Avicennia germinans

Famille : Acanthaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Yves Sioui

 

Espèce pantropicale répartie le long des côtes atlantiques d’Afrique, de la Mauritanie à l’Angola, des Amériques, du sud des États-Unis d’Amérique au Brésil, dans les Caraïbes, elle est aussi présente de manière discontinue sur la côte du Pacifique du Mexique au Pérou.  Elle se retrouve surtout dans les estuaires des rivières dans les zones sujettes aux marées (zones intertidales).

Son nom de genre honore le philosophe et médecin perse Abū ‘Alī al-Ḥusayn ibn ‘Abd Allāh ibn Sīnā (980-1037) connu en occident comme Avicenne ; l’adjectif spécifique est le participe présent du verbe latin ‘germinare, germino, germinans’= ‘germer, je germe, germant’, en référence aux graines qui germent dans le fruit encore attaché à la plante-mère.

Noms communs : faux palétuvier, mangle blanc, palétuvier blanc, palétuvier gris, bois de mèche (français) ; black mangrove, black-wood, lagoon tree, mangle, olive mangrove, salt water mangrove, white mangrove (anglais) ; janju (Cameroun) ; malanga (Gambie); asokoro, asundur, esukuru (Ghana) ; bule, cobaca, iofo, pule, tarafe (Guinea-Bissau) ; ta’ abché (Maya) ; afia nnunun, edo, ogbun (Nigeria) ; mangue amarelo (portuguais) ; bukelek, maglé, mbagé, mbugad, sanar (Senegal) ; makindi, mangro (Sierra Leone) ; mangle negro, mangle prieto, mangle salado, palo de sal, saladillo (espagnol).

L’Avicennia germinans (L.) L. (1764) est un arbuste ou un arbre toujours vert très variable avec un tronc jusqu’à environ 25 m de haut et un diamètre de 40 cm, avec une écorce lisse ou légèrement fissurée verticalement et horizontalement d’un brun-grisâtre, riche en tannins.  Dans les zones marécageuses et périodiquement submergées on trouve à la base de la plante une dense multitude de pneumatophores (racines émergeant de l’eau ou du sol pourvues de tissu aérifère, l’aérenchyme, qui permet l’influx d’oxygène vers les racines sous-jacentes), érigés, jusqu’à 30 cm de long, qui proviennent des racines horizontales placées juste sous la surface du sol.

Avicennia germinans, Acanthaceae

Cette plante pantropicale toujours verte, au port arbustif à arborescent, atteint jusqu’à 25 m de hauteur et un tronc de 40 cm de diamètre et présente une écorce foncée, brun-grisâtre, lisse ou légèrement fissurée. Elle croît dans les marécages côtiers, plutôt dans les estuaires et les zones périodiquement submergées par la marée © Mazza

Les feuilles, au bout d’un long pétiole de 0,5 à 2 cm, sont simples, opposées, décussées, obovées ou elliptiques-lancéolées, acuminées ou obtuses, entières, coriaces, d’un vert pâle et reluisant sur le dessus, couvertes d’une pruine blanche et d’un épais duvet grisâtre ou jaunâtre dessous, de 5 à 15 cm de long et 2 à 4 cm de large ; les feuilles sécrètent, à l’aide de glandes particulières de chaque côté, le sel en excès qui cristallise souvent à la surface.

Les inflorescences, sur un pédoncule de 1-4 cm, axillaires et terminales, sont simples ou en épis composés, pubescentes, compactes, avec des fleurs zygomorphes hermaphrodites à 5 pétales ovés libres, d’environ 4 mm de long par 2 mm de large, à corolle campanulée de 1,2 à 1,5 cm de diamètre, blanches ou crème, pubescentes avec 4 lobes oblongs inégaux, couchés ou réfléchis, de 2 à 3 mm de long, avec le lobe dorsal plus ou moins bilobé, 4 étamines, 2 longs et 2 à peine plus courts.  Les fleurs, odoriférantes et riche en nectar attirant les abeilles, sont protandres (les organes mâles mûrissent avant les femelles, ce qui permet d’éviter l’autofécondation).  Le fruit est une capsule ellipsoïde plate, de 2 à 4 cm de long et 0,8 à 1,2 cm d’épaisseur, de couleur vert pâle à jaunâtre, pubescente, contenant une seule graine vivipare (qui germe dans le fruit encore sur la plante).

