Asparagaceae


Texte © Prof. Pietro Pavone

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Asparagaceae

La classification des plantes autrefois basée sur les seules ressemblances morphologiques font aujourd’hui appel à des analyses moléculaires permettant de mettre en évidence les affinités entre espèces. Elles modifient de ce fait les classements taxonomiques de nombreux groupes qui sont transférés d’une famille à une autre, d’un genre à un autre ou même désassemblés en des genres différents ce qui génère aussi des changements au niveau de la nomenclature. C’est ainsi que certains genres, d’abord attribués à la famille des Liliaceae, ont été inscrits aujourd’hui, bien que cela à première vue puisse sembler étrange, dans la famille des Asparagaceae © Giuseppe Mazza

La famille des Asparagaceaecomprend des espèces qui étaient autrefois incluses dans la famille des Liliaceaequi rassemblait de très nombreux genres dans plus d’une vingtaine de sous-familles. La récente classification AGP III (Angiosperm Phylogeny Group III 2006), basée en grande partie sur la phyllogénétique moléculaire, a replacé de nombreux genres appartenant aux Liliaceaedans différentes nouvelles familles dont la famille Asparagaceaequi est extrêmement diversifiée. Les différentes espèces sont considérées comme apparentées essentiellement en raison de leurs relations génétiques et évolutives et non de leurs ressemblances morphologiques.

La famille Asparagaceaecomporte des espèces répandues dans presque le monde entier et comprend environ 150 genres et plus de 3000 espèces considérées comme valides et réparties à leur tour en 7 sous-familles: Agavoideae, Aphyllanthoideae, Asparagoideae, Brodiaeoideae, Lomandroideae, Nolinoideae, Scilloideae. Il est probable néanmoins que des études à venir pourront modifier tant la place des genres dans les sous-familles (décrites ci-après) que leurs relations phyllogénétiques.

Sous-famille Agavoideae

Agave attenuata, Furcraea bedinghausii. Agavoideae

Agave attenuata et Furcraea bedinghausii appartiennent aux Agavoideae, une sous-famille répandue dans les zones tempérées et tropicales du centre-Nord de l’Amérique © Giuseppe Mazza

Genres : Agave, Anemarrhena, Anthericum, Behnia, Camassia, Chlorogalum, Chlorophytum, Diamena, Beschorneria, Diora, Echeandia,Eremocrinum, Furcraea, Hagenbachia, Hastingsia, Herreria, Herreriopsis, Hesperaloe, Hesperocallis, Hesperoyucca, Hosta, Leucocrinum, Manfreda, Paradisea, Polianthes, Prochnyanthes, Schoenolirion, Yucca.

La sous-famille Agavoideaeest constituée d’environ 640 espèces réparties dans les zones tempérées et tropicales du centre-Nord de l’Amérique

Elles peuvent être succulentes ou non. Leurs feuilles sont sempervirentes, alternes, spiralées, petites ou très grandes avec des nervures parallèles, souvent charnues avec une épine dorsale durcie à leur extrémité et parfois avec des épines le long des bords, sessiles et disposées en général en forme de rosettes à l’extrémité d’une tige ligneuse qui peut être courte ou très longue comme chez Yucca brevifolia.

Anthericum ramosum, Agavoideae

Anthericum ramosum. Les Agavoideae sont des plantes herbacées, succulentes ou ligneuses. Les fleurs ont un seul style, 6 tépales et 3 ou 6 étamines et sont toujours réunies sous forme d’inflorescences apicales. La pollinisation est effectuée par l’intermédiaire d’insectes diurnes et nocturnes, d’oiseaux et de chauves-souris © Mazza

Les fleurs sont petites ou moyennes, régulières ou irrégulières, toujours sous forme d’inflorescences apicales en panicules ou en épis et accompagnées d’une spathe. Les tépales sont au nombre de 6, les étamines de 3 ou 6. Le style est unique. La pollinisation est effectuée par l’intermédiaire d’insectes diurnes et nocturnes, d’oiseaux et de chauves-souris. On trouve des espèces qui ont des sexes séparés sur des individus différents (plantes dioïques), des sexes séparés sur le même individu (plantes monoïques) ou bien des espèces hermaphrodites (des plantes dont les fleurs comportent des étamines et des pistils). Le fruit est charnu (baie) ou sec et s’ouvre ou non à maturité (capsule).

