Gmelina macrophylla

Famille : Lamiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Gmelina macrophylla, Lamiaceae

Gmelina macrophylla est native de Nouvelle-Guinée où elle atteint 35 m de haut. Les inflorescences terminales en panicule de 15 à 30 cm ont des corolles blanc rosé et des drupes voyantes obovoïdes non comestibles dépassant souvent les 2 cm © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Australie (Queensland) et de la Nouvelle-Guinée où elle vit à la lisière des forêts pluviales ou dans des zones marécageuses jusqu’à environ 500 m d’altitude.

Le genre a été dédié par Linné au médecin et botaniste allemand Johann Georg Gmelin (1709-1755). Le nom de l’espèce est la combinaison de l’adjectif grec « macros » = grand, long et du substantif « phyllon » = feuille, l’explication étant évidente.

Noms communs : grey teak, white beech (anglais).

La Gmelina macrophylla (R. Br.) Benth. (1870) est un arbuste ou un arbre d’une hauteur pouvant atteindre environ 35 m, au tronc droit de 10 à 50 cm de diamètre et à l’écorce grisâtre fissurée verticalement. Les feuilles, portées sur un pétiole rainuré long de 1 à 3 cm, sont simples, opposées, oblongues-ovées avec un bord entier et un apex obtus ou pointu, longues de 10 à 35 cm, larges de 8 à 22 cm, coriaces, de couleur vert foncé en partie supérieure, vert pâle ou gris vert en partie basse, et comportent sur leur face inférieure deux glandes nectarifères placées à proximité du pétiole en bordure de la nervure centrale.

Les inflorescences, terminales, en panicule et longues de 15 à 30 cm portent de nombreuses fleurs subsessiles, hermaphrodites, de couleur blanche, blanc rosé ou rose pourpre qui ont un calice campanulé légèrement lobé, long de 0,5 cm, doté de glandes nectarifères noirâtres sur la surface externe, persistant et qui grossit légèrement avec le fruit. La corolle est tubuleuse, bilabiée et longue de 1,5 à 2,5 cm. La lèvre supérieure est bilobée. Ses lobes sont oblongs, longs d’environ 0,8 cm et larges de 0,4 cm. La lèvre inférieure est trilobée. Les lobes latéraux sont oblongs-ovés, longs de 0,5 à 0,8 cm et larges de 0,4 cm. Le lobe central est oblong, long d’environ 1 cm, large de 0,5 cm, de couleur rouge vif ou mauve avec une tache jaune à la base.

Les fruits sont des drupes obovoïdes, tronquées à l’apex, longues de 1,2 à 2,3 cm, d’un diamètre de 0,8 à 2 cm, d’abord de couleur verte puis rose-rouge, brillantes à maturité, avec une pulpe blanche qui s’oxyde rapidement au contact de l’air, au goût amer, non comestible et un endocarpe ligneux contenant de 1 à 5 graines.

On reproduit cette plante en semant ses graines dans un terreau organique complété par du sable ou de la perlite dans une proportion de 30 % et maintenu humide à la température de 24 à 26 °C. C’est une espèce décorative du fait de son feuillage et de ses infrutescences colorées mais presque inconnue en dehors de ses aires d’origine. Elle convient aux parcs et jardins des zones au climat tropical et subtropical humide. Elle a besoin d’une exposition en plein soleil ou d’un léger ombrage et de terrains drainants, de préférence sableux, riches en substances organiques et maintenus presque constamment humides.

Son bois, de bonne qualité, résistant et au grain assez grossier est utilisé dans les constructions, pour la réalisation de revêtements, de panneaux, d’éléments intérieurs d’embarcation, de meubles et d’objets artisanaux.

Synonymes : Vitex macrophylla R.Br. (1810) ; Vitex dalrympleana F.Muell. (1864) ; Ephialis simplicifolia Sol. ex Seem. (1865); Gmelina dalrympleana (F.Muell.) H.J.Lam (1919).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LAMIACEAE cliquez ici.