Calvatia excipuliformis

PIERLUIGI.gif
Texte © Pierluigi Angeli

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Calvatia excipuliformis, Lycoperdaceae

Calvatia excipuliformis est comestible, jeune, tant que la glèbe est blanche © Giuseppe Mazza

Famille : Lycoperdaceae Corda (1842).

Genre : Calvatia Fries (1849).

Calvatia excipuliformis (Pers. : Pers.) Perdeck (1950).

Le nom excipuliformis vient du latin “excipulum” = récipient et “forma” = forme, c’est-à-dire qui a la forme d’un récipient.

Description du genre

Le genre Calvatia se caractérise par des carpophores de forme subglobuleuse ± écrasée, piriforme-turbinée, ou pseudostipitée.

Les carpophores sont composés d’une enveloppe (péridium) qui a une fonction protectrice et qui contient la gléba ou glèbe (partie fertile) et la subgléba (partie stérile).

Le péridium est composé d’une « Exopéridium », qui constitue la couche la plus externe du péridium. Il peut se montrer lisse ou découpé en larges zones lisses et plates, velouté-tomenteux, finement épineux ou verruqueux avec d’épaisses verrues pyramidales, pointues ou proéminentes.

Calvatia excipuliformis, Lycoperdaceae

Calvatia excipuliformis, fraichement éclose, avec ses picots caduques caractéristiques © Giuseppe Mazza

L’exopéridium peut avoir une couleur allant du blanc au blanchâtre ou ocre-brunâtre, de l’ocre rougeatre au brun violet.

La gleba, d’abord blanche, compacte devient ensuite, grâce au processus d’autolyse, une masse poudreuse sèche contenant les spores. Les spores sont libérées par une ouverture apicale spécialement programmée, ou par rupture du péridium entier.

La subgleba est une partie qui soutient la partie fertile, elle a ± la même structure que la gleba mais est stérile. Elle peut être absente ou présente, dans ce cas elle peut être rudimentaire, c’est-à-dire à peine perceptible ou bien développée et ± étendue.

Description de l’espèce

Carpophore: fructification atteignant 15 cm de haut et jusqu’à 10 cm de diamètre.

La tête est arrondie, sphérique ou légèrement aplatie, parfois avec un mamelon peu prononcé, soutenue par un pseudo-pied épais et long, ± cylindrique, épaissi ou atténué à la base, parfois plissé ou même scrobiculé (marqué de fossettes), ridé.

Calvatia excipuliformis, Lycoperdaceae

Calvatia excipuliformis: basides et spores © P. Angeli

Exopéridium: il a une surface, d’abord blanche, puis café-au-lait, et enfin brunâtre, elle est recouverte de petites pointes caduques qui lui donnent un aspect granuleux.

Endopéridium: fragile, fin, cartonné, non visible car il reste uni à l’exopéridium.

Gleba: composée d’une partie fertile (située dans la partie supérieure du champignon) et d’une partie stérile (dans la partie inférieure); la séparation de la gleba fertile de la stérile est marquée par un pseudo-diaphragme pas toujours visible; la couleur est initialement blanche, puis verdâtre, à maturité brun-noir; poudreuse.

Habitat: il pousse en été et en automne dans les bois clairsemés, dans les prés, dans l’herbe, de la plaine jusqu’à la limite de la microsylve alpine.

Comestibilité: comestible jeune tant que la glèbe est blanche.

Microscopie: Spores globuleuses, subsphériques, attachées à un reste du stérigmate assez court jusqu’à 2-2,5 µm, guttulées, verruqueuses, 4,2-5-5,5 µm. Basides claviformes tétrasporiques, sans anse d’anastomose, 13-15 × 6,5-7,5 μm.

Remarques: il s’agit d’une espèce caractérisée par une forme ± élancée avec un pseudo-pied bien développé et parfois très long.

Cependant, ce champignon peut parfois être confondu avec Calvatia utriformis (Bull: Pers.) Jaap, qui présente toutefois une surface extérieure de l’exopéridium plissée, puis ciselée, qui est plus gros et dont les spores sont lisses au microscope optique; et avec Lycoperdon perlatum Pers.: Pers., dont la surface externe est recouverte de pointes plus longues, caduques, qui laissent à la surface des cicatrices formant un réseau et dont les spores sont plus petites.

SynonymesLycoperdon excipulum Per. : Pers. 1801; Lycoperdon saccatum Fr. 1825; Lycoperdon elatum Massee 1887.

 

→ Pour des notions générales sur Fungi voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS cliquez ici.