Acanthurus olivaceus

Famille : Acanthuridae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

Celine.gif
Traduction en français de Céline Dimier-Hugueney – Docteur en biologie marine

Long jusqu'à 35 cm Acanthurus olivaceus, ici en compagnie de deux labridés nettoyeurs, est fréquent dans les eaux tropicales de l'Indo-Pacifique

Long jusqu’à 35 cm Acanthurus olivaceus, ici en compagnie de deux labridés nettoyeurs, est fréquent dans les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique © Barry Fackler

Le poisson chirurgien à épaulettes oranges (Acanthurus olivaceus Bloch & Schneider, 1801), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons aux nageoires radiées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Acanthuridae.

Le nom de genre “acanthurus”, vient du grec “akantha”, épine, et “ura” = queue, en raison de l’épine éffilée comme une lame de rasoir que ces animaux portent des deux côtés de la queue.

Le nom de l’espèce “olivaceus”, signifie en latin “de couleur olive”, parce que la première et la seconde partie du corps rappellent la couleur de l’olive à divers stades de maturation.

Zoogéographie

Il vit dans des zones rocheuses mêlées de sable et de débris où il se nourrit d'algues, souvent filamenteuses, de petits invertébrés et de déchets

Il vit dans des zones rocheuses mêlées de sable et de débris où il se nourrit d’algues, souvent filamenteuses, de petits invertébrés et de déchets © Barry Fackler

Il est présent dans les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique. On le trouve, entre autre, à l’Ile Maurice, aux Iles Cocos, à l’Ile de Noël, en Malaisie, Indonésie, Australie, Nouvelle Guinée, Micronésie, Nouvelle Calédonie, Philippines, Taiwan et en Chine, jusqu’à la partie méridinale du Japon. Au sud, on le trouve jusqu’à l’Ile de Lord Howe, et à l’est, aux Iles Marquises, Hawaï et l’Ile Cocos

Écologie-Habitat

Les adultes vivent entre 10 et 50 m de profondeur, en zones rocheuses ou dans les mélanges de sable et détritus ; les jeunes préfèrent les eaux peu profondes, inférieures à 3 m, et les zones plus protégées des récifs.

Sa livrée qui présente un contraste plus ou moins marqué dû à des causes mimétiques ou émotionnelles est nettement divisée, les deux premiers tiers étant plus clairs

Sa livrée qui présente un contraste plus ou moins marqué dû à des causes mimétiques ou émotionnelles est nettement divisée, les deux premiers tiers étant plus clairs © Barry Fackler

Morphophysiologie

Il peut atteindre 35 cm de long mais en principe, il ne dépasse pas 30 cm.

Le corps est plat, plus ou moins ovale, avec une seule grande nageaoire dorsale possédant 9 rayons épineux et 23-25 rayons mous. La nageaoire anale est symétrique mais plus courte, avec 3 épines et 22-24 rayons non-armés ; les nageoires ventrales, de taille modeste, ont 1 épine et 5 rayons mous ; les nageoires pectorales sont relativement longues et pointues; la nageoire caudale a vraiment la forme d’un croissant.

Tout aussi typique la voyante tache ovale orange bordée de noir/violacé près de l'opercule

Tout aussi typique la voyante tache ovale orange bordée de noir/violacé près de l’opercule © François Libert

Chaque mâchoire porte 16 dents ovales en dent de scie, faites exprès pour couper les algues. L’opercule et le pré-opercule présentent des stries et il y a de nombreux arcs branchiaux.

La livrée rend toute confusion impossible : les premiers deux tiers du corps sont clairs, avec une marque ovale orange très voyante entourée de noir-violet qui part du bout de l’opercule ; puis, soudain, avec un net détachement, le tiers postérieur est sombre : marron-gris, plus ou moins vert olive. Et ce contraste entre les 2 zones s’accentue, avec une fonction de mimétisme claire, quand l’animal est stressé. Le pédoncule caudal porte, comme d’habitude, la lame taillante, typique du genre Acanthurus, mise en évidence par un trait noir. La nageoire caudale, ornée de petits traits et points alignés, se termine avec une zone blanche au centre. A part les nageoires pectorales, toutes les nageoires sont bordées de bleu.

Au début les jeunes sont totalement jaunes puis apparaît la tache ovale et enfin la zone foncée qui sépare le poisson. Le corps, arrondi, s'allonge et la caudale devient en forme de croissant

Au début les jeunes sont totalement jaunes puis apparaît la tache ovale et enfin la zone foncée qui sépare le poisson. Le corps s’allonge et la caudale devient en croissant © Barry Fackler en haut à gauche © Bo Pardau à droite © Giuseppe Mazza en bas

Éthologie-Biologie reproductive

Le poisson chirurien à épaulettes oranges vit isolé ou en petits groupes, en se nourrissant principalement d’algues filamenteuses, mais aussi de taille plus consistante, de diatomées, foraminifères du genre Calcarina, de petits invertébrés, et souvent aussi de la pellicule superficielle d’algues microscopiques et de détritus qui recouvrent les fonds. Les œufs sont pélagiques et les jeunes ont une livrée complètement différente des adultes. Au départ, ils sont complètement jaunes ; puis apparaît la ligne orange et enfin la livrée bicolore typique.

Présente dans les aquariums et pêchée localement pour l'alimentation malgré le risque élevé de ciguatera cette espèce a une bonne résilience et n'est pas en danger

Présente dans les aquariums et pêchée localement pour l’alimentation malgré le risque élevé de ciguatera cette espèce a une bonne résilience et n’est pas en danger © Giuseppe Mazza

Acanthurus olivaceus est consommé par les autochtones malgré le risque élevé de ciguatera, une grave intoxication alimentaire liée à la présence d’organismes venimeux dans le régime alimentaire de ce poisson. Les jeunes meurent souvent de façon misérable dans les aquariums domestiques. Ce n’est toutefois pas une espèce en danger. Sa résilience est bonne, ses populations pouvant doubler leurs effectifs en 15 mois. L’indice de vulnérabilité à la pêche est très faible et s’établit à peine 18 sur une échelle de 100.

Synonymes

Hepatus olivaceus Bloch & Schneider, 1801; Rhombotides olivaceus Bloch & Schneider, 1801; Teuthis olivaceus Bloch & Schneider, 1801; Acanthurus eparei Lesson, 1830; Acanthurus humeralis Valenciennes, 1835; Ctenodon erythromelas Swainson, 1839; Harpurus paroticus Forster, 1844; Acanthurus chrysosoma Bleeker, 1857; Hepatus chrysosoma Bleeker, 1857.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.