Coccothrinax miraguama

Famille : Arecaceae


Texte © Alessandro Marini

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Coccothrinax miraguama est une espèce endémique de Cuba présente dans divers milieux

Coccothrinax miraguama est une espèce endémique de Cuba présente dans divers milieux © Duanny Suárez

Coccothrinax miraguama (Kunth) Becc. est une plante endémique de l’île de Cuba où elle constitue l’espèce la plus répandue du genre Coccothrinax.

Elle pousse dans des milieux de l’île très variés : collines, savanes, forêts ouvertes et régions côtières. Les populations différent entre elles par certaines caractéristiques qui sont attribuées à trois sous-espèces reconnues officiellement.

Le nom du genre Coccothrinax provient de la combinaison du terme grec “coccos” = baie et du nom du genre Thrinax auquel ces plantes ressemblent. Le nom latin de l’espèce miraguama se réfère au nom commun donné localement au palmier “miraguano”.

Noms communs : miraguano, yuraguana (espagnol), miraguama palm (anglais).

La Coccothrinax miraguama est une espèce monoïque inerme dont le stipe est solitaire, haut de 4 à 10  m, cylindrique et a un diamètre de 8 à 10 cm.

Les bases foliaires enveloppent le stipe où elles restent longtemps fixées puis tombent en dévoilant le stipe qui est lisse et de couleur grise. Elles sont longues jusqu’à 40 cm, constituées de 2 à 3 couches de fibres ligneuses rigides étroitement torsadées et entrelacées et larges de 1,5 à 2 mm. Les plus jeunes sont recouvertes d’un duvet blanc.

Les pétioles sont inermes, longs de 70 à 80 cm, larges de 1,5 à 2 cm et plus grands à leur base. Le point d’intersection entre le pétiole et la feuille est une languette rigide aux bords relevés qui sont de forme ronde à triangulaire chez les différentes sous-espèces.

Le limbe foliaire est palmé, orbiculaire, de couleur verte, brillant sur la face supérieure et gris blanchâtre sur la face inférieure. Il est découpé et se présente sous la forme de segments foliaires rigides au nombre de 40 à 50 regroupés sur environ la moitié de la longueur de la feuille. Le segment central, qui est le plus long, mesure de 40 à 70 cm suivant la sous-espèce. Il est large de 5 à 6 cm à son point le plus large à proximité de la pointe où il se resserre brusquement et s’amincit en formant un apex triangulaire, acuminé et bifide.

Les inflorescences, qui sont plus courtes que les pétioles, sont inter-foliaires, longues de 70 cm et comportent 1 à 4 ramifications primaires et espacées dont la longueur décroît vers l’apex.

Les ramifications sont longues jusqu’à 35 cm. Les rachilles les plus basses sont longues de 15 à 20 cm et larges de 4 mm. Les fleurs sont hermaphrodites, portées sur un pédicelle long de 1 à 6 mm, de couleur crème et parfumées et ont 8 à 12 étamines. Les fruits sont sphériques,  rarement ovales et ont 7 à 12 mm de diamètre. Ils sont à maturité de couleur noirâtre et contiennent une seule graine de 5 à 8 mm de diamètre.

Vue entière et détail d'un Coccothrinax miraguama subsp. miraguama en fleur. À noter le stipe lisse en partie basse

Vue entière et détail d’un Coccothrinax miraguama subsp. miraguama en fleur. À noter le stipe lisse en partie basse © Duanny Suárez

Coccothrinax guadarama est divisée en trois sous-espèces bien que divers botanistes et spécialistes aient récemment proposé de les ramener à une seule espèce.

La plus largement répandue sur le territoire cubain est Coccothrinax miraguama subsp. miraguama qui a le stipe le plus haut, jusqu’à 10 m, ce qui est presque le double des deux autres sous-espèces. Coccothtrinax miraguama subsp. havanensis est la seule qui pousse près des côtes et se différencie par son limbe foliaire qui est plus mince et dont les segments ont tendance à pendre.

Coccothrinax miraguama subsp. roseocarpa se différencie par la couleur rose de ses fruits mûrs et par son limbe foliaire qui est très épais et coriace comparativement aux autres sous-espèces.

On reproduit cette plante en semant ses graines, plongées au préalable dans de l’eau pendant trois jours, dans un terreau sableux maintenu humide à la température de 26 à 28 °C. La germination débute à partir de 2 à 3 mois ou plus.

Fruits en cours de maturation. Sphériques, rarement ovales, de couleur noirâtre à maturité, ils ont un diamètre de 7 à 12 mm et contiennent une seule graine

Fruits en cours de maturation. Sphériques, rarement ovales, de couleur noirâtre à maturité, ils ont un diamètre de 7 à 12 mm et contiennent une seule graine © Cerlin Ng

Coccothrinax miraguama est considérée comme la plus belle du genre Coccothrinax en raison de sa couronne circulaire de feuilles ovales très rigides et argentées et du motif particulier formé par ses fibres étroitement torsadées et entrelacées sur le stipe.

Coccothrinax miraguama subs. miraguama est relativement répandue en culture et il est possible de l’admirer dans des jardins botaniques publics et des collections privées dans toute la bande tropicale et subtropicale. Les deux autres sous-espèces sont assez rares.

Elle doit être exposée en plein soleil ou au tout au plus à mi-ombre. Elle n’est pas spécialement exigeante en ce qui concerne le terrain, qui peut même être pauvre, à condition d’être parfaitement drainant, ou même alcalin. Les individus adultes peuvent résister à des périodes de sécheresse bien que dans les régions aux étés chauds et secs il soit préférable de l’arroser de temps en temps. C’est une espèce conçue pour un climat tropical ou subtropical quoique les individus adultes puissent résister à des gelées légères jusqu’à -1 °C.

Coccothrinax miraguama subsp. miraguama chargée de fruits. Les bases foliaires entourent le stipe avec 2-3 couches de fibres rigides étroitement torsadées et entrelacées

Coccothrinax miraguama subsp. miraguama chargée de fruits. Les bases foliaires entourent le stipe avec 2-3 couches de fibres rigides étroitement torsadées et entrelacées © Duanny Suárez

Par rapport aux autres espèces du genre Coccothrinax sa croissance est relativement plus rapide. Son statut de conservation est très différent suivant la sous-espèce. L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) considère la Coccothrinax miraguama subsp. miraguama comme “peu menacée” car elle constitue la plus grande population du genre Coccothrinax en territoire cubain alors que Coccothrinax miraguama subsp. roseocarpa est considérée comme “quasi menacée”vu qu’elle n’est présente que dans la province de Matanzas bien qu’elle compte un nombre convenable de spécimens. Coccothrinax miraguama subsp. havanensis est, quant à elle, classée “en danger critique” en raison de son habitat très réduit et fragmenté.

Les populations locales se servent des fibres des bases foliaires pour fabriquer des balais et des brosses.

Synonymes : Thrinax stellata Lodd. ex Mart. 1853; Thrinax acuminata Griseb. & H.Wendl. ex Sarg. 1899; Thrinax yuraguana A.Rich 1939; Thrinax miraguama (Kunth) Mart. 1853; Copernicia miraguama (Kunth) Kunth 1841; Corypha miraguama Kunth 1816; Coccothrinax acuminata Griseb. & H.Wendl. ex Sarg. 1901.

 

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.