Cordyline fruticosa

Famille : Asparagaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Cordyline fruticosa, ti, ti tree, good luck tree, palm lily, polynesian ti plant, tree of kings

Elle est fréquente dans les jardins tropicaux et décore les maisons © G. Mazza

La Cordyline fruticosa (L.) A. Chev. (1919) est originaire de l’Australie (Queensland), de la Papouasie (archipel Bismarck, îles Salomon, Papouasie-Nouvelle-Guinée) et de l’Ouest du Pacifique (îles Carolines, îles Marshall, îles Wallis et Futuna, îles Fidji, îles Mariannes, Vanuatu).

Le nom du genre vient du grec « kordyle » = massue, gourdin, par allusion à la forme des racines rhizomateuses. Le nom latin de l’espèce « fruticosa » = pleine de bourgeons fait référence à son port cespiteux.

Noms communs : auti, karokaro, karo karo, ki, masawe, qai, qolo, qui, rauti, ti, vasili (dialectes polynésiens), ti, ti tree, good luck tree, palm lily, polynesian ti plant, tree of kings (anglais), Keulenlilie (allemand), arbol de la suerte, baston de San José, cana de indio, carey, chucho, croto, cuiza (espagnol), coqueiro-de-vênus, cordiline (portugais).

C’est une espèce sempervirente arbustive, peu ramifiée, haute jusqu’à environ 4 m, aux tiges dressées qui ont à l’ apex des touffes de feuilles lancéolées, longues de 40 à 60 cm, larges de 10 à 15 cm, de couleur vert intense et brillantes. Il existe aussi de nombreuses variétés de différentes couleurs. Les inflorescences sont terminales, en panicules, longues jusqu’à 60 cm et ont de petites fleurs d’environ 12 mm de diamètre, de couleur blanche ou rougeâtre et légèrement parfumées. Les fruits sont des baies sphériques d’environ 8 mm de diamètre et de couleur rouge pourpre qui contiennent de nombreuses graines noires. On reproduit facilement cette plante par bouturage ou au moyen de ses graines quand il est possible de s’en procurer.

Elle est très répandue dans les jardins tropicaux et subtropicaux pour ce qui concerne les variétés aux feuilles de différentes couleurs. Celles dont les feuilles sont entièrement vertes sont légèrement plus résistantes aux basses températures  et peuvent être cultivées de façon marginale dans les zones au climat tempéré chaud.

Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol. Elle peut être cultivée en plein soleil ou sous un léger ombrage et résiste, une fois adulte, à de courtes périodes de sécheresse. Les variétés au feuillage de plusieurs couleurs sont assez sensibles au froid et ne résistent pas à des températures proches de 0°C. Elles doivent par conséquent être cultivées en pot là où de telles températures peuvent survenir. Dans ce contexte elles sont employées pour la décoration des intérieurs, à condition de les mettre à un emplacement très bien éclairé et d’utiliser un terreau bien drainant.

Cette plante a revếtu dans le passé une très grande importance pour les populations polynésiennes dont elle constituait le centre de rites religieux et magiques et qui l’utilisaient largement comme nourriture et pour en extraire du sucre et une boisson alcoolisée (à partir des racines rhizomateuses riches en amidon) alors que les feuilles, riches en fibres, servaient à de multiples usages, de la couverture des cases à l’habillement, au transport et à la cuisson des aliments et, ce qui n’est pas le moins important, à la décoration.

Synonymes : Convallaria fruticosa L. (1754); Asparagus terminalis L. (1762); Dracaena ferrea L. (1767); Dracaena terminalis L. (1767); Aletris chinensis Lam. (1783); Taetsia ferre a Medik. (1786); Cordyline terminalis (L.) Kunth (1844); Cordyline ferrea (L.) Endl. (1842), Cordyline jacquinii (L.) Kunth (1844); Calodracon jacquinii (Kunth) Planch. (1850); Cordyline terminalis var. ferrea (L.) Baker (1875); Terminalis fruticosa (L.) Kuntze (1891); Taetsia terminalis (L.) W. Wight ex Saff. (1905); Taetsia fruticosa (L.) Merr. (1917); Cordyline fruticosa var. ferrea (L.) R.R.Fernandez (1999).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ASPARAGACEAE cliquez ici.