Chaetodon collare

Famille : Chaetodontidae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

serge.gif
Traduction en français par Serge Forestier

 

Le poisson-papillon à collier blanc (Chaetodon collare) est fréquent dans l’Indo-Pacifique © Giuseppe Mazza

Le poisson-papillon à collier blanc (Chaetodon collare) est fréquent dans l’Indo-Pacifique © Giuseppe Mazza

Le Poisson-papillon à collier blanc également connu sous le nom de Poisson-papillon pakistanais (Chaetodon collare Bloch, 1787), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes) et à la pittoresque famille des Chaetodontidae.

Le nom de genre Chaetodon vient du grec « chaite » = cheveux et de « odous » = dent, en référence aux « dents en forme de soies ».

Le nom de l’espèce collare signifie collier en latin, en raison de la bande blanche qu’il porte autour de la tête.

Zoogéographie

La diffusion de cette espèce est très vaste. Il est présent dans les eaux tropicales de l’Océan Indien, du Mozambique et Madagascar jusqu’à la Mer Arabique et au Golfe d’Oman, l’Inde, les Maldives, le Sri Lanka et la Thaïlande, puis on le retrouve dans le Pacifique, de l’Australie, l’Indonésie et les Philippines jusqu’à la côte sud du Japon, la Nouvelle Calédonie et les Fidji.

Écologie-Habitat

Il nage dans la partie plate des récifs et sur le bord des barrières de coraux entre 2 et 15 m de profondeur. Les jeunes sont également fréquents dans les eaux saumâtres des estuaires.

Morphophysiologie

Plat et arrondi, il peut atteindre les 18 cm, mais habituellement sa taille tourne autour des 15 à 16 cm. Il n’a qu’une seule longue nageoire dorsale avec 12 rayons épineux et 25 à 28 rayons mous. La nageoire anale a trois épines et 20 à 22 rayons mous ; les ventrales ont uniquement des rayons inermes et, comme les pectorales, elles sont arrondies et de taille modeste ; la caudale est pratiquement tronquée.

La couleur générale est brune, plus ou moins sombre, avec de grandes écailles plus claires, tendant, en particulier vers le dos, au jaune vif.

De taille modeste, il se nourrit surtout de cnidaires, et en particulier de polypes madréporiques © G. Mazza

De taille modeste, il se nourrit surtout de cnidaires, et en particulier de polypes madréporiques © G. Mazza

Le masque facial exhibe, à partir de la bouche, une première zone sombre suivie par une bande blanche verticale, une bande presque noire qui cache l’œil, une bande blanche, le célèbre collier, et puis de nouveau la couleur sombre du museau qui s’estompe sur le corps.

La partie terminale de la nageoire dorsale est rouge, précédée par un liseré blanc et sombre ; la queue est typiquement rouge, avec un liseré sombre, puis claire, puis transparente, comme les nageoires pectorales, tandis que les ventrales sont sombres.

En somme, une palette raffinée, comme il sied aux poissons-papillons.

Le museau est allongé, pour atteindre les interstices madréporiques, et la bouche comporte des dents ressemblant à des soies, pour un régime essentiellement carnivore constitué de petits organismes.

Éthologie-Biologie reproductive

Actif tout au long de la journée, le poisson-papillon à collier blanc brosse soigneusement le récif : petits crustacés et surtout cnidaires : hydrozoaires, scyphozoaires et anthozoaires, avec une prédilection spéciale pour les polypes des coraux qui sont son pain quotidien.

La reproduction est affaire de couple. Les œufs sont pélagiques et la nageoire caudale, flamboyante chez les adultes, est verte chez les jeunes. Bien qu’il s’agisse d’un poisson sujet au commerce aquariologique, il n’est certainement pas menacé ; les populations peuvent doubler en 15 mois et l’indice de vulnérabilité est très faible : 15 sur 100.

En 1985 Chaetodon collare a eu l’honneur d’un timbre de la Principauté de Monaco.

Synonymes

Chaetodon collare duplicicollis Ahl, 1923; Chaetodon collaris Bloch, 1787; Chaetodon fowleri Klausewitz, 1955; Chaetodon parallelus Gronow, 1854; Chaetodon praetextatus Cantor, 1849; Chaetodon viridis Bleeker, 1845.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.