Drymonia strigosa

Famille : Gesneriaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

L’espèce est originaire du Mexique (Chiapas, Guerrero, Oaxaca et Veracruz), où elle vit dans les forêts humides entre 150 et 2700 m d’altitude.

Le nom du genre vient du grec “δρυμόνιος” (drymónios) = « qui vit dans les forêts » ; le nom de l’espèce est l’adjectif latin « strigosus, a, um » = « mince, émacié », mais dans l’acception du latin botanique = « fourni de poils rigides, courts et épais ».

Drymonia strigosa (Oerst.) Wiehler (1972) est une plante suffrutescente (qui a l’allure d’un sous-arbrisseau) à feuilles persistantes, aux tiges charnues brun grisâtre, initialement tomenteuses, puis glabres, longues de 1,5 à 2 m.

Sur un pétiole de 2,5 à 4 cm de long, les feuilles sont simples, opposées, oblongues-elliptiques, à l’apex acuminé et à la marge légèrement dentelée, de dimensions variables, les plus grandes atteignant 20 à 23 cm de long et 10 à 12 cm de large. A l’aisselle des feuilles, le pédoncule floral unique est pubescent, à section pentagonale, ailé et renflé vers le sommet, long de 1,2 à 1,7 cm.

Drymonia strigosa, Gesneriaceae

Drymonia strigosa est une espèce suffrutescente à feuilles persistantes, peu cultivée, native du Mexique, dont les tiges atteignent 2 m de long.© Giuseppe Mazza

Le calice est long de 2 à 2,5 cm, à 5 lobes ovales-cordés, à l’apex acuminé et aux marges légèrement dentées, pubescent, rose pâle à rose foncé, persistant. La corolle tubuleuse est légèrement sigmoïde, de 4 à 5 cm de long et 1,5 cm de diamètre, de couleur jaune, avec 5 lobes à l’apex arrondi et rétrofléchi, 4 étamines didynames (les deux plus longues semblant dominer les deux plus courtes) à l’intérieur du tube, et un ovaire supère. Le fruit est une capsule oblongue charnue avec un calice persistant contenant de nombreuses petites graines.

L’espèce est multipliée par semis dans un sol organique aéré, draînant et humide, à une température de 24 à 26 °C, par division des touffes et par bouturage au printemps et au début de l’été.

Elle est peu cultivée en raison de la difficulté de créer les conditions optimales pour sa croissance, et des dimensions qu’elle peut atteindre et qui nécessitent de l’espace, à moins de procéder à une taille périodique.

Drymonia strigosa, Gesneriaceae

Solitaires, les fleurs axillaires de 4 à 5 cm sont jaunes, à calice rose plus ou moins intense, et portées par un solide pédoncule © Giuseppe Mazza

À l’extérieur, dans les régions à climat tropical et subtropical humide, il faut un endroit ombragé et à l’abri du vent, et des substrats riches en matière organique, aérés et draînants, acides ou neutres, humides en permanence. Ailleurs, Drymonia strigosa devrait être installée dans des pots ou des paniers suspendus, pour pouvoir l’abriter pendant les mois les plus froids dans un environnement protégé avec une humidité ambiante élevée, 70 à 80 %, et des températures moyennes à élevées dont les minimums nocturnes sont d’au moins 15 °C. Les arrosages doivent être copieux pendant la période végétative, mais sans excès car l’espèce est facilement sujette aux pourritures racinaires, et espacés de manière à laisser sécher partiellement le substrat ; en hiver, on les réduit mais sans jamais laisser sécher complètement le substrat ; on utilise de l’eau non calcaire à température ambiante. Au printemps et en été, on peut fertiliser avec un engrais hydrosoluble pour plantes à fleurs en pot contenant des micro-éléments, en se conformant aux indications portées sur l’emballage.

Synonymes : Saccoplectus strigosus Oerst. (1858) ; Alloplectus strigosus (Oerst.) Hanst. (1866) ; Columnea hansteiniana Kuntze (1891) ; Crantzia strigosa (Oerst.) Fritsch (1894).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des GESNERIACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!