Euphorbia punicea

Famille : Euphorbiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Euphorbia punicea, Euphorbiaceae

L’Euphorbia punicea est un arbuste tropical qui peut atteindre 8 m © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire des Bahamas, de Cuba et de la Jamaïque où elle pousse dans des zones semi-arides, sur des sols calcaires situés en plein soleil.

Le genre tire son nom d’Euphorbus, le médecin personnel du roi de Numidie Juba II (52 av. J.C. – 23 ap. J.C.) qui lui a dédié ces plantes dans un traité qui décrivait leurs propriétés médicinales. Le nom de l’espèce est l’adjectif latin « puniceus, a, um » = pourpre, l’explication étant évidente.

Noms communs : flame of Jamaica, jamaican poinsettia, vegetable-leather, west indian spurge (anglais), poinsetia de Jamaica, flor de pascua del caribe (espagnol).

L’Euphorbia punicea Sw. (1788) est un arbuste ou un petit arbre inerme, sempervirent, ramifié, qui en général ne dépasse pas 3 ou 4 m, bien que les spécimens les plus âgés vivant dans la nature puissent atteindre 8 m, et qui a des tiges semi-succulentes où l’on peut voir les traces en relief laissées par les anciennes feuilles et qui portent à leurs extrémités des feuilles coriaces oblongues de couleur vert foncé.

Les inflorescences sont terminales – ce sont les cyathes caractéristiques des Euphorbiaceae – et portent de petites fleurs qui sont constituées d’un ovaire verdâtre et d’un involucre campanulé entouré de glandes nectarifères de couleur jaune et qui présentent à leur base deux bractées (des feuilles modifiées) de couleur rouge vif contrastant fortement avec la couleur des feuilles. Les bractées ont pour rôle d’attirer les pollinisateurs comme les pétales d’une fleur simple.

Les fruits sont des capsules ovoïdes qui contiennent des graines, elles aussi ovoïdes, qui, à maturité,  sont expulsées et projetées à une grande distance.  La réceptivité du stigmate ne coïncidant pas avec l’émission du pollen afin de favoriser la fécondation croisée une plante seule peut difficilement  porter des fruits.

C’est une espèce adaptée aux journées courtes. Le déclenchement de la floraison est provoqué par le raccourcissement des jours en automne.

Euphorbia punicea, Euphorbiaceae

Agrandissement de l’inflorescence, le cyathe caractéristique des Euphorbiaceae © Giuseppe Mazza

On reproduit cette plante au moyen de ses graines, par marcottage et par bouturage. Celui-ci doit être effectué à la fin de l’hiver. Après que l’on a laissé sécher l’entaille pendant 2 à 3 jours, la bouture doit pour prendre racine être placée dans du sable grossier ou de la perlite agricole maintenus légèrement humides.

C’est une espèce très décorative mais encore assez rarement cultivée. Elle rappelle en petit l’Euphorbia pulcherrima Willd. ex Klotzsch (1834) qui est bien connue et répandue. De croissance lente et facile à cultiver elle a besoin, pour pousser le mieux possible, d’une exposition en plein soleil et de sols même pauvres mais parfaitement drainants car elle est souvent sujette aux risques de pourrissement des racines en présence d’eau stagnante. Elle supporte des températures élevées et de longues périodes de sécheresse et est de ce fait idéale pour des jardins de désert. En la taillant de façon appropriée il est possible d’en faire aussi bien un arbre qu’un buisson bas et très ramifié.

Bien qu’adaptée aux climats tropicaux et subtropicaux on peut essayer de la cultiver, à des emplacements abrités, dans les zones au climat tempéré chaud les plus douces où les températures proches de 0°C sont exceptionnelles et de courte durée. Ailleurs on peut la planter dans des pots    assez profonds en utilisant des terreaux complétés pour au moins un tiers de sable grossier ou de perlite agricole afin d’améliorer le drainage, les températures minimales hivernales ne devant pas de préférence descendre au-dessous de 14°C. Les arrosages doivent être réguliers en été, mais en laissant sécher le terreau avant de remettre de l’eau, et presque suspendus en hiver. Le latex qui s’écoule de toutes les parties de cette plante peut être irritant.

Cette espèce est inscrite dans l’appendice II de la CITES ( espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Tithymalus puniceus (Sw.) Haw. (1812) ; Adenorima punicea (Sw.) Raf. (1838) ; Poinsettia punicea (Sw.) Klotzsch & Garcke (1859) ; Euphorbia troyana Urb. (1908) ; Euphorbiodendron puniceum (Sw.) Millsp. (1909).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des EUPHORBIACEAE cliquez ici.