Strobilanthes cusia

Famille : Acanthaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Marc Longhi

 

Strobilanthes cusia, Acanthaceae, Assam indigo, Chinese rain bell, room

Strobilanthes cusia est présente dans l’Inde nord-orientale, la Chine et jusqu’à la Thaïlande et le Vietnam, où elle pousse dans les forêts humides jusqu’à 1500 m d’altitude. Plante semi-ligneuse, de 0,5 à 1,8 m de haut dont les fleurs, coniques, sont de couleur rose à violet foncé, bleuâtre. Elle orne parfois les bordures des jardins tropicaux © Giuseppe Mazza

L’espèce est présente au Bangladesh, Bhutan, Chine (Fujian, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hainan, Hunan, Sichuan, Taiwan, Xizang, Yunnan e Zhejiang), Inde nord-orientale, Laos, Myanmar, Thaïlande et Vietnam

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs “στρόβιλος” (strobilos) = pomme de pin, cône et ἄνθος” = fleur, par référence à la forme de l’inflorescence ; l’origine du nom d’espèce n’est pas documentée.

Noms communs: Assam indigo, Chinese rain bell, room (anglais); rum (Assam); bǎn lán, da-ching-yeh, mǎ lán (chinois); kum (Inde); hoomz baanz (Laos); tarom (Malaysia); khraam  naw ceh (Thaïlande); chàm lá to, chàm nhuộm, chàm mèo, thanh dại (Vietnam).

Strobilanthes cusia, Acanthaceae, Assam indigo, Chinese rain bell, room

Ses racines et ses feuilles possèdent des vertus médicinales et fournissent encore, localement le colorant indigo © Giuseppe Mazza

Strobilanthes cusia (Nees) Kuntze (1891) est une espèce herbacée sempervirente, d’une hauteur de 0,5-1,8 m, dressée, ramifiée aux tiges semi-ligneuses à la base, tétragonales. Les feuilles portées par un pétiole d’une longueur de 0,5 à 6 cm, sont simples, opposées, ovales-elliptiques à l’extrémité aigüe et marges sérulées de 5 à 22 cm de long et 2 à 8 cm de largeur, vert sombre à la face supérieure, plus claires à la face inférieure aux nervures marquées. Les inflorescences sont axillaires ou terminales, portées par un pédoncule de 1 à 12 cm de long, sous forme d’épis ou de panicule avec des bractées foliacées décidues, de 1,2 à 1,5 cm de long, et des fleurs roses ou d’un violet sombre à bleuâtre, semi-pendantes. Le calice en fleur est long de 1 à 2,5 mm et jusqu’à 2,5 cm à la fruitaison. Il est divisé quasiment jusqu’à la base en 5 lobes, dont 4 égaux, linéaires, lancéolés à l’extrémité aigüe, et un, plus long d’oblancéolé à spatulé. La corolle en entonnoir est longue de 4 à 5 cm, à 5 lobes arrondis d’une longueur et d’une largeur d’environ 1 cm, 4 étamines didynames (deux plus longues et deux plus courtes) à l’intérieur du tube, l’ovaire est oblong et le style d’environ 3 cm de long. Le fruit est une capsule oblongue de 1,5-2,5 cm de longueur qui contient 4 graines semi-ovales brunes, de 3-4 mm de long, recouvertes d’une peluche compacte.

La reproduction se fait par semis, bouturage, mais habituellement et facilement par division.

C’est une espèce de culture facile, qui exige un climat tropical ou subtropical humide, en plein soleil ou mi-ombre sur des sols drainants, légèrement acides ou neutres, maintenus humides, même si elle peut supporter de brèves périodes sèches.

C’est une plante qui est largement utilisée depuis des temps immémoriaux dans le sud de la Chine et en Inde comme colorant indigo, désormais remplacé partiellement par des colorants de synthèse, mais encore utilisé localement où elle est en partie cultivée et en partie récoltée dans les collines proches des villages. Le colorant est issu de ses feuilles, où se trouve son précurseur, l’indican, composé organique incolore, soluble dans l’eau, après fermentation et oxydation à l’air libre. La succession de calcinations et de mélanges avec diverses autres espèces de plantes permet d’obtenir différentes teintes et même d’autres couleurs. Ce type de précurseur est présent dans d’autres plantes parmi lesquelles Indigofera tinctoria L. (1753), Isatis tinctoria L. (1753) e Persicaria tinctoria (Aiton) H.Gross (1919), utilisées dans le même but. En médecine chinoise, les feuilles et racines sont employées comme anti- inflammatoire, antigrippal, antifongique, dépurative, pour traiter la malaria, les hépatites, les oreillons, les pneumonies virales, le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), les conjonctivites, le mal de gorge, de tête etc. Les analyses en laboratoire ont confirmé la présence de substances bioactives intéressantes pour la pharmacopée officinale. La plante a aussi un usage ornemental limité pour les haies et les bordures.

Synonymes: Goldfussia cusia Nees (1832); Ruellia indigofera Griff. (1847); Strobilanthes flaccidifolia Nees (1847); Dipteracanthus calycinus Champ. (1853); Ruellia indigotica Fortune (1857); Strobilanthes championii T.Anderson ex Benth. (1861); Strobilanthes balansae Lindau (1897); Baphicacanthus cusia (Nees) Bremek. (1944).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ACANTHACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!