Purpureostemon ciliatus

Famille : Myrtaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Originaire de Nouvelle-Calédonie, Purpereostemon ciliatus est une espèce peu cultivée en Europe, malgré son incontestable potentiel horticole © Giuseppe Mazza

Originaire de Nouvelle-Calédonie, Purpereostemon ciliatus est une espèce peu cultivée en Europe, malgré son incontestable potentiel horticole © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du nord de la Nouvelle-Calédonie où elle pousse dans les bosquets ras à basse et moyenne altitude.

Le nom de genre est la combinaison de l’adjectif latin « purpureus, a, um » = pourpre, et du substantif grec « στήμων » (stemon) = étamine, avec une référence évidente ; le nom spécifique est l’adjectif latin « ciliatus, a, um » = doté de cils, en référence aux jeunes feuilles ciliées à la base.

Purpureostemon ciliatus (J.R.Forst. & G.Forst.) Gugerli (1939) est un arbuste dressé ou prostré très ramifié, sempervirent, haut de 0,6-2 m, aux jeunes branches villeuses.

Les feuilles sont simples, les inférieures alternes, les supérieures presque opposées, subsessiles, oblongues à elliptiques à apex obtus et à marge incurvée, coriaces, épaisses, rigides, densément villeuses et ciliées à la base lorsqu’elles sont jeunes, longues de 2,5-3,5 cm et larges de 0,5-1,5 cm, de couleur vert clair brillant au-dessus, vert pâle en-dessous.

Inflorescences terminales, sur un pédoncule court, constituées de cymes corymbeuses portant des fleurs de couleur rouge au calice villeux à 5 sépales triangulaires libres, 5 pétales ovales, villeux, ciliés, et environ 25 longues étamines dressées.

Les fruits sont des capsules trilobées de couleur rouge vif à maturité, de 1-1,2 cm de diamètre et 0,6 cm de hauteur, contenant de nombreuses graines oblongues.

La multiplication se fait par semis dans un substrat sableux maintenu humide à une température de 20-22 °C et par bouturage.

Espèce presque inconnue en culture, mais de valeur décorative considérable, cultivable en plein soleil dans les régions au climat tropical, subtropical et marginalement tempéré chaud, sur des sols drainants même pauvres ; bien enracinée elle peut supporter des périodes de sécheresse.

Potentiellement c’est un excellent sujet pour la culture en pot, en raison de sa taille réduite, de son feuillage compact et élégant et de ses inflorescences de couleur rouge vif.

Synonymes : Leptospermum ciliatum J.R.Forst. & G.Forst. (1775); Melaleuca ciliata (J.R.Forst. & G.Forst.) G.Forst. (1786); Metrosideros ciliata (J.R.Forst. & G.Forst.) Sm. (1797); Metrosideros buxifolia Dum.Cours. (1811); Stenospermum ciliatum (J.R.Forst. & G.Forst.) Heynh. (1841); Fremya ciliata(J.R.Forst. & G.Forst.) Brongn. & Gris (1863); Nania ciliata (J.R.Forst. & G.Forst.) Kuntze (1891); Xanthostemon ciliatum(J.R.Forst. & G.Forst.) Nied. (1893).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MYRTACEAE cliquez ici.