Salvia discolor

Famille : Lamiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

serge.gif
Traduction en français par Serge Forestier

 

Originaire des montagnes péruviennes, où il est pollinisé par des colibris, Salvia discolor est une espèce rare dans la nature et en culture méritant une plus grande diffusion dans le monde horticole © G. Mazza

Originaire des montagnes péruviennes, où il est pollinisé par des colibris, Salvia discolor est une espèce rare dans la nature et en culture méritant une plus grande diffusion dans le monde horticole © G. Mazza

L’espèce est originaire du Pérou où elle vit confinée dans une petite vallée des Andes parcourue par le fleuve Huancabamba, autour de 1000 m d’altitude.

Le nom de genre est le nom latin qui dériverait selon certains du verbe « salvo » = sauver, guérir, selon d’autres de « salveo » = être en bonne santé, bien se porter, tous deux liés au sanskrit « sarvas » = sauver, en référence aux vertus médicinales ; le nom spécifique est l’adjectif latin « discolor, oris » = d’une couleur différente, en référence à la différence de couleur entre la face supérieure et la face inférieure des feuilles.

Noms communs : Andean sage, Andean silver-leaf sage, black sage, Peruvian sage (anglais) ; sauge du Pérou, sauge andine, sauge cassis, sauge noire (français) ; yatoma (Pérou) ; Peruanischer Salbei (allemand).

Salvia discolor Kunth (1818) est un arbuste sarmenteux pérenne, sempervirent, très ramifié à la base, mesurant de 40 à 90 cm de hauteur, aux tiges tétragonales recouvertes d’un tomentum blanchâtre excepté sur les jeunes branches. Les feuilles, sur un pétiole long d’environ 1,6 cm recouvertes d’un tomentum blanc, sont simples, opposées, ovales-lancéolées à l’apex pointu et aux marges entières, de couleur vert intense et glabre au-dessus, recouvertes d’un tomentum blanchâtre en-dessous, aromatiques, longues de 4 à 8 cm et larges de 2 à 4 cm.

Inflorescences terminales, longues de 20 à 25 cm, aux groupes de fleurs semi-pendantes, sur un court pédoncule, longs de 2 à 3 cm, disposées sur le rachis en verticilles relativement espacés, d’où émane une odeur intense ; le rachis est collant en raison de la présence de glandes sur lesquelles demeurent souvent collés de petits insectes.

Calice campanulé bilobé recouvert d’un tomentum blanc verdâtre, à la lèvre supérieure ovale à apex pointu, et à la lèvre inférieure bidentée. Corolle de couleur violet noirâtre, à la lèvre supérieure entière, et à la lèvre inférieure trilobée au lobe médian plus long. Les fleurs, riches en nectar, attirent de nombreux insectes et dans les régions d’origine sont pollinisées par les colibris. Une variété, Salvia discolor ‘Purple Bracts’, au calice nimbé de pourpre et aux dimensions plus réduites a été sélectionnée.

Feuilles aromatiques collantes et fleurs insolites nectarifères bleu noirâtre © Giuseppe Mazza

Feuilles aromatiques collantes et fleurs insolites nectarifères bleu noirâtre © Giuseppe Mazza

La reproduction se fait par semis, par division au printemps, par boutures herbacées au printemps et semi-ligneuses en été dans un substrat drainant maintenu humide ; les boutures font des racines également dans l’eau. Rare dans la nature et en culture, elle mérite une diffusion plus large pour son feuillage particulièrement décoratif et aromatique et ses inflorescences aux fleurs de couleur inhabituelle. Floraison pratiquement continue dans les régions au climat tropical et subtropical, et du printemps aux premiers froids, dans celles tempérées-chaudes, où elle peut résister à des températures allant jusqu’à environ -4 °C sans dommages importants à la partie aérienne, voire quelques degrés de moins si elle est conservée au sec.

Elle peut former des parterres et des bordures, même mixtes, de grand effet ; elle demande le plein soleil pendant une bonne partie de la journée ou un ombrage partiel, en particulier sous les climats les plus chauds et les plus secs, et des sols légers, profonds et bien drainés, de légèrement acides à légèrement alcalins. Les plantes bien enracinées peuvent résister à de longues périodes de sécheresse, mais elles prospèrent mieux si elles sont arrosées régulièrement pendant les mois les plus chauds, mais sans stagnation qui peut être délétère pour l’appareil racinaire.

Une taille périodique et des fertilisations contribuent à maintenir un port compact et une végétation luxuriante. Cultivable en tant qu’annuelle, lorsque le climat ne permet pas un séjour continu en plein air, à semer dans un environnement protégé en hiver et à transférer à l’extérieur à la fin du printemps. Excellent sujet à cultiver en pots, même suspendus, aussi bien pour la décoration des espaces ouverts que des serres et des jardins d’hiver sous les climats les moins favorables, où il est capable de fleurir sporadiquement même en hiver. Il est l’objet d’attaques par de nombreux parasites, notamment dans des environnements confinés ; il doit donc être fréquemment contrôlé afin d’être en mesure d’intervenir rapidement avec des produits spécifiques.

Synonymes : Salvia bonplandiana F.Dietr. (1821); Salvia mexicana Hemsl. (1883); Salvia nigricans Hemsl. (1883).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LAMIACEAE cliquez ici.