Ochrosia elliptica

Famille : Apocynaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Ochrosia elliptica est un arbuste de 4-8 m. Fruits toxiques, mais écorce et feuilles à vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Ochrosia elliptica est un arbuste de 4-8 m. Fruits toxiques, mais écorce et feuilles à vertus médicinales © G. Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (Queensland), des îles Norfolk, de Nauru, de Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu, où elle pousse le long des côtes près de la mer sur des sols généralement sablonneux.

Le nom de genre vient du grec « ochros » = jaune pâle, en référence à la couleur du bois ; le nom spécifique de l’adjectif latin « ellipticus, a, um » = elliptique, en référence à la forme de la feuille.

Noms communs : berrywood tree, bloodhorn, elliptic yellowwood, kopsia, lipstick tree, mangrove ochrosia, New Caledonia tree, pokosola, red berrywood, scarlet wedge-apple, wedge apple (anglais); faux caféier, faux quinquina (français).

Ochrosia elliptica Labill. (1824) est un arbuste ou un petit arbre sempervirent haut de 4-8 m aux branches de couleur jaune cendré à la sève laiteuse. Les feuilles, sur un pétiole long de 0,5-2 cm, sont opposées ou plus fréquemment disposées en verticilles de 3-4, simples, entières, obovales-elliptiques à apex aigu ou obtus, coriaces, de couleur vert intense brillant au-dessus, plus clair en-dessous, longues de 5-18 cm et larges de 3-8 cm.

Les inflorescences sont des cymes axillaires ou terminales portant de nombreuses fleurs hermaphrodites odorantes, de couleur blanc crème à jaunâtre, au calice à 5 lobes obtus longs de 0,2 cm, à corolle à la base tubulaire longue de 1-1,5 cm et à 5 lobes ovales-oblongs d’environ 0,7-1 cm de longueur.

Les fruits, toxiques, sont des drupes presque ellipsoïdales à l’apex pointu, habituellement par paire, de couleur rouge vif à maturité, d’où exsude un latex collant à l’incision, de 3-6 cm de longueur et 2-4 cm de diamètre, à l’endocarpe ligneux contenant 2-6 graines orbiculaires munies d’une aile étroite. La reproduction se fait par les graines, préalablement scarifiées, dans un substrat sableux drainant maintenu humide, à une température de 22-24 °C avec des temps de germination de 1-2 mois, et par bouturage. La dispersion des fruits est facilitée par les deux cavités latérales présentes à maturité dans l’endocarpe qui leur permet de flotter et d’être transportées par les courants océaniques.

Espèce aux fruits voyants, à croissance plutôt lente, cultivables dans les zones tropicales et subtropicales, ne supportant pas des températures proches de 0 °C sauf si elles sont exceptionnelles et de très courte durée, en plein soleil ou à mi-ombre sur différents types de sols, pourvu qu’ils soient parfaitement drainants, d’acides à alcalins, sableux ou rocheux ; bien enraciné elle peut supporter de longues périodes de sécheresse, bien qu’elle tire profit d’une irrigation régulière. En raison de sa résistance aux aérosols salins, elle peut être utilisée dans les jardins près de la mer, bien que la toxicité élevée des fruits suggère une utilisation prudente ; elle est également utilisée pour la consolidation des zones sablonneuses près de la mer.

L’écorce est utilisée en médecine traditionnelle contre certaines pathologies ; des feuilles sont extraits alcaloïdes indoliques cytotoxiques, en particulier l’ellipticine, dont les dérivés synthétiques, aux effets secondaires moins graves et d’une plus grande sélectivité, se sont révélés d’un grand intérêt en tant que substances antitumorales.

Synonymes : Ochrosia parviflora G.Don (1837); Bleekeria calocarpa Hassk. (1855); Bleekeria kalocarpa Hassk. (1855); Lactaria calocarpa (Hassk.) Hassk. (1856); Ochrosia calocarpa (Hassk.) Miq. (1869); Lactaria elliptica (Labill.) Kuntze (1891); Lactaria parviflora (G.Don) Kuntze (1891); Bleekeria elliptica (Labill.) Koidz. (1923); Excavatia elliptica (Labill.) Markgr. (1936); Ochrosia noumeensis Baill. ex Guillaumin (1941).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des APOCYNACEAE cliquez ici.