Beaucoup d’espèces d’Agaves sont employées pour la production de sirops, de boissons (hydromel, pulque) et d’alcools ( tequila, mescal), d’autres pour la fabrication de fibres textiles. Elles sont de plus très répandues dans les parcs et jardins en raison de la beauté de leurs fleurs éclatantes et de leur résistance à la sécheresse. Les genres les plus importants destinés à cet usage sont : Agave, Furcraea, Hesperaloe, Manfreda et Yucca.

Sous-famille Aphyllanthoideae

Aphyllanthes monspeliensis, Aphyllanthoideae 

La sous-famille Aphyllanthoideae compte un seul genre et une seule espèce endémique de l’Ouest de la Méditerranée : Aphyllanthes monspeliensis © Giuseppe Mazza

Genre : Aphyllanthes

La sous-famille Aphyllanthoideae(= Aphyllanthaceae) compte uniquement le genre Aphyllanthes et une seule espèce, A. monspeliensis,  qui est endémique de la région Ouest de la Méditerranée et qui est caractérisée par de longs scapes florifères dépourvus de feuilles qui sont réduites à la base à des fourreaux étroits et par des fleurs qui ont 6 tépales tronqués à leur extrémité, de couleur bleu pâle, rarement blancs, et possédant une nervure médiane plus foncée.

À maturité elles produisent des fruits qui sont des capsules contenant trois graines foncées.

Des spécimens d’Aphyllanthes sont cultivés dans les jardins de rocaille en raison de leur rusticité et de leurs fleurs grandes et brillantes qui sont présentes d’avril à juillet.

Sous-famille Asparagoideae(= Asparagaceaeau sens strict)

Asparagus officinalis

La sous famille Asparagoideae ou Asparagaceae au sens strict compte 300 espèces dont l’Asparagus officinalis connu pour ses vertus médicinales et ses pousses goûteuses © Giuseppe Mazza

Genres : Asparagus,Hemiphylacus.

Cette sous-famille comprend seulement deux genres, Asparagus avec environ 300 espèces de plantes pérennes originaires de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique et Hemiphylacus avec cinq espèces endémiques du Mexique.

Le genre Asparagus comprend des plantes herbacées aux tiges robustes plus ou moins ligneuses et parfois sarmenteuses. Leurs feuilles se réduisent à des écailles membraneuses peu visibles alors que leurs rameaux s’aplatissent en forme de feuilles (phylloclades) afin d’effectuer le processus de la photosynthèse. Elles possèdent des rhizomes permanents d’où partent des racines fasciculées ainsi que les jeunes pousses appelées turions.

Les fleurs sont campanulées, de couleur blanc verdâtre, parfois grisâtre, longues de 4,5 à 6,5 mm et comportent six tépales en partie soudés à leur base, isolés ou en groupes de deux ou trois.

Asparagus densiflorus

Asparagus densiflorus. Le genre Asparagus compte environ 200 espèces dont des plantes d’appartement et de jardin. Fleurs de 4,5-6,5 mm. Les baies rouges sont toxiques © Giuseppe Mazza

En général ces plantes sont dioïques, c’est-à-dire qu’elles ont des fleurs mâles et femelles sur des individus différents, mais parfois on rencontre des fleurs hermaphrodites.

Le fruit parvenu à maturité est une petite baie rouge de 6 à 10 mm de diamètre qui est toxique pour l’homme.

Beaucoup d’espèces d’Asparagus sont également cultivées comme plantes ornementales ainsi que pour leurs propriétés médicinales.

L’espèce du genre la plus importante sur le plan économique est A. officinalis qui est cultivée dans les zones tempérées et subtropicales du monde entier pour ses jeunes pousses épigées qui sont comestibles et particulièrement riches en glutathion, un anti-oxydant efficace pour la prévention des tumeurs. Le rhizome et les racines sont également utilisés en pharmacie comme diurétiques. Le genre Hemiphylacus possède des feuilles linéaires disposées en rosettes et des inflorescences scapeuses et ramifiées. Le fruit est une capsule loculicide.

