Calathea crotalifera

Famille : Marantaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

La Calathea crotalifera est originaire du Belize, de la Bolivie, du Brésil, de la Colombie, du Costa Rica, de l'Équateur, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Nicaragua, du Panama, du Pérou et du Venezuela où elle vit dans les forêts humides le long des cours d'eau et en bordure de zones marécageuses du niveau de la mer jusqu'à environ 1.600 m

L’insolite Calathea crotalifera est originaire du Belize, de la Bolivie, du Brésil, de la Colombie, du Costa Rica, de l’Équateur, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Nicaragua, du Panama, du Pérou et du Venezuela où elle vit dans les forêts humides situées le long des cours d’eau et en bordure de zones marécageuses depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 1.600 m d’altitude © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire du Belize, de la Bolivie, du Brésil (Acre, Amazonas, Amapa, Para, Roraima, Rondônia et Tocatins), de la Colombie, du Costa Rica, de l’Équateur, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Campeche, Chiapas, Quintana Roo, Tabasco et Yucatan), du Nicaragua, du Panama, du Pérou et du Venezuela où elle vit dans les forêts humides situées le long des cours d’eau et en bordure de zones marécageuses depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 1.600 m d’altitude.

Le nom du genre vient du grec  » Kalathos  » = corbeille, panier, l’explication n’étant toutefois pas claire. Le nom de l’espèce est la combinaison du substantif latin  » crotalum  » = crotale, castagnette et du verbe  » fero » = porter, par allusion à la forme de l’inflorescence.

Noms communs : rattlesnake plant, rattle shaker, rattlesnake ginger, yellow rattleshaker (anglais), serpent à sonnette (français), caetê-guizo-de- cascavel, cascavel (portugais-Brésil), bijagua, bijagüillo, cascabel, hoja blanca, hoja de sal, hoja de to verde (espagnol), Klapperschlangenpflanze (allemand).

La Calathea crotalifera S. Watson (1889) est une espèce herbacée, rhizomateuse, pérenne, sempervirente qui forme des touffes denses hautes de 1,5 m à 3 m.

Les feuilles, portées sur un pétiole long de 0,6 à 1 m, sont alternes, basales, sauf une, d’ovales à oblongues-elliptiques avec une extrémité fortement pointue, longues de 0,4 à 1m et larges de 15 à 50 cm, de couleur vert vif et brillantes en partie supérieure et vert pâle en partie inférieure.

Les inflorescences, portées sur un pédoncule long de 20 à 30 cm, émergent de la gaine foliaire. Elles sont droites, longues de 15 à 25 cm, larges de 5 à 7 cm et constituées de 16 à 40 bractées, coriaces, étroitement imbriquées, distiques, presque horizontales, longues d’environ 3 cm et de couleur jaune-verdâtre.

Les bractées supportent les fleurs qui sont tubulaires et de couleur blanc jaunâtre avec des sépales oblongs, d’environ 1,6 cm de long, et la corolle, longue d’environ 3 cm, qui comporte 3 lobes ovés-lancéolés pointus. Les fleurs sont pollinisées par les abeilles. Les fruits sont des capsules ovoïdes longues d’environ 1,2 cm et contiennent 3 graines de couleur bleu foncé qui ont un arille charnu et blanchâtre.

On reproduit cette plante en semant ses graines dans un terreau organique auquel on ajoute du sable siliceux grossier dans un pourcentage de 30 % et que l’on maintient humide à la température de 24 à 26 °C, la durée de germination étant de 4 à 8 semaines, et, facilement, en divisant les rhizomes.

Cette espèce au feuillage luxuriant et aux inflorescences caractéristiques peut être cultivée dans les régions aux climats tropical et subtropical humide en l’exposant à la lumière tamisée du soleil ou en la plaçant partiellement à l’ombre et à l’abri du vent. D’un grand effet sur le plan ornemental elle est utilisée sous forme de massifs ou pour constituer des bordures.

La Calathea crotalifera forme sous les tropiques des touffes hautes jusqu'à 3 m avec des inflorescences de 25 cm et 16 à 40 bractées coriaces, jaunes-verdâtres, étroitement imbriquées, distiques, presque horizontales. Il existe aujourd'hui des formes horticoles de couleurs blanche, verte, orange et rouge. Les minuscules fleurs jaunâtres qui émergent sont pollinisées par les abeilles © Giuseppe Mazza

Elle forme des touffes hautes jusqu’à 3 m avec des inflorescences de 25 cm et 16 à 40 bractées coriaces, jaunes-verdâtres, étroitement imbriquées, distiques, presque horizontales. Il existe aujourd’hui des formes horticoles de couleurs blanche, verte, orange et rouge. Les petites fleurs jaunâtres qui émergent sont pollinisées par les abeilles © Giuseppe Mazza

Elle a besoin d’un sol riche en substances organiques, drainant et maintenu constamment humide.

Elle s’accommode de la culture dans de grands pots et doit être mise à l’abri pendant les mois les plus froids à un emplacement bien éclairé, mais loin de la lumière directe du soleil, là où le climat ne permet pas de la laisser en permanence à l’extérieur.

Il faut utiliser un substrat organique auquel on ajoute du sable siliceux grossier , de la perlite ou d’autres matériaux inertes afin d’améliorer le drainage, les températures minimales hivernales ne devant pas être inférieures à 16 °C.

Les arrosages doivent être réguliers en été mais sans formation d’eau stagnante, plus espacés en hiver et en laissant la partie supérieure de la couche de terre s’assécher légèrement avant de remettre de l’eau. Les apports d’engrais au printemps et en été doivent être effectués avec des produits équilibrés comportant des micro-éléments.

Lorsque l’atmosphère est sèche il faut procéder fréquemment à des pulvérisations avec de l’eau non calcaire pour éviter la formation de taches inesthétiques sur les feuilles.

On a sélectionné des variétés avec des bractées de diverses couleurs, blanche, verte, orange et rouge. Les inflorescences coupées, qui durent longtemps (environ 10 jours), sont employées dans les compositions florales.

Synonymes : Calathea insignis Petersen (1890) ; Phyllodes insigne (Petersen) Kuntze (1891) ; Phyllodes insignis (Petersen) Kuntze (1891) ; Calathea insignis Petersen ex Eggers (1893) ; Calathea sclerobractea K.Schum. (1902) ; Calathea quadratispica Woodson (1939).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MARANTACEAE et trouver d’autres espèces cliquez ici.