Chroogomphus rutilus

PIERLUIGI.gif
Texte © Pierluigi Angeli

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Chroogomphus rutilus, Gomphidiaceae

Chroogomphus rutilus est un champignon comestible de peu de valeur © Giuseppe Mazza

Famille : Gomphidiaceae Maire ex Jülich, (1982).

Genre : Chroogomphus (Singer) O.K. Miller (1964).

Chroogomphus rutilus (Schaeffer : Fries) Miller (1964).

Son nom vient du mot latin « rútilus » = rougeâtre, flamboyant.

Connu vulgairement sous les noms de chiodetto, chiodello pour les Italiens; gomphide rutilant, chez les Français; gonfidio viscoso, coma de perdiu, lerdeki marroi chez les Espagnols.

Description du genre

Au genre Chroogomphus sont attachés des champignons ayant un chapeau charnu, ± feutré ou gluant et mamelonné.

Les lamelles sont décurrentes sur le pied, de couleur rose-ocre-orange et deviennent brun noirâtre à maturité. La chair est orange, rouge carmin lorsqu’elle est coupée. Voile fibrilleux. Les hyphes mycéliens à la base du stipe sont amyloïdes, sporée gris-olivâtre.

Description de l’espèce

Chapeau : 4-10 cm, initialement hémisphérique puis conique-campanulé, enfin étalé et aussi ± déprimé, avec un mamelon, marge au début adhérente au pied, enroulée, puis incurvée vers le bas et tardivement droite. Cuticule lisse, visqueuse par temps humide, brillante par temps sec, fibrilleuse, gris brun, ocre brun, vineuse, avec des reflets cuivrés ou des nuances olivâtres.

Hyménium : lames minces, décurrentes sur le pied, épaisses, arquées, intercalées par des lamelles; la couleur va de l’ocre olivâtre, vert olive au brun noirâtre à maturité.

Chroogomphus rutilus, Gomphidiaceae

Très commun, il pousse en été et en automne sous les pins © Giuseppe Mazza

Pied : 5-10 × 1-2 cm, mince, cylindrique, atténué à la base, plein; surface légèrement visqueuse, fibrilleuse, à fines écailles disposées en zigzag, de la même couleur que le chapeau, plus vineux dans sa partie supérieure, jaunâtre à la base, parfois orné de restes du voile qui forment une zone annulaire dans la partie supérieure du jeune champignon.

Chair: ferme, compacte, ramollie à maturité, fibreuse dans le pied, ocre-orange, rose saumon, enfin, chez les spécimens matures, parfois rouge vineux, jaune ou jaune-de-chrome à la base du pied. Presque pas d’odeur, goût doux comme celui de la noisette.

Habitat : espèce très commune, pousse en été et en automne sous les pins, Pinus pinea en zone méditerranéenne, Pinus nigra et Pinus sylvestris dans les montagnes.

Comestibilité : comestible mais de peu de valeur.

Spores : brunâtres au microscope, fusiformes, ellipsoïdales, lisses, guttulées, (13) – 15 – 19 × 6 – 7,5 μm.

Basides : claviformes, tétrasporiques, sans anses d’anastomose, 50 – 63 × 11 – 14,5 µm.

Cheilocystides et Pleurocystides : nombreuses, cylindriques, un peu ventrues, incrustées, 127,5 – 147,5 × 15 – 20 μm. Texture lamellaire bilatérale. Spores en masse brun-olive.

Remarques : il s’agit d’un champignon qui se développe exclusivement en symbiose avec des pins à deux aiguilles, à la fois en montagne et dans la région méditerranéenne.

Chroogomphus rutilus, Gomphidiaceae

Basides, pleurocystides et cheilocystides, et spores de Chroogomphus rutilus © Pierluigi Angeli

Il est facilement reconnaissable au chapeau visqueux par temps humide et brillant par temps sec, par sa couleur allant de brique à vineux et par sa chair jaune de chrome à la base du pied.

Il peut être confondu avec: Chroogomphus helveticus (Singer) M.M. Moser, qui est de taille plus petite, a un chapeau velouté, fibrilleux, légèrement visqueux par temps humide, jaune orangé, se tachant de rougeâtre à la cassure; les lamelles sont plus pâles, noirâtres à maturité; pied avec pilosité et couleur similaires à celle du chapeau, à la pression il se teinte de brun orangé puis il fonce; chair compacte, ocre orange, plus sombre à la base du pied.

Chroogomphus rutilus fo. fulmineus (Heim) Courtecuisse, qui est très similaire, a cependant un chapeau rouge très foncé, parfois presque noirâtre au centre, avec des nuances de rouge vermillon ou d’orange vif, sans mamelon, de chair jaune orangée qui devient violette au contact de l’ammoniac, il se développe également sous les pins à deux aiguilles dans les milieux méditerranéens.

Synonymes : Agaricus rutilus Schaeffer (1774) (basionyme); Gomphidius viscidus (Linnaeus) Fries (1838); Gomphidius rutilus (Schaeffer) S. Lundell (1937).

 

→ Pour des notions générales sur Fungi voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS cliquez ici.