Amphiprion clarkii

Famille : Pomacentridae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

serge.gif
Traduction en français par Serge Forestier

 

Amphiprion clarkii peut vivre en symbiose avec 10 espèces d'actinies © Giuseppe Mazza

Amphiprion clarkii peut vivre en symbiose avec 10 espèces d'actinies © Giuseppe Mazza

Le Poisson clown de Clark (Amphiprion clarkii Bennett, 1830) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes, à la grande famille des Pomacentridae et à la sous-famille des poissons-clowns, les Amphiprioninae.

Le nom de genre Amphiprion vient du grec « amphi » = « des deux côtés » et « priön » = scie, étant donné que de chaque côté de la tête les pré et sub opercules sont indentés comme une scie.

Le nom de l’espèce clarkii honore la mémoire du graveur John Clark.

Zoogéographie

Il habite les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique. A titre indicatif, il est présent de la Tanzanie au Golfe Persique, à l’île Maurice et aux Maldives, au Sri Lanka, aux îles Andaman, en Thaïlande, en Australie, en Indonésie, en Nouvelle-Guinée, en Micronésie, aux Philippines, à Taiwan et en Chine, jusqu’au sud du Japon. Dans l’hémisphère sud il atteint les Tonga et la Nouvelle-Calédonie.

Écologie-Habitat

Il vit jusqu’à 50-60 m de profondeur, où sont fixées les nombreuses actinies symbiotiques. Le choix n’étant pas difficile, il bat tous les records en vivant parmi les tentacules accueillants d’environ 10 espèces : Cryptodendrum adhaesivum, Entacmaea quadricolor, Heteractis aurora, Heteractis crispa, Heteractis magnifica, Heteractis malu, Macrodactyla doreensis, Stichodactyla gigantea, Stichodactyla haddoni et Stichodactyla mertensii.

Morphophysiologie

De grande taille pour un poisson clown, il a un corps plat et haut qui atteint 13 à 15 cm de longueur. La nageoire dorsale, unique, comme chez tous les poissons clowns, comporte 10 rayons épineux et 15 ou 16 rayons mous, l’anale 2 rayons épineux et 13 ou 14 rayons mous, tandis que les nageoires pectorales, amples et arrondies, comptent 19 ou 20 rayons inermes. Les nageoires ventrales sont plus ou moins arrondies, comme les lobes de la caudale, qui tend à prendre une forme en croissant.

La livrée, plutôt variable selon la zone géographique, est brun-orange sur le museau, le ventre et les nageoires, à l’exception de la nageoire dorsale pratiquement noire comme le reste du corps. Dans tous les cas, on peut remarquer trois bandes blanches verticales qui concernent également le dos, rompant le contour du poisson. La première est au niveau de l’opercule, près de l’œil, la seconde au début des rayons mous de la nageoire dorsale et la troisième sur le pédoncule caudal. La nageoire caudale peut être jaune-orange ou blanche.

Le corps est haut et on note les indentations caractéristiques des pré opercules qui ont donné le nom au genre © Giuseppe Mazza

Le corps est haut et on note les indentations caractéristiques des pré opercules qui ont donné le nom au genre © Giuseppe Mazza

Éthologie-Biologie reproductive

Amphiprion clarkii se nourrit d’algues, de zooplancton et de fragments d’animaux comestibles passant à sa portée.

Comme on l’a vu, il vit en symbiose avec diverses espèces d’actinies aux tentacules urticants, mortels pour d’autres poissons, mais auquel il s’est habitué tout jeune, grâce au mucus protecteur qui recouvre ses écailles. Il trouve ainsi un endroit sûr pour se cacher en cas de danger, et, en contrepartie, il élimine les débris alimentaires et les parasites de l’hôte, chassant les poissons qui grignotent ses tentacules.

Le poisson clown de Clark est une espèce hermaphrodite protérandrique, les mâles, en grandissant, peuvent se transformer en femelles.

Généralement, une petite communauté vit dans une actinie de dimension adéquate. La femelle dominante se remarque tout de suite, plus grande et plus courageuse, suivie, dans l’ordre hiérarchique, par l’époux et par quelques mâles plus petits. Quand la reine meurt, en quelques semaines, le conjoint survivant devient femelle et se marie avec le plus grand mâle du groupe, tandis que les autres avancent d’un échelon dans l’échelle sociale. Dans la nature, les œufs sont collés au pied de l’actinie, sur le rocher. Le mâle les féconde et les surveille, les ventilant avec ses nageoires jusqu’à leur éclosion, et les larves, à peine nées, sont dispersées par les courants.

Si on prend bien soin de lui, le poisson clown de Clark peut se reproduire en aquarium et vivre pendant une décennie. Dans la nature, les populations peuvent doubler en 1,4 à 4,4 années et l’indice de vulnérabilité de l’espèce est relativement faible, avec un niveau de 32 sur une échelle de 100.

Synonymes

Amphiprion boholensis Cartier, 1874; Amphiprion japonicus Temminck & Schlegel, 1843; Amphiprion melanostolus Richardson, 1842; Amphiprion papuensis Macleay, 1883; Amphiprion snyderi Ishikawa, 1904; Amphiprion xanthurus Cuvier, 1830; Anthias clarkii Bennett, 1830; Sparus milii Bory de Saint-Vincent, 1831.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.