Bjerkandera adusta

Massimiliano_Beretta.gif
Testo © Massimiliano Berretta

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Bjerkandera adusta, Meruliaceae

La Bjerkandera adusta pousse sur les troncs, de préférence morts © Giuseppe Mazza

Famille: Meruliaceae Rea, 1922.

Genre: Bjerkandera Karsten, 1879.

Bjerkandera adusta (Willdenow : Fries) Karsten, 1879.

Le terme « adusta » vient du latin « ustus » = brûlé, calciné, à cause de la couleur typique de l’hyménium. En Italie et en Espagne, aucun nom « commun » n’est utilisé pour cette espèce; en France, par contre, il est connu sous le nom de “Tramète brûlée”, “Polypore brulé”; en Allemagne “Angebrannter rauchporling”; au Royaume Uni “Smoky Bracket”.

Description du genre

A ce genre appartiennent des basidiomes annuels, en forme de console, souvent imbriqués ou soudés latéralement, de consistance coriace-élastique; la surface stérile est finement tomenteuse et parfois zonée; l’hyménium est poroïde, gris ou brun avec de petits pores arrondis, les tubules sont concolores; le contexte est ochracé, séparé de la couche des tubules par une ligne noire. Le système des hyphes est monomitique (structure consistant uniquement en hyphes génératrices, sans hyphes d’un autre type), hyphes avec anses d’anastomose; basidiospores hyalines, blanches en masse, non amyloïdes, lisses, d’ellipsoïde à sub-cylindriques. Ce sont des saprophytes ou de faibles parasites des feuillus (rarement des conifères), provoquant une carie blanche. L’espèce type est Bjerkandera adusta.

Description de l’espèce

Chapeau: basidiomes annuels, en étagères, imbriqués et latéralement soudés, ils recouvrent parfois de grandes surfaces sur les troncs, la fructification simple varie de 3 à 7 cm, la surface cuticulaire, quand elle est présente est finement veloutée, avec des zonages concentriques bruns à marges ondulées, initialement blanchâtres, surtout dans les formes resupinées (retournées vers le haut), puis gris foncé.

Hyménium: poroïde, de gris à noirâtre, à 4-6 pores par mm, arrondis, étirés et irréguliers dans les formes qui ont poussé plus verticalement; Tubules de 1 à 2 mm d’épaisseur, gris fumée, séparés du contexte par une fine ligne noire.

Pied: absent.

Chair: le contexte est fin, d’une épaisseur allant de quelques millimètres à un maximum de 10 mm, de consistance coriace-élastique, sa couleur varie du blanchâtre à l’ocre pâle.

Bjerkandera adusta, Meruliaceae

Un gros plan éloquent. L’odeur est intense et agréable, mais il n’est pas comestible © Giuseppe Mazza

Odeur: très intense et agréable chez les spécimens frais, disparaît chez les desséchés.

Habitat: il pousse toute l’année sur des souches et des troncs morts d’arbres à feuilles caduques, moins fréquent sur des plantes vivantes, rarement sur des conifères.

Comestibilité: sans aucune valeur.

Microscopie: structure des hyphes monomitiques avec des hyphes génératrices, munies d’anses d’anastomose et ramifiées, à parois minces, d’un diamètre de 2 à 4 μm dans le sub-hyménium. Dans le contexte, les parois sont épaissies ou pleines jusqu’à 7 µm de diamètre et présentent un motif irrégulier. Les hyphes cuticulaires sont attachées en cordons atteignant une longueur supérieure à 100 μm. Basidiospores ellipsoïdales, lisses, hyalines, non amyloïdes, 4-6 × 2,3-3,5 μm. Basides claviformes, avec anses d’anastomose à la base, 10-18 × 3,5-6 μm.

Remarques: c’est une espèce assez répandue en Europe, en Amérique du Nord et aussi en Asie, aussi bien dans les bois que dans les parcs et les jardins, sur du bois mort de feuillus, plus rarement sur des épineux, et provoque des caries blanches du bois.

C’est un champignon parasite à croissance plutôt lente. Une fois introduit dans la plante, il provoque sa mort et continue à se développer sur elle en saprotrophe.

Bjerkandera adusta, Meruliaceae

Hyphes génératrices, spores et basides de Bjerkendera adusta © Pierluigi Angeli

Une confusion est possible avec Bjerkandera fumosa (Persoon: Fries) Karsten 1879, mais qui est beaucoup moins répandu, du moins en Italie, et qui diffère par une couleur plus foncée du carpophore, les spores légèrement plus petites, la surface poroïde de blanchâtre à crème et les pores légèrement plus grands, son habitat est seulement sur les arbres à feuilles caduques.

Synonymes

Boletus adustus Willdenow 1787 (basionyme); Gloeoporus adustus (Willdenow) Pilát 1937; Grifola adusta (Willdenow) Zmitrovich & Malysheva 2006; Leptoporus adustus (Willdenow) Quélet 1886; Polyporus adustus (Willdenow) Fries 1821; Polystictus adustus (Willdenow) Fries; Polystictus adustus (Willdenow) Gillot & Lucand 1890; Tyromyces adustus (Willdenow) Pouzar 1966.

 

→ Pour des notions générales sur Fungi voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS cliquez ici.