Clavariadelphus pistillaris

PIERLUIGI.gif
Texte © Pierluigi Angeli

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Il Clavariadelphus pistillaris ricorda la forma di una clava. Commestibile ma scadente © Giuseppe Mazza

Il Clavariadelphus pistillaris rappelle la forme d’une massue. Comestible mais médiocre © Giuseppe Mazza

Ordre : Gomphales Jülich 1981.

Famille : Gomphaceae Donk 1961.

Genre : Clavariadelphus Donk 1933.

Clavariadelphus pistillaris (L.: Fr.) Donk 1933.

Le nom vient du latin “pistillum” = pilon de mortier, à cause de sa forme caractéristique.

Connu sous les noms vulgaires de mazza d’Ercole, bastone d’Ercole, titina de vaca (italien); mano de mortero, mano de almirez, porra, bossa, joiki arrunt (espagnol); clavaire en massue, clavaire en pilon (français); Large-clubbed Clavaria (anglais) e Herkuleskeule (allemand).

Description du genre

Le genre se caractérise par des champignons en forme de massue, un pilon dont le sommet peut être arrondi ou tronqué, robuste, creux à un âge avancé.

Ce sont des champignons charnus et massifs, qui sont terricoles ou humiques, souvent nombreux, mais toujours seuls, normalement brun jaune, gris-ocre, jaunâtres, devenant verts avec le FeSO4.

Jeune, le champignon est ocre-jaune © Giuseppe Mazza

L’hyménium couvre presque toute la tige et apparaît sub-lisse ou ridé, seulement à maturité il devient pruineux à cause de la maturation des spores.

La chair est blanche, blanc ochracé, sans odeur particulière et au goût amer.

Description de l’espèce

Carpophore : 7-15 (30) cm de hauteur × 2-6 cm de largeur, généralement en massue, de cylindrique à fortement claviforme, à sommet arrondi ou pointu, parfois élargi dans la partie supérieure de la massue; surface finement rugueuse, en particulier dans la partie supérieure où se trouve l’hyménium. La couleur est ocre-jaune, jaune-orangé, nuancée de violet dans la partie médiane inférieure. Quand il mûrit, il redevient ocre-jaune en raison de la maturation des spores, la partie basale plus claire va jusqu’au blanc; à la manipulation, le carpophore a tendance à prendre une couleur violet foncé. La base du carpophore présente des fils de mycélium blanc.

Hyménium : situé dans la partie supérieure du carpophore, peu différencié, il a un aspect finement ondulé, pruineux à maturité.

Chair : initialement ferme, puis tendre et spongieuse mais compacte, blanche, vire au brun violacé à la coupe, se tache de brunâtre surtout dans la partie inférieure, sans odeur, goût amer.

Réactions chimiques : hyménium jaune vif immédiatement avec H2SO4; la chair devient jaune d’or avec KOH, gris vert avec FeSO4.

Habitat: pousse en été et en automne sous les feuillus, surtout sous les hêtres, solitaire ou grégaire.

Comestibilité : Pauvre comestible.

Spores : ellipsoïdales, allongées, parfois un peu bosselées, guttulées, non amyloïdes, 10-12 × 7-8 μm.

Basides : claviformes, guttulées, tétrasporiques, certaines aussi bisporiques, stérigmates longues jusqu’à 10 μm. avec des anses d’anastomose, 82,5-122,5 × 10-13,75 μm. Structure du carpophore monomitique.

Basides et spores de Clavariadelphus pistillaris © Pierluigi Angeli

Observations: il s’agit sans aucun doute d’une espèce facile à déterminer, du moins en ce qui concerne le genre, à cause de sa forme typique en massue.

En ce qui concerne l’espèce, la détermination est un peu plus difficile si elle pousse dans les forêts mixtes, et beaucoup plus facile si on la trouve dans les forêts de hêtres.

Dans les forêts mixtes, il est possible de trouver Clavariadelphus pistillaris en même temps que Clavariadelphus truncatus (Quélet) Donk, qui, par sa forme typique de massue tronquée au sommet, est facile à reconnaitre, mais quand il est jeune et que sa forme n’est pas encore bien dessinée, il peut être confondu avec Clavariadelphus pistillaris, confusion aggravée par la couleur qui est la même.

Les caractères organoleptiques dans ce cas nous aident. En fait, le goût est clairement sucré chez Clavariadelphus truncatus et amer chez Clavariadelphus pistillaris.

Clavariadelphus flavoimmaturus Petersen pousse dans les bois de chênes verts, donc dans des régions plus méditerranéennes, et pourrait être confondu avec Clavariadelphus pistillaris. Cependant, outre son habitat différent, jeune, il est jaune citron et adulte, ocre-brun et sa chair est toujours amère. Même les spores sont légèrement plus minces.

Synonymes : Clavaria pistillaris L. (1753) (basionyme); Clavaria herculeana Lightf. (1789).

 

→ Pour des notions générales sur Fungi voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS cliquez ici.

error: Content is protected !!