Sous-famille Brodiaeoideae(= Themidaceae)

Brodiaea californica

Brodiaea californica. La sous-famille Brodiaeoideae renferme des espèces à bulbe américaines réunies par certains dans la famille des Themidaceae © Giuseppe Mazza

Genres : Androstephium, Bessera, Bloomeria, Brodiaea, Dandya, Dichelostemma, Jaimehintonia, Milla, Muilla, Petronymphe, Triteleia, Triteleiopsis.

Les Brodiaeoideaesont des plantes originaires de l’Amérique centrale et de l’Ouest de l’Amérique du Nord, de la Colombie britannique au Guatemala. Il s’agit de plantes bulbeuses aux feuilles linéaires, souvent charnues et comportant des nervures parallèles. Des inflorescences en ombelle ou, rarement, une fleur simple se forment à l’apex d’un scape florifère solitaire. Les fleurs sont bisexuées, actinomorphes et ont 6 tépales tous semblables, 6 ou 3 étamines fertiles qui alternent avec 3 staminodes. Les étamines et les staminodes sont implantés sur les tépales. L’ovaire, supère et triloculaire, forme une capsule loculicide qui renferme des graines noires à cause de la présence de phytomélanine, une substance riche en carbone et très résistante à l’action des agents oxydants.

Des études récentes ont subdivisé les Brodiaeoideaeen 12 genres. Les genres comportant le plus grand nombre d’espèces sont Triteleia avec 15 espèces et Brodiaea avec 14 espèces. Certaines espèces comme Triteleia laxa et Brodiaea californica sont couramment cultivées comme plantes décoratives convenant très bien pour l’aménagement de bordures ainsi que pour la création de taches de couleur. Les bulbes de certaines espèces comme B. coronaria sont comestibles et ont été autrefois consommés par certaines tribus de la Californie.

Sous-famille Lomandroideae(= Laxmanniaceae)

Cordyline fruticosa, Lomandroideae

Cordyline fruticosa. La sous-famille Lomandroideae comporte environ 180 espèces rassemblées par certains auteurs dans la famille des Laxmanniaceae. Ce sont des plantes d’Australie, Nouvelle-Zélande, Asie du Sud-Est, Amériques et îles du Pacifique. Le genre le plus connu est Cordyline avec environ 12 espèces et de nombreux hybrides © Giuseppe Mazza

Genres : Acanthocarpus, Arthropodium, Chamaescilla, Chamaexeros, Cordyline, Dichopogon, Eustrephus, Laxmannia, Lomandra, Murchisonia, Romnalda, Sowerbaea, Thysanotus, Trichopetalum, Xerolirion.

Cette sous-famille est composée d’environ 15 genres et 180 espèces provenant de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Sud-Est de l’Asie, des Amériques et des îles du Pacifique.

Le genre le plus connu est Cordyline qui compte environ 12 espèces qui, dans leurs régions d’origine, peuvent devenir de véritables arbres et  ressemblent à celles du genre Dracaena avec lesquelles elles ont été parfois confondues. Sur le plan esthétique elles sont très appréciées surtout à cause de leur élégance. On peut en fait en trouver qui ont des feuilles présentant une grande variété de formes, de dimensions et de couleurs. Elles peuvent pousser aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur dans les zones au climat tempéré.

Sous-famille Nolinoideae(= Ruscaceae)

Dracaena draco, Nolinoideae

La Dracaena draco est une Nolinoideae arborescente des iles Canaries très utilisée comme plante d’appartement et dans les parcs et jardins des régions au climat tempéré © Giuseppe Mazza

Genres : Beaucarnea, Calibanus, Campylandra, Comospermum, Convallaria, Danae, Dasylirion, Disporopsis, Dracaena, Eriospermum, Heteropolygonatum, Liriope, Maianthemum, Nolina, Ophiopogon, Peliosanthes, Pleomele, Polygonatum, Reineckea, Rohdea, Ruscus, Sansevieria, Semele, Speirantha, Theropogon, Tupistra.

Ce sont des plantes monocotylédones largement réparties dans les régions tempérées et tropicales. Elles sont constituées de plantes herbacées, arbustives et parfois arborescentes du fait d’un grossissement secondaire particulier. Les troncs peuvent parfois être aplatis et photosynthétiques (phylloclades). Les feuilles sont généralement alternes et disposées en spirale le long du tronc ou bien en forme de rosette basale, simples avec un bord entier et des nervures parallèles, parfois pétiolées, engainées à leur base et dépourvues de stipules.

