Stanhopea ruckeri

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Virginie Thiriaud

 

L’espèce est originaire du Belize, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Chiapas, Oaxaca et Veracruz) et du Nicaragua, où elle pousse sur les arbres des forêts humides entre 200 et 1400 m d’altitude.

Le genre est dédié à Philip Henry Stanhope (1781-1855), qui fut président de la London Medico-Botanical Society ; le nom de l’espèce est dédié au collectionneur d’orchidées anglais Sigismond Rucker (1810-1975).

La Stanhopea ruckeri Lindl. (1843) est une espèce épiphyte à pseudobulbes ovoïdes, légèrement comprimés latéralement, rainurés, de 4 à 7 cm de long et d’environ 4 cm de large, ne portant qu’une feuille à l’apex. Le pétiole est fin, cannelé, d’environ 5 cm de long. Le limbe, elliptique à obovale-elliptique avec un apex aigu, plissé, mesure entre 20 et 55 cm de long et 8 à 15 cm de large.

Stanhopea ruckeri, Orchidaceae

Stanhopea ruckeri est une épiphyte d’Amérique centrale avec des pseudobulbes ovoïdes rainurés, longs 4 à 7 cm et larges environ 4 cm, ne portant qu’une feuille à l’apex, de 20 à 55 cm. A droite, détail de l’inflorescence latérale pendante, de 20 à 35 cm de long. Elle porte 3 à 10 fleurs légèrement parfumées de 10 à 14 cm de diamètre © Giuseppe Mazza

Inflorescence latérale racémeuse, sur un pédoncule recouvert de gaines membraneuses, pendante, de 20 à 35 cm de long. Elle porte entre 3 et 10 fleurs voyantes légèrement parfumées, de 10 à 14 cm de diamètre, avec des sépales et des pétales verdâtres ou blanc crème parsemés de brun-rougeâtre. Le labelle est blanc crème, à part la base qui est jaune-orangé avec des taches brun-rouge ; il existe aussi une forme entièrement blanche.

Sépales oblongs-ovés avec apex obtus ou aigu, concaves, de 5 à 6,5 cm de long et de 2,5 à 4,5 cm de large. Pétales elliptiques-lancéolés avec apex allant d’aigu à acuminé et bords ondulés-crépus, de 4,5 à 5,5 cm de long et de 1,5 à 2,4 cm de large. Labelle d’environ 5 cm de long et 3 cm de large, tripartite, formé par une courte base sacciforme, appelée hypochile, une partie intermédiaire, le mésochile, avec deux protubérances falciformes en forme de corne, pointues, de 3 à 3,5 cm de long, et une partie finale, l’épichile, ovale avec un apex aigu. La colonne est arquée, de 4 à 5 cm de long, munie de deux ailes.

Elle se reproduit par graines, in vitro, et par division à la reprise végétative, chaque section étant pourvue d’au moins 4 à 5 pseudobulbes.

Stanhopea ruckeri, Orchidaceae

Dans cette curieuse juxtaposition de deux détails apparait une image fantaisiste d’une danseuse funambule observée par un hibou. Des fleurs qui font rêver et il est bon de savoir que l’espèce n’est pas en voie de disparition. On la trouve souvent dans les jardins botaniques et dans les collections d’amateurs. Croissance rapide et culture facile © Giuseppe Mazza

Plante de culture facile et à croissance rapide, florifère, elle exige des températures moyennes à chaudes et une position très lumineuse, voire même quelques heures de soleil direct le matin, une humidité élevée, 65 à 75%, et une ventilation constante. Les arrosages doivent être réguliers et abondants, mais sans stagnation, pendant la phase de croissance ; plus réduits pendant la stase végétative, en faisant attention à ne jamais laisser le substrat se dessécher complètement. Elle est habituellement cultivée dans des paniers suspendus munis de larges ouvertures, afin de permettre aux inflorescences de sortir librement, convenablement doublés pour maintenir le substrat, par exemple avec avec une couche de sphaigne comprimée ou de fibre de coco. Le compost peut être formé de fragments d’écorce et de charbon végétal ou de fibres de coco de taille moyenne et de sphaigne. Fertiliser toutes les deux semaines du printemps à l’automne, mensuellement en hiver, avec un produit hydrosoluble équilibré, contenant des micro-éléments, à ¼ de la dose indiquée sur l’emballage. La plante ne devra pas être perturbée tant que le substrat ne présente pas de signes de détérioration afin de lui permettre de s’installer et de former de grosses touffes à la floraison éblouissante.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Stanhopea inodora Lodd. ex Lindl. (1845); Stanhopea ruckeri var. speciosa Lem. (1854).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.