Scutellaria costaricana

Famille : Lamiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Les inflorescences de Scutellaria costaricana ont des corolles de 6 cm © Giuseppe Mazza

Les inflorescences de Scutellaria costaricana ont des corolles de 6 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Costa Rica, du Nicaragua et du Panama, où elle pousse dans les forêts humides jusqu’à environ 1200 m d’altitude.

Le nom de genre vient du latin « scutella » = petite coupe, petite soucoupe, en référence à la forme du calice ; le nom spécifique latin “costaricana” = du Costa Rica, costaricain, se réfère à l’un des lieux d’origine.

Noms communs : bladdersage, helmet flower, scarlet skullcap, costa rican skullcap (anglais); escutelária (portugais).

Scutellaria costaricana H.Wendl. (1863) est une espèce herbacée sempervirente, mesurant jusqu’à plus de 1 m de hauteur, à tiges dressées de couleur pourpre foncé à section presque quadrangulaire et à feuilles de couleur vert foncé, sur un pétiole long de 2-4 cm, opposées, ovales, profondément veinées, longues de 8- 15 cm et large de 3-6 cm, à marge sérulées-dentées et à apex pointu.

Inflorescences racémeuses terminales, longues de 5-8 cm, portant des fleurs à calice campanulé bilabié et à corolle tubulaire, de couleur rouge écarlate à gorge jaune, pubescente et légèrement incurvée vers l’avant, longue d’environ 6 cm, bilabiée, à la lèvre inférieure convexe et trilobée, et à 4 étamines. La multiplication se fait par semis, mais la plante fructifie rarement en dehors des zones d’origine, et par boutures herbacées, au printemps, dans un substrat sableux maintenu humide à une température de 24-26 °C.

Espèce la plus courante du genre Scutellaria en culture pour son feuillage décoratif et sa floraison spectaculaire de longue durée, aussi bien comme plante de jardin, dans les zones au climat tropical et subtropical, qu’en pot, lorsque sa culture en plein air tout au long de l’année n’est pas possible, pour la décoration des patios et des terrasses en été et des vérandas et des serres en hiver.

Au jardin, utilisée en groupe ou en bordures, elle nécessite une exposition en plein soleil, sauf aux heures centrales de la journée, ou un léger ombrage, et un sol drainant, riche en substance organique, acide ou neutre, maintenu humide. Elle supporte la taille, à effectuer en fin d’hiver, ce qui favorise l’étoffage. En pot, elle sera cultivée à exposition aussi lumineuse que possible dans un substrat organique acide ou neutre additionné de sable siliceux grossier ou d’agriperlite pour améliorer le drainage, avec des températures hivernales minimales de préférence supérieures à 15 °C.

Les arrosages devront être réguliers en été, espacés en hiver, mais sans laisser sécher complètement le substrat, en évitant l’eau stagnante qui peut provoquer la pourriture ; elle nécessite une humidité ambiante élevée, et des nébulisations à l’aide d’une eau non calcaire, pour éviter les taches disgracieuses sur les feuilles, sont utiles si l’environnement est chaud et sec. Elle est assez sujette aux attaques d’acariens et de pucerons, à traiter éventuellement avec des produits spécifiques.

De nombreuses variétés de couleurs différentes ont été sélectionnées, jaunes, roses, blanches, orangées, dans diverses nuances.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LAMIACEAE cliquez ici.