Olea capensis subsp. macrocarpa

Famille : Oleaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Un'Olea capensis subsp. macrocarpa nel suo ambiente naturale © Giuseppe Mazza

Olea capensis subsp. macrocarpa dans son environnement naturel © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Burundi, du Cameroun, des Comores, de Côte d’Ivoire, d’Éthiopie, de Guinée, du Kenya, de Madagascar, du Nigéria, du Rwanda, de Sierra Leone, de Somalie, d’Afrique du Sud, du Soudan, du Swaziland, de Tanzanie et du Zaïre, où elle vit dans les forêts humides de montagne mixtes et sempervirentes, entre 1000 et 2500 m d’altitude.

Le nom de genre est le nom latin de l’olivier commun (Olea europaea) ; le nom latin de l’espèce « capensis » = du Cap, se réfère à l’un des lieux d’origine, celui de la sous-espèce est la combinaison des termes grecs « makrόs » = large et « karpόs » = fruit, avec une référence évidente.

Noms communs : east african olive, ironwood, mountain olive, olivewood (anglais); olivier d’Afrique (français); oliveira africana (portugais); loliondo (swahili); ostafrikanisches olivenholz (allemand).

Olea capensis subsp. macrocarpa (C. H. Wright) I. Verd. (1909) est un arbre mesurant jusqu’à environ 20 m de hauteur, bien que des spécimens dans la nature puissent atteindre 40 m, à l’écorce grisâtre fissurée longitudinalement.

Les feuilles, sur un pétiole long de 0,8-1,5 cm, sont opposées, entières, coriaces, oblongues ou elliptiques, longues de 4-10 cm et larges de 2-4 cm, à apex pointu, de couleur vert foncé brillant au-dessus, verts plus clair en-dessous, à nervure centrale proéminente.

Inflorescences en panicules terminales et à l’aisselle des deux dernières paires de feuilles, longues de 3,5-10 cm, aux fleurs odorantes au calice campanulé, long de 1 mm, et à la corolle longue de 4 mm, blanche, à 4 lobes ovales.

Les fruits sont des drupes ellipsoïdes longues d’environ 2 cm. La reproduction se fait par semis avec des temps de germination très variables, de quelques mois à plus d’un an.

L’espèce fournit un bois d’excellente qualité, de couleur brun jaunâtre aux veines irrégulières grises, brunes et noirâtres, particulièrement dur et à grain fin, utilisé dans la construction en général, pour réaliser des meubles, des embarcations, des pièces automobiles, des outils, des poteaux, des objets artisanaux, etc. En raison de sa haute résistance à l’abrasion, il est souvent utilisé pour les sols soumis à une circulation piétonne élevée, et est également excellent comme combustible et pour la production de charbon. Des parties de la plante, en particulier les feuilles, sont utilisées de diverses manières en médecine traditionnelle contre différentes pathologies.

Synonymes : Linociera urophylla Gilg (1901); Olea hochstetteri Baker (1902); Olea macrocarpa C.H.Wright (1909); Olea urophylla (Gilg) Gilg & G.Schellenb. (1913); Steganthus urophyllus (Gilg) Knobl. (1934); Olea guineensis Hutch. & C.A.Sm. (1937); Olea madagascariensis Boivin ex H. Perrier (1950); Olea perrieri A.Chev. ex H. Perrier (1950).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des OLEACEAE cliquez ici.