Strobilanthes dyeriana

Famille : Acanthaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Strobilanthes dyeriana est une splendide acantacea des forêts humides du Myanmar © Giuseppe Mazza

Strobilanthes dyeriana est une splendide acantacea des forêts humides du Myanmar © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Myanmar (Birmanie) où elle vit dans les sous-bois des forêts humides.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs « στρόβιλος » (strobilos) = pomme de pin, cône et « ἄνθος » = fleur, en référence à la forme de l’inflorescence ; l’espèce est dédiée au botaniste anglais William Turner Thistleton-Dyer (1843-1928).

Noms communs : Burma conehead, Persian shield, royal purple plant (anglais); escudo persa, escudo pérsico (espagnol).

Strobilanthes dyeriana Mast. (1893) est une espèce herbacée, tendant à devenir semi-ligneuse avec l’âge, touffue, sempervirente, haute de 0,3-1 m, à feuilles opposées simples, rugueuses, ovales-lancéolées à marges légèrement dentées et à apex pointu, longues de 10-16 cm et larges de 5-7 cm, de couleur vert foncé, en particulier le long des nervures, avec des nuances irisées gris métallique et pourpre sur la face supérieure, de couleur pourpre uniforme en-dessous. Inflorescences dressées en épis, longues d’environ 15 cm, à fleurs infundibuliformes, longues d’environ 3 cm, de couleur violet pâle, sous-tendues de bractées vertes. Les fruits sont des capsules oblongues contenant 4 graines.

La reproduction peut se faire par semis, dans un substrat particulièrement drainant et léger, maintenu humide à une température de 24-26 °C, mais habituellement et facilement par division et par boutures apicales, au printemps-été, étant donné la facilité d’enracinement, même simplement dans du sable de silice, de l’agriperlite ou de l’eau, dans un environnement à température et humidité élevées.

Espèce à feuillage particulièrement décoratif, cultivable dans les zones au climat tropical et subtropical humide en tant que spécimen isolé, pour les bordures, même en mélange, et comme couvre-sol, à exposition semi-ombragée ou ombragée pour exalter sa couleur, bien qu’elle supporte le soleil direct des premières heures de la matinée, et à l’abri du vent. Elle nécessite un sol léger et aéré, riche en substance organique, maintenu constamment humide, mais sans stagnation, de légèrement acide à neutre ; elle ne supporte pas les températures voisines de 0 °C, sauf si elles sont exceptionnelles et pendant une période très courte, auquel cas elle peut perdre toute la partie aérienne, mais elle peut repartir de la base au printemps si elle est bien paillée. De légères tailles périodiques sont utiles pour maintenir un port plus compact ainsi que l’élimination des inflorescences lorsqu’elles apparaissent au profit du feuillage.

Dans les zones moins favorisées par le climat, elle peut être cultivée comme annuelle, en utilisant les jeunes plantes obtenues à partir de boutures en été et abritées en hiver dans un environnement protégé, pour ensuite être plantées à l’extérieur au printemps. Cultivable également en pot, selon les modalités mentionnées ci-dessus, en serres et jardins d’hiver ou pour la décoration d’intérieurs lumineux, avec des températures minimales hivernales non inférieures à 15 °C et une humidité ambiante élevée, supérieure à 50 %, qu’il est difficile d’obtenir et de maintenir en appartement. Pour augmenter l’humidité, on peut utiliser des nébulisations fréquentes ou placer le pot sur une soucoupe de grand diamètre remplie de gravier, ou d’un autre matériau inerte, et partiellement d’eau, dont le niveau ne doit pas atteindre le fond du pot, afin de créer un microenvironnement humide autour de la plante. Arrosages et nébulisations doivent être réalisés avec de l’eau non calcaire, sans chlore et à température ambiante, en utilisant si possible de l’eau de pluie. Des apports d’engrais mensuels du printemps à l’automne avec des produits équilibrés hydrosolubles pour plantes acidophiles, à la moitié de la dose recommandée sur l’emballage, sont utiles.

Le contact avec la plante peut provoquer des réactions allergiques chez des individus particulièrement sensibles.

Synonymes : Perilepta dyeriana (Mast.) Bremek. (1944).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ACANTHACEAE et trouver d’autres espèces cliquez ici.