Ficus altissima

Famille : Moraceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Ficus altissima, Moraceae

La Ficus altissima atteint 30 m de haut et peut s’étendre fortement grâce à ses racines aériennes colonnaires © G. Mazza

Cette espèce est originaire du Bouthan, de la Chine (Guangdong, Guangxi, Hainan et Yunnan), des Philippines, de l’Inde, de l’Indonésie (Célèbes, Java et Sumatra), des îles Andaman-et-Nicobar, de la Malaisie, du Myanmar, de la Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans les forêts tropicales jusqu’à environ 2.000 m d’altitude.

Le nom du genre est le nom latin utilisé pour le figuier commun (Ficus carica). Le nom de l’espèce est le superlatif de l’adjectif latin « altus,a, um » = haut, l’explication étant évidente.

Noms communs : counciltree, false banyan, lofty fig (anglais), gao shan rong (chinois), falso banyan (espagnol), krang, sai krang (thaïlandais), hohe Feige, lofty-Feige (allemand).

La Ficus altissima Blume (1825) est un arbre sempervirent haut jusqu’à environ 30 m qui a un tronc d’un mètre de diamètre ou plus et une écorce lisse brun grisâtre. Les branches jeunes sont vertes, pubescentes et ont environ 1 cm de diamètre. Il forme souvent des racines aériennes et des troncs secondaires. Les feuilles, portées sur un pétiole robuste long de 2 à 10 cm, sont alternes, de forme ovée à ovée-elliptique, longues de 10 à 25 cm, larges de 8 à 12 cm avec un bord entier et un apex obtus et effilé, coriaces, de couleur verte et brillantes en partie supérieure, d’une couleur plus claire en partie basse. Elles comportent une paire de nervures basales en forme de V,  5 à 7 paires de nervures secondaires latérales de couleur jaunâtre et des stipules (des appendices à la base de la feuille qui ont pour principal rôle de la protéger pendant sa phase initiale de croissance) caduques, lancéolées, longues de 2 à 3 cm et pubescentes.

Les inflorescences sont des sycones, c’est-à-dire des organes creux aux parois charnues qui enserrent entièrement les fleurs qui sont accessibles depuis une ouverture apicale entourée par 3 minuscules écailles (exemple type : ceux du figuier commun, Ficus carica). Les sycones sont axillaires, sessiles, produits habituellement par paire, sphériques ou ellipsoïdes, de 1,7 à 2, 8 cm de long et de 1,3 à 2 cm de diamètre, d’abord pubescents puis glabres, de couleur jaune à rouge à maturité. Les fleurs femelles et les fleurs mâles sont présentes conjointement dans le sycone. Pour la fructification il faut la présence d’un insecte pollinisateur. Comme chacun sait,  à chaque espèce de Ficus est associé un insecte spécifique de la famille des Agaonidae (dans le cas présent l’Eupristina altissima Balakrishnan § Abdurahiman, 1981) qui, à son tour,  ne peut se reproduire que si l’espèce de Ficus à laquelle il est associé est présent. Les fruits, minuscules, (des akènes) contiennent  une seule graine.

On reproduit cet arbre au moyen de ses graines qui doivent être plantées en surface dans un substrat organique, sableux,  maintenu constamment humide, à un emplacement bien éclairé et à la température de 22 à 24 °C. Dans la nature il peut d’abord croître sous forme d’épiphyte sur des palmiers ou d’autres arbres en entourant leurs troncs de ses racines qui rejoignent le sol et finissent  éventuellement par les « étrangler » après un certain nombre d’années. Dans certaines zones il est devenu invasif. On le reproduit aussi par bouturage au printemps et par marcottage au début de l’été.

Cette espèce, qui compte parmi les plus ornementales du genre Ficus, peut être cultivée en plein soleil ou sous un léger ombrage dans les zones aux climats tropical, subtropical et, de façon marginale, tempéré chaud où il semble qu’elle puisse résister pendant une très courte période à des températures d’environ -2 à -3 °C, mais au prix de dégâts du feuillage. Cet arbre n’est pas particulièrement exigeant en ce qui concerne le sol et résiste moyennement à la sécheresse. Il est utilisé comme arbre d’ombrage dans des parcs, des grands jardins et le long des routes. Il faut toutefois tenir soigneusement compte au moment de la plantation de son appareil racinaire superficiel et invasif. On doit donc choisir un emplacement suffisamment éloigné des constructions, des routes et des trottoirs. On l’emploie un peu, ainsi qu’une variété aux feuilles mouchetées,  comme plante en pot pour la décoration d’intérieurs, en le mettant à des emplacements les plus lumineux possible et en employant un substrat bien drainé et maintenu modérément humide, les températures hivernales devant être supérieures à 14 °C.

Localement les racines aériennes sont utilisées pour la fabrication de cordages. Le contact avec la sève qui contient du latex peut provoquer des irritations allergiques chez des individus particulièrement sensibles.

Synonymes : Ficus laccifera Roxb. (1832); Ficus latifolia Oken (1841).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MORACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.