Cochliostema odoratissimum

Famille : Commelinaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

L’espèce est native de Colombie, du Costa Rica, d’Equateur, du Nicaragua et de Panama, où elle vit sur les arbres des forêts tropicales, entre le niveau de la mer et environ 300 m d’altitude.

Le nom du genre, comme l’a rapporté l’auteur, est la combinaison du substantif grec «κοχλιών» (cochlion) = «spirale, vis», et «στῆμα» (stéma) = «étamine» ; le nom de l’espèce est le superlatif de l’adjectif latin «odoratus, a, um» = «parfumé», et fait référence aux fleurs.

Noms communs : principe azul, tira (espagnol).

Cochliostema odoratissimum Lem. (1859) est une espèce herbacée sempervirente, acaule, épiphyte et rarement terrestre, avec une rosette compacte de feuilles disposées en spirale. Les feuilles sont simples, oblongues-lancéolées, à la base atténuée, à l’apex aigu et à la marge entière, longues de 0,4 à 1,2 m et larges de 10 à 15 cm, épaisses, de couleur verte ou plus ou moins teintée de rouge-brun.

Cochliostema odoratissimum, Commelinaceae

Cochliostema odoratissimum est une herbacée épiphyte acaule d’Amérique centrale, rarement terrestre. Disposées en une rosette spiralée et compacte, ses grandes feuilles recueillent l’eau de pluie et des détritus nutritifs pour la plante, comme le font les Bromeliaceae. De grande valeur ornementale pour ses fleurs insolites et très parfumées © Giuseppe Mazza

Dans la rosette, les bases foliaires qui se chevauchent forment une sorte de récipient dans lequel les débris végétaux et l’eau sont collectés et contribuent à la nutrition de la plante.

Les inflorescences sont axillaires, ramifiées, longues de 25 à 50 cm, avec de grandes bractées de couleur blanc rosé à la base des ramifications, et de nombreuses fleurs intensément parfumées, de 4 à 6 cm de diamètre.

Le calice est composé de 3 sépales libres oblongs à l’apex obtus, concaves, rose violacé, longs de 1,5 à 3 cm et larges de 0,5 à 1 cm.

La corolle comprend 3 pétales ovales, longs de 1,5 à 3 cm, larges de 0,5 à 1 cm, de couleur bleu violacé et abondamment frangés de poils moniliformes. 3 staminodes sont présents : 2 sont des pétaloïdes de couleur pourpre, linéaires, frangés, longs de 0,5 à 1 cm ; le dernier est réduit à une courte touffe de poils jaunes. 3 étamines fertiles aux filaments soudés à la base et dilatés forment une colonne pétaloïde cucullée (qui a la forme d’un capuchon), longue de 1,5 à 2 cm, dont la marge involutée renferme complètement 3 anthères en spirale torsadée, l’une horizontale à la base et deux érigées en parallèle ; l’ovaire est ovoïde triloculaire, le style recourbé, long de 1 à 1,5 cm, et le stigmate comporte trois lobes minuscules.

Les fruits sont des capsules tripartites oblongues d’environ 3 cm de longueur et 0,5 cm de diamètre, qui contiennent de nombreuses graines de couleur brune.

On reproduit cette espèce par semis dans un terreau organique humide et à la température de 26 à 28 °C.

Elle est de grande valeur ornementale et présente des caractéristiques tout à fait inhabituelles au sein de sa famille : la disposition des feuilles qui rappelle celle des Bromeliaceae, les parfums intenses qui émanent de ses fleurs, et la structure complexe desdites fleurs.

Elle peut être cultivée en extérieur uniquement dans les régions au climat tropical et subtropical humide, sur des arbres, comme dans la nature, ou au sol dans une terre organique draînante et aérée, humide en permanence mais sans excès, dans des endroits très lumineux mais sans soleil direct.

Ailleurs, il faut lui réserver une serre particulièrement lumineuse aux températures minimales d’au moins 16 °C, avec une humidité de l’air élevée de l’ordre de 70 à 85 %, et une ventilation constante. On utilise des pots ou des paniers contenant un terreau comme décrit ci-dessus, ou destiné à la culture des orchidées épiphytes. Pour les arrosages, employer de l’eau de pluie, de l’eau déminéralisée ou de l’eau osmosée, à température ambiante. Au printemps et en été, les fertilisations utilisent un composé équilibré hydrosoluble à base de micro-éléments très dilué, conforme aux consignes d’utilisation de l’emballage.

Synonymes : Cochliostema odoratum K.Koch (1859); Cochliostema jacobianum K.Koch & Linden (1867); Cochliostema jacobianum var. variegatum Van Geert (1881).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMMELINACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!