Muscarella megalops

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

Muscarella megalops, Orchidaceae

Muscarella megalops est une épiphyte venant des forêts humides de l’Équateur, entre 1500 et 2500 m d’altitude © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire d’Équateur (Azuay), où elle vit sur les arbres de la forêt humide entre 1500 et 2500 m d’altitude.

Le nom du genre dérive de Muscaria, genre apparenté issu lui-même du substantif latin “musca, ae” = mouche, allusion à la forme des fleurs ; l’épithète spécifique est la combinaison de l’adjectif grec “μεγάλα” (megala) = grand, et du substantif “ὄψις” (opsis) = visage, apparence, en référence au labelle.

Muscarella megalops (Luer) Luer (2006) est une espèce épiphyte cespiteuse à rhizome rampant et fines tiges unifoliées, longues de 0,5 à 1 cm, entourées de deux gaines tubulaires.

Les feuilles érigées sont obovales à l’apex aigu à obtus et une longue base fine, coriaces, longues de 3 à 4,5 cm et larges d’environ 0,8 cm.

Sur un pédoncule filiforme flexueux long de 4 à 5 cm, l’inflorescence racémeuse, incurvée à tendance retombante, est large et peut atteindre jusqu’à environ 15 cm de longueur ; elle porte plusieurs fleurs de 2 à 3 cm de diamètre qui s’ouvrent successivement.

Le pédicelle et l’ovaire font environ 1 cm de longueur. Les sépales sont libres, similaires, oblongs, à l’apex caudé, carénés, longs d’environ 2,2 cm et larges de 0,3 cm, translucides, de couleur blanc verdâtre avec des taches violettes, ciliés.

Les pétales sont strictement triangulaires, à l’apex longuement acuminé. Ils sont longs d’environ 1,4 cm et larges à la base de 1 mm, translucides, de couleur verdâtre, avec des poils longs et épars à la base.

Le labelle obovale comporte à la base deux petits lobes érigés, convexes, pubescents et densément ciliés à l’extérieur, de couleur rouge pourpre, d’environ 1,3 cm de long et 0,6 cm de large ; la colonne, d’environ 3 mm de long, est de couleur verte.

Cette espèce est multipliée par semis, in vitro, mais le plus souvent par division, chaque section étant pourvue d’au moins 4 ou 5 tiges.

Muscarella megalops, Orchidaceae

La fleur, vue ici de près en ouverture, atteint 2 à 3 cm de diamètre. Les touffes denses sont aisément obtenues © Giuseppe Mazza

Cette Orchidée miniature à fleurs caractéristiques compte parmi les plus grandes du genre ; elle se démarque notamment par l’aspect et la taille du labelle et forme des touffes denses en peu de temps.

De culture assez facile, elle demande la mi-ombre, des températures fraîches aux minima nocturnes d’au moins 8 °C, une humidité élevée de 70-80 %, et une ventilation légère et constante.

On peut la monter sur des éclats d’écorce, des radeaux de liège ou de fougères arborescentes. On peut aussi l’installer en pot dans un compost drainant qui peut être fait de morceaux d’écorce de granulométrie moyenne, de charbon végétal et de sphaignes. La plante n’a pas de période précise de repos ; l’arrosage doit donc être régulier, voire quotidien pour les plantes montées, et employer de l’eau de pluie, de l’eau osmose-inversée ou de l’eau déminéralisée ; éviter la stagnation d’eau qui peut provoquer des pourritures. On conseille une fertilisation mensuelle avec un produit spécifique pour orchidées, au ¼ de la dose indiquée sur l’emballage.

Cette espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Pleurothallis megalops Luer (1982); Specklinia megalops (Luer) Pridgeon & M.W.Chase (2001).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.