Gomphosus varius

Famille : Labridae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 


Traduction en français par Virginie Thiriaud

 

Gomphosus varius, Labridae, Labre oiseau

Le Gomphosus varius, présent de la partie extrême orientale de l’océan Indien à l’Océanie, peut atteindre 32 cm de longueur © Giuseppe Mazza

Le Labre oiseau (Gomphosus varius Lacepède, 1801) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’immense ordre des Perciformes, et à la vaste famille des Labridae.

Le nom du genre Gomphosus vient du grec “γονφοσ” (gomphos) = clou : en raison de l’apparence du museau, tandis que le nom de l’espèce varius signifie varié, changeant, en latin, avec une référence claire à son dimorphisme sexuel alternant.

Chez les poissons, il peut y avoir un hermaphrodisme protogynique, les femelles devenant des mâles en grandissant comme c’est le cas pour la girelle (Coris julis), ou protandrique, les mâles devenant des femelles comme pour la dorade royale (Sparus aurata) ou des poissons-clowns comme l’Amphiprion percula. Ici nous avons affaire à des animaux qui peuvent changer de sexe et donc de livrée plusieurs fois au cours de leur vie. On parle alors d’hermaphrodisme alternant.

Gomphosus varius, Labridae, Labre oiseau

Il existe un remarquable dimorphisme sexuel, les femelles étant très semblables, dans leur jeunesse, à celles du Gomphosus caeruleus © Graham Edgar

Il est évident qu’avec toutes les livrées intermédiaires et la parenté étroite avec le Gomphosus caeruleus, dont la phase juvénile des femelles est presque identique, la détermination n’est pas toujours facile et le seul élément distinctif sûr est dans ce dernier cas la région d’origine. Et comme si cela ne suffisait pas, cet incontrôlable Gomphosus varius s’hybride à l’état sauvage avec le Thalassoma lunare et le Thalassoma duperrey.

Zoogéographie

Avec un vaste chevauchement de l’aire de répartition du Gomphosus caeruleus, de l’Inde à la zone frontalière entre l’océan Indien et le Pacifique, le Gomphosus varius s’étend bien plus loin à l’Est. On le trouve dans tout le Pacifique tropical, à titre indicatif en Océanie : depuis la Grande Barrière de Corail australienne et la Papouasie-Nouvelle-Guinée jusqu’à Hawaï, Kiribati, la Polynésie française et les îles Pitcairn qui, alignées avec la Nouvelle-Calédonie, marquent la limite Sud de l’espèce, tandis que vers le nord elle atteint les côtes de la Chine et les îles méridionales du Japon.

Gomphosus varius, Labridae, Labre oiseau

Une livrée intermédiaire. Le Gomphosus varius est une espèce à hermaphrodisme alternant. Les femelles, en grandissant, peuvent changer de sexe et donc de livrée. Rien d’inhabituel pour des Labridae, mais si nécessaire, elles peuvent redevenir des femelles. Enfin, il existe des hybrides avec Thalassoma lunare et Thalassoma duperrey © Giuseppe Mazza

Ecologie-Habitat

Il nage en solitaire parmi les formations madréporiques à une profondeur comprise entre 1 et 35 m, bien qu’il soit plus fréquent entre 2 et 30 m, où la température de l’eau est généralement de 24 à 28 °C, fréquentant les lagunes, les atolls mais aussi les surplombs sur le bord extérieur des récifs. Parfois, les juvéniles se trouvent aussi dans les prairies sous-marines.

Morpho-physiologie

Avec son corps aplati latéralement et le museau tubulaire, formé par l’allongement démesuré des mâchoires, utile pour la recherche de nourriture dans les anfractuosités, il atteint 32 cm queue comprise.

Il n’est pas facile de décrire la livrée en constante évolution avec l’âge et les changements de sexe.

Gomphosus varius, Labridae, Labre oiseau

Un jeune. Dans la première phase, l’apparence est très différente. A part les bandes de camouflage, l’œil est beaucoup plus grand et le museau doit encore s’allonger © Rick Stuart-Smith, Reef Life Survey

Après la première phase juvénile, complètement différente de celle des jeunes qui, en taille réduite, présentent déjà la physionomie des adultes, les deux sexes