Clitocybe nebularis

PIERLUIGI.gif
Texte © Pierluigi Angeli

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Un champignon qui, bien que dit comestible, peut donner des troubles gastriques © Giuseppe Mazza

Un champignon qui, bien que dit comestible, peut donner des troubles gastriques © Giuseppe Mazza

Famille : Tricholomataceae R. Heim ex Pouzar (1983).

Genre : Clitocybe Staude (1857).

Sous-genre : Disciformes.

Section : Disciformes (E.M. Fries) Quélet.

Clitocybe nebularis (Batsch : Fries) P. Kummer 1871.

L’étymologie du nom dérive du latin “nébula” = brouillard, relatif au brouillard.

Description du genre

Au genre des Clitocybe appartiennent des carpophores qui ont, comme propriétés déterminantes, un chapeau qui est généralement ombiliqué et des lames décurrentes. Le chapeau est souvent sec, plutôt squameux, pruineux, glacé et hygrophane ; sa marge est le plus souvent lisse et striée par transparence chez les espèces hygrophanes. Le stipe est généralement plein, lisse, fibrilleux, épais, avec mycélium abondant à la base. Présence de rhizomorphes, parfois.

Les spores sont lisses, non amyloïdes et quelques fois cyanophiles. La structure hyphale des lames est parallèle présentant souvent des anses d’anastomose; absence de cheilocystides. Les spores en masse sont blanches, jaunes ou crème-rosées.

Il y a un nombre très important d’espèces, faisant partie du genre des Clitocybe, qui peuvent provoquer des intoxications alimentaires, même graves, avec des syndromes : muscarinique, coprinien, gastro-intestinal, hémolytique ou acromélalgique. Très peu d’espèces sont comestibles.

Les champignons appartenant au sous-genre Disciformes ont un chapeau de petit à grand, parfois hygrophane, pruineux ou non, généralement non strié par transparence même si hygrophane, de plat à infundibuliforme (en entonnoir) avec l’âge, de grisâtre à brun foncé, de blanchâtre à couleur cannelle. Pied à base tomenteuse et parfois à rhizomorphes. Lamelles adnées à décurrentes, blanches, grises ou tendant au marron. Odeur variable, fongique, parfumée, farineuse ou complexe, souvent persistante même si desséché. Saveur douce, fongique, parfois farineuse. Spores de petites à très grandes, blanches ou jaune pâle en masse. Pigment présent ou absent dans les hyphes du chapeau.

Il pousse à la fois dans la forêt et sur les lisières, dans différents types de litière, rarement sur un sol nu, souvent sur des sols calcaires; Présent toute l’année, surtout en été et en automne. A la section Disciformes sont attribués des champignons au chapeau grand, non hygrophane, blanc, blanchâtre, gris ou gris-brun, grisâtre tendant au marron, marron; chair épaisse au centre, pied robuste, charnu ou charnu-fibreux. Spores lisses, amyloïdes ou non, anses d’anastomose présentes ou absentes.

Basides et spores de Clitocybe nebularis © Pierluigi Angeli

Basides et spores de Clitocybe nebularis © Pierluigi Angeli

Description de l’espèce

Chapeau : 7-15 cm, d’abord convexe, puis étalé et également un peu déprimé, marge enroulée chez les jeunes spécimens, qui persiste même chez le champignon mature. Cuticule lisse, finement feutrée, à fibrilles radiales, légèrement pruineuse, du gris au gris-cendré et au gris-brun.

Hyménium : lamelles épaisses, adnées, décurrentes au moins chez le champignon adulte, entrecoupées de lamellules, blanchâtres puis crème, se détachent facilement de la chair du chapeau.

Pied : 2-12 × 1,5-3 cm, claviforme au début, puis cylindrique mais toujours à base élargie, robuste mais cassant, plein puis creux, plus pâle que le chapeau, avec de fines fibrilles longitudinales et une base recouverte d’un duvet mycélien blanc.

Chair : ferme, dure puis molle, fibreuse dans le stipe, blanche. Odeur forte caractéristique ± désagréable, saveur douce, amère, ± désagréable.

Habitat : pousse sur la litière des feuilles dans tous les types de bois, en rangées ou en groupes de nombreux spécimens grégaires, même en fin d’automne, très commun.

Comestibilité : c’est un champignon qui, bien que considéré comme comestible, peut causer des troubles gastriques. Il doit être cuit longtemps ou blanchi, car il contient des toxines thermolabiles, néanmoins il n’est pas toléré par tout le monde.

En cas d’empoisonnement, le syndrome gastro-intestinal vient après une courte incubation; les symptômes apparaissent moins de 1 heure jusqu’à 4 heures après la consommation. La toxicité de cette espèce est variable.

Remarques : C’est un champignon très connu, largement consommé dans certaines régions, bien que des études récentes aient montré qu’il n’est pas toléré par tous. Son parfum particulier et intense, qui est souvent suffisant pour le déterminer, peut causer de la somnolence s’il est respiré dans une pièce fermée.

Il peut être confondu avec l’Entoloma sinuatum (Bulliard: Fries) P. Kummer, qui a la même couleur de chapeau ou presque, mais est terricole, le stipe est plein, a une odeur de farine et surtout les lamelles sont homogènes et roses à maturité.

Note : Clitocybe nebularis est une espèce qui a toutes les caractéristiques des Lepista. En fait, certains auteurs l’insèrent dans ce genre, cependant, étant donné que C. nebularis est le type de base du genre Clitocybe, en restant fidèle au Code de Nomenclature Botanique, il est absolument impossible d’attribuer cette espèce au genre Lepista. Par conséquent, même si les caractères macro-microscopiques nous disent que c’est un Lepista, il reste un Clitocybe.

Basionyme : Agaricus nebularis Batsch 1789.

Synonymes : Lepista nebularis (Batsch : Fries) Harmaja 1974.

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.