Les inflorescences sont des panicules grandes et souples, parfois réduites à une unique fleur terminale ou axillaire et portées par des phylloclades. Les fleurs sont pédonculées et généralement petites, bisexuées, régulières et dotées de 6 tépales campanulés. Les étamines sont au nombre de 6.  L’ovaire est supère.

Ophiopogon japonicus, Ruscus aculeatus, baies

Certaines Nolinoidae comme Ophiopogon japonicus et Ruscus aculeatus confient aux oiseaux leurs graines aux baies flamboyantes qui ne passent certes pas inaperçues © Giuseppe Mazza

 Beaucarnea recurvata frutti

D’autres Nolinoidae comme Beaucarnea et Nolina ont de petits fruits ailés permettant une dispersion anémophile © Giuseppe Mazza

Certaines espèces sont dioïques et possèdent donc des fleurs mâles et femelles sur des plantes différents (par exemple Ruscus). Les petites fleurs sont pollinisées par les insectes, en particulier les abeilles et les guêpes. Chez Apidistria les fleurs charnues, de couleur pourpre, souvent cachées par les feuilles, sont pollinisées par des invertébrés qui rampent sur le sol. Le fruit est d’ordinaire une baie colorée dispersée par les oiseaux qui renferme un petit nombre de graines plus ou moins sphériques et dépourvues de phytomélanine. Chez Nolina et Beaucarnea les fruits sont dispersés par le vent. Elles peuvent présenter un réel intérêt décoratif et être cultivées pour cette raison. Elle sont de couleur bleu foncé chez Ophiopogon et rouge chez Ruscus. Différentes espèces des genres Beaucarnea, Dasylirion et Nolina sont utilisées comme plantes ornementales.

Sous-famille Scilloideae(= Hyacinthaceae)

Genres : Albuca, Alrawia, Barnardia, Bellevalia, Bowiea, Brimeura, Chionodoxa, ×Chionoscilla, DaubenyaDipcadi, Drimia, Drimiopsis, Eucomis, Galtonia, Hyacinthella, Hyacinthoides, Hyacinthus, Lachenalia, Ledebouria, Leopoldia, Massonia, Merwilla, Muscari, Ornithogalum, Oziroe, Prospero, Pseudogaltonia, Pseudoprospero, Puschkinia, Schizobasis, Schizocarphus, Scilla, Spetaea, Veltheimia.

Eucomis comosa, Muscari armeniacum, Scilloideae

Eucomis comosa et Muscari armeniacum appartiennent à la sous-famille des Scilloideae ou, d’après certains auteurs, à la famille des Hyacinthaceae © Giuseppe Mazza

Il s’agit d’une grande famille de plantes bulbeuses pérennes qui est considérée par certains auteurs comme une famille à part de l’ordre des Asparagales et désignée sous le nom de Hyacinthaceae. Les Scilloideaesont essentiellement présentes dans les parties du monde au climat méditerranéen.

Elles ont des feuilles charnues, mucilagineuses, simples, alternes, au bord entier et aux nervures parallèles et disposées en forme de rosette basale. Les fleurs, réunies en inflorescences (grappes, épis et capitules) sont hermaphrodites et  actinomorphes et comportent 6 tépales, souvent très visibles, de couleur blanche, jaune, violette, bleue, marron ou même noire, 6 étamines ( 3 chez Albica) et un ovaire supère tricarpellaire.

Les fruits sont des capsules déhiscentes loculicides dont l’ouverture correspond à la ligne médiane des carpelles. Les graines sont de formes variées et noires à cause de la présence de phytomélanine. Ces plantes produisent des substances vénéneuses (bufadienolides et cardenolides) qui, si on les avale, peuvent causer la mort par arrêt cardiaque. Dans cette sous-famille se trouvent de nombreuses plantes de jardin à la floraison printanière telles que Hyacinthus, Hyacinthoides, Muscari et Scilla. La floraison estivale et automnale existe chez Galtonia et Eucomis.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ASPARAGACEAE cliquez ici.

 

error: Content is protected !!