Bulbophyllum gerlandianum

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

L’espèce est originaire des Philippines (Luzon, Mindanao et Samar) et de Nouvelle-Guinée où elle pousse sur les arbres des forêts humides entre 100 et 1100 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs « βολβός » (bolbos) = bulbe et « φύλλον » (phyllon) = feuille, en référence aux feuilles qui poussent à l’apex des pseudobulbes ; l’espèce est dédiée à l’anthropologue et ethnologue allemand Georg Karl Cornelius Gerland (1833-1919).

Noms communs : Gerland’s bulbophyllum (anglais).

Peu connue en culture, Bulbophyllum gerlandianum est une épiphyte à rhizome rampant des Philippines et de Nouvelle-Guinée © Giuseppe Mazza

Peu connue en culture, Bulbophyllum gerlandianum est une épiphyte à rhizome rampant des Philippines et de Nouvelle-Guinée © Giuseppe Mazza

Bulbophyllum gerlandianum Kraenzl. (1886) est une espèce épiphyte à rhizome rampant radicant aux nœuds, de 0,5-0,7 cm de diamètre, à nombreuses racines filiformes et pseudobulbes ovoïdes, de 1-2,5 cm de hauteur et 0,8-1 cm de diamètre, espacés de 2-10 cm.

Feuilles oblongues à apex émarginé, longues de 10-26 cm et larges de 3-6 cm, coriaces, de couleur vert foncé et brillantes.

Inflorescences basales portant une fleur unique, sur un pédoncule long de 2-2,5 cm, non complètement ouvertes, de couleur jaune pâle plus ou moins densément ponctuée de rouge et intensément parfumées ; pédicelle et ovaire d’environ 5 cm de longueur.

Les fleurs, qui ne s'ouvrent pas entièrement, sont pollinisées par des mouches de fruits © Giuseppe Mazza

Les fleurs, qui ne s’ouvrent pas entièrement, sont pollinisées par des mouches de fruits © Giuseppe Mazza

Sépale dorsal ovale-lancéolé à apex acuminé recourbé, long de 2-2,8 cm et large de 0,6-1 cm, sépales latéraux ovales-triangulaires à apex acuminé, convergents, longs de 1,5-3 cm et larges de 0,8-1,2 cm.

Pétales latéraux ovales-elliptiques à apex acuminé, légèrement incurvés, longs de 1,4-2,6 cm et larges de 0,5-1 cm, labelle incurvé dans la partie centrale, triangulaire dans la partie terminale, obtus, de 0,6-0,8 cm de longueur et 0,3-0,6 cm de largeur, et colonne longue de 0,3-0,4 cm.

Les fleurs sont pollinisées par les mâles de différentes espèces de mouches des fruits, en particulier du genre Bactrocera Macquart, 1835, comme pour Bulbophyllum patens King ex Hook.f. (1890).

La reproduction se fait semis, in vitro, et par division, à partir de chaque section pourvue d’au moins 3-4 pseudobulbes. Espèce florifère presque inconnue en culture, présente presque exclusivement dans des collections spécialisées, elle nécessite une exposition légèrement ombragée, des températures intermédiaires, 20-30 °C, une humidité élevée, 70-80 %, et une ventilation constante.

Arrosages et nébulisations fréquents pendant la période de croissance des pseudobulbes, plus espacés au cours de la stase végétative, mais sans jamais laisser sécher le substrat, en utilisant de l’eau de pluie, de l’eau distillée ou osmosée.

Elle peut être montée sur troncs, écorce ou radeaux de liège ou de racines de fougères arborescentes, avec de la sphaigne à la base pour maintenir l’humidité, ou cultivée en pots ou en paniers, suffisamment grands pour permettre au rhizome de s’allonger librement, avec un substrat constitué de fragments d’écorce de calibre moyen, de sphaigne et de matériau inerte pour améliorer le drainage et l’aération des racines.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Bulbophyllum macranthum var. albescens J.J.Sm. (1905) ; Bulbophyllum truncicola Schltr. (1913) ; Bulbophyllum emiliorum Ames & Quisumb. (1931).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.