Les fruits flottent et les graines demeurent viables longtemps ce qui explique la grande répartition de l’espèce, l’embryon ne se développant pas et restant à l’intérieur du fruit jusqu’à ce qu’il ‘atterrisse’ dans un endroit favorable et qu’il émette des racines pour se fixer au sol ; inversement, si séché, la graine a une durée limitée.

Dans la végétation de mangrove prédomine la zone intertidale intermédiaire ; il ne peut résister longtemps à une submersion prolongée complète des pneumatophores dans l’eau de mer et une salinité du sol aussi haute que 90 ‰.

Avicennia germinans, Acanthaceae

À la base de la plante s’élève une dense multitude de racines émergentes jusqu’à 30 cm de hauteur, des pneumatophores, avec un tissu aérifère qui permet l’influx d’oxygène aux racines dessous. Les fruits sont vénéneux ; les feuilles, les racines et l’écorce sont utilisées dans la médecine traditionnelle contre diverses pathologies © Giuseppe Mazza

Il croît en climat tropical et subtropical et a prouvé être des plus résistants aux basses températures, allant jusqu’au 30e parallèle nord, sous des dimensions restreintes, où il peut survivre à des conditions exceptionnelles, un peu sous 0 °C, avec la perte de sa partie aérienne mais se revégétalisant à partir de la base au printemps, et jusqu’au 28e parallèle sud.

Il a une importance considérable pour l’écosystème costal en fournissant nourriture et abri à une variété d’animaux, en particulier les crustacés, les oiseaux et les reptiles.

Les fruits sont vénéneux alors que les feuilles, les racines et l’écorce sont utilisées dans la médecine traditionnelle contre diverses pathologies.  Le bois, moyennement lourd et de longue durée même immergé, plutôt difficile à travailler, a une utilité limitée en construction civile et navale, dans la fabrication de meubles et d’artisanat, et est plutôt un excellent combustible.

Synonymes : Bontia germinans L. (1759); Avicennia nitida Jacq. (1760) ; Avicennia tomentosa Jacq. (1760) ; Avicennia tomentosa var. campechensis Jacq. (1760) ; Avicennia africana P.Beauv. (1806) ; Avicennia tomentosa var. cumanensis Kunth (1817) ; Avicennia tomentosa var. guayaquilensis Kunth (1817) ; Avicennia elliptica Thunb. (1821) ; Avicennia floridana Raf. (1832) ; Avicennia lamarckiana C.Presl (1845) ; Avicennia meyeri Miq. (1845) ; Avicennia oblongifolia Nutt. ex Chapm. (1860) ; Avicennia officinalis var. lanceolata Kuntze (1891) ; Avicennia officinalis var. nitida Kuntze (1891) ; Avicennia nitida Sessé & Moc. (1894) ; Hilairanthus nitidus (Jacq.) Tiegh. (1898) ; Hilairanthus tomentosus (Jacq.) Tiegh. (1898) ; Avicennia floridana Gand. (1918) ; Avicennia nitida var. trinitensis Moldenke (1934) ; Avicennia germinans var. guayaquilensis (Kunth) Moldenke (1974) ; Avicennia elliptica var. martii Moldenke (1975) ; Avicennia germinans var. cumanensis (Kunth) Moldenke (1975) ; Avicennia germinans f. aberrans Moldenke (1980) ; Avicennia germinans f. brasiliensis Moldenke (1980) ; Avicennia germinans f. venezuelensis Moldenke (1980).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ACANTHACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!