Gazella cuvieri

Famille : Bovidae

GIANNI-2.gif
Texte © Dr. Gianni Olivo

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Gazella cuvieri, Bovidae, Gazelle de Cuvier

La Gazelle de Cuvier (Gazella cuvieri) est un artiodactyle rare de l’Afrique du Nord © Giuseppe Mazza

La désormais rare Gazelle de Cuvier ou Edmi (Gazella cuvieri Ogilby, 1841, famille des Bovidae), qui doit son nom scientifique à son découvreur, le Baron G.L. Cuvier (1769-1832), a une aire de distribution limitée aux chaînes montagneuses de l’Atlas et de l’Anti-Atlas, plus les collines de Bani, à l’extrémité Nord-Ouest du continent africain. Il s’agit par conséquent du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie où on peut même la rencontrer à des altitudes élevées et dans des zones où il peut neiger. Le nom local, “Edmi” ou “Idmi”, est, chose curieuse, également utilisé en Arabie et au Moyen-Orient (Israël, etc…) pour désigner une autre gazelle de montagne, la Gazella gazella.

Il est à noter à ce sujet que certains ont classé cette espèce en tant que sous-espèce de Gazella gazella alors que d’autres zoologues ont proposé de la considérer comme une sous-espèce de la Gazelle à front roux (Eudorcas rufifrons) et d’autres encore comme une sous-espèce de la Gazelle de Thomson (Eudorcas thomsonii) mais aujourd’hui on préfère la considérer comme une espèce à part entière.

Gazella cuvieri est un petit artiodactyle (Artiodactyla) aux formes élégantes dont la hauteur au garrot est de 65 à 70 cm et dont le poids va de 20 à 30 kg.

Sa robe est de couleur rougeâtre ou fauve mais tend souvent vers un gris plutôt foncé. Son pelage est épais, rugueux et relativement long. Il existe sur les flancs une bande noire ou foncée qui va de l’articulation de la patte avant à celle du membre postérieur. Cette bande s’élargit vers l’arrière et sépare la couleur foncée de la robe qui recouvre les flancs et le dos de la couleur blanche de la région ventrale.

Gazella cuvieri, Bovidae, Gazelle de Cuvier

Les deux sexes ont des cornes finement annelées d’environ 25 cm © Giuseppe Mazza

Sur le museau on voit nettement une petite tache foncée ou franchement noire et une rayure noire qui part de l’angle antérieur de l’oeil et se dirige vers l’extrémité du museau. L’extrémité de la queue, d’autre part, est noire et tranche sur la couleur blanche du miroir fessier (qui sert bien sûr de signal voulant dire “suis-moi” pour le petit ou la compagne ou le compagnon).

Il existe souvent au niveau des articulations des pattes des touffes bien visibles de poils plus longs.

Les deux sexes portent des cornes très épaisses à leur base et fortement annelées qui se dressent verticalement et sont presque parallèles mais qui décrivent, spécialement près de leur extrémité, une légère courbe dirigée vers l’avant et vers l’extérieur.

La longueur des cornes est en moyenne d’environ 25 cm mais des individus de sexe mâle en bonne santé et d’un certain âge (l’espérance de vie est d’environ 12 ans) peuvent avoir des cornes d’une taille bien plus grande. Le record de longueur enregistré officiellement est de 37,7 cm. Les femelles portent des cornes plus modestes, plus fines et presque droites.

C’est une antilope qui vit généralement en couple ou en petits troupeaux familiaux. Les naissances ont lieu en avril-mai au terme d’une gestation relativement longue (six mois). D’ordinaire un seul petit est mis bas mais les naissances de jumeaux ne sont pas rares.

Le régime alimentaire est mixte. Cette gazelle peut passer tranquillement du “grazing” et elle broute alors les herbes des prairies de montagne au “browsing” et elle arrache en ce cas des feuilles, des baies et des pousses de branches d’arbres ou d’arbustes.

Gazella cuvieri, Bovidae, Gazelle de Cuvier

Une Gazella cuvieri avec son petit. Elles vivent en couple ou en petits troupeaux familiaux © Giuseppe Mazza

Si l’occasion se présente elle part volontiers pour s’abreuver à la recherche de sources, de ruisseaux ou de simples flaques mais elle peut se contenter de moins d’eau en extrayant celle qui lui est nécessaire de la rosée et des végétaux dont elle se nourrit. Extrêmement agile elle est à son aise même dans des terrains inaccessibles au point qu’on peut la considérer, comme l’Oréotrague (Oreotragus oreotragus), comme une sorte de “chamois” de l’Afrique du Nord.

Bien qu’on puisse la rencontrer sur les sommets, à des altitudes de plus de 2000 m, son habitat préféré est constitué par des zones où la végétation est relativement dense ou même des zones forestières, surtout dans les vallons situés entre deux crêtes voisines.

Noms communs : Atlas mountain gazelle, Atlas gazelle (anglais), Gazzella di Cuvier ou Gazzella dell’Atlante (italien), Edmi Gazelle, Echtgazelle (allemand), Gacela de Cuvier (espagnol), Admi (Algérie), Edmi (arabe), Edem (Tunisie).

 

→ Pour des notions générales sur les ARTIODACTYLA voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de l’ordre des ARTIODACTYLA et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!