Plumeria rubra

Famille : Apocynaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Plumeria rubra © Giuseppe Mazza

Plumeria rubra © Giuseppe Mazza

Plumeria rubra L. (1753) est originaire d’Amérique, du Mexique au Venezuela (Mexique, Belize, Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Venezuela).

Le genre est dédié au missionnaire français Charles Plumier (1646-1704), qui a récolté et étudié un grand nombre de plantes dans la région des Caraïbes à la fin des années 1600 ; le nom spécifique est le terme latin « rubra » = rouge, avec une signification évidente.

Noms communs : “pomélia” (en particulier à Palerme), “frangipane”, “fragipani” (italien); “temple tree”, “templetree”, “nosegay”, “pagoda tree”, “frangipani tree”, “red paucipan”, “red-jasmine” (anglais); “tipanier” (en particulier à Thaïti), “frangipanier” “fleur des temples” (français); “flor de mayo”, “flor de la Cruz“, “flor de leche”, “amapola”, “frangipán rojo”, “grangipanes”, “alhelí”, “alhelí cimarrón” (espagnol); “pagodenbaum”, “tempelbaum”, “jasminbaum”, “frangipani” (allemand); “flor-de-Santo-Antônio”, “jasmim-de-caiena”, “jasmim-do-pará”, “jasmin-do-pará”, “jasmin-manga” (portugais).

Espèce décidue ou semi-décidue, se présentant comme un arbuste ou un arbre de petite taille ou de taille moyenne, au houppier élargi, qui peut atteindre jusqu’à environ 8 m de hauteur ; il présente une tige charnue, subérifiée avec l’âge, et des feuilles oblongues mesurant jusqu’à environ 50 cm de longueur. Inflorescences terminales aux fleurs voyantes, bisexuelles, infundibuliformes, de 7-12 cm de diamètre, intensément parfumées, à 5 (rarement 6-7) pétales charnus, qui peuvent être blancs au centre jaune, entièrement jaunes ou dans diverses nuances de rose, de rouge et de pourpre. Les fruits sont des follicules fusiformes appairés, longs de 15-25 cm, contenant de nombreuses graines plates dotées d’une aile membraneuse adaptée pour favoriser leur dispersion.

La reproduction se fait généralement et facilement par bouturage et marcottage. Espèce de grande valeur décorative, pour la beauté et le parfum de ses fleurs, qui est devenue l’un des symboles des tropiques, se répandant, dès le XVI ième siècle, d’abord dans le sud-est asiatique et plus tard dans d’autres régions tropicales et subtropicales.

Sa culture peut être tentée, en plein soleil et dans des sols drainants, y compris dans les zones particulièrement clémentes des zones tempérées chaudes, comme les côtes de Sicile ; ailleurs elle devra être cultivée en pots afin de pouvoir être mise à l’abri en hiver, car elle ne supporte pas les températures voisines de zéro, ou légèrement en-dessous, notamment dans le cas d’une humidité environnementale et du sol élevée. Favorisé en cela par le fait que les régions d’où elle provient sont caractérisées par deux saisons distinctes, une sèche et relativement fraîche, correspondant à peu près à notre hiver, durant laquelle elle entre en stase végétative, et une chaude-humide et pluvieuse de mai à octobre, où elle est en végétation.

Par conséquent, en hiver, elle peut être laissée dans un local ventilé et sec, pratiquement sans soins, pour être réinstallée en plein air au printemps, de préférence exposée au sud, car elle a besoin d’au moins 6-8 heures de soleil par jour pour bien fleurir.

Les fleurs peuvent être blanches à centre jaune, jaunes, roses et rouges © Mazza

Les fleurs peuvent être blanches à centre jaune, jaunes, roses et rouges © Mazza

Synonymes : Plumeria incarnata Mill. (1768); Plumeria arboreaNoronha, (1790); Plumeria bicolor Ruiz & Pav. (1799); Plumeria carinata Ruiz & Pav. (1799); Plumeria lutea Ruiz & Pav. (1799); Plumeria purpurea Ruiz & Pav. (1799); Plumeria tricolor Ruiz & Pav. (1799); Plumeria acuminata (1811); Plumeria acutifolia Poir. in J.B.A.P.M.de Lamarck (1812); Plumeria mollisKunth in F.W.H.von Humboldt, A.J.A.Bonpland & C.S.Kunth (1819); Plumeria mexicana Lodd. (1825); Plumeria conspicua G.Don in J.C.Loudon (1830); Plumeria lambertiana Lindl. (1830); Plumeria kunthiana Kostel. (1834); Plumeria arborescensG.Don (1837); Plumeria aurantia Lodd. ex G.Don (1837); Plumeria blandfordiana Lodd. ex G.Don (1837); Plumeria gouanii D.Don ex G.Don. (1837); Plumeria kerrii G.Don (1837); Plumeria macrophylla Lodd. ex G.Don (1837); Plumeria milleri G.Don (1837); Plumeria northiana Lodd. ex G.Don (1837); Plumeria tenuifolia Lodd. ex G.Don (1837); Plumeria aurantiaca Steud. (1841); Plumeria angustifolia A.DC. in A.P.de Candolle (1844); Plumeria megaphylla A.DC. in A.P.de Candolle (1844); Plumeria aurantia Endl. in A.Hartinger (1846); Plumeria jamesonii Hook. (1853); Plumeria loranthifoliaMüll.Arg. in C.F.P.von Martius & auct. suc. (1860); Plumeria rubra f. acuminata (W.T.Aiton) Woodson (1938); Plumeria rubra f. acutifolia (Poir.) Woodson (1938); Plumeria rubra f. lutea (Ruiz & Pav.) Wood (1938); Plumeria rubra f. tricolor(Ruiz & Pav.) Woodson, (1938); Plumeria rubra var. acuminata(W.T.Aiton) R.S.Rao & Balamani (1984).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des APOCYNACEAE cliquez ici.