de période de repos précise.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Epidendrum marginatum Rich. (1792); Pleurothallis alata A.Rich. & Galeotti (1845); Pleurothallis spectrilinguis Rchb.f. (1882); Pleurothallis marginata (Rich.) Cogn. (1896); Pleurothallis hastata Ames (1908); Pleurothallis scopula Schltr. (1910); Pleurothallis liebmanniana Kraenzl. (1920); Specklinia hastata (Ames) Pridgeon & M.W.Chase (2001); Specklinia alata (A.Rich. & Galeotti) Solano & Soto Arenas (2003); Specklinia spectrilinguis (Rchb.f.) Luer (2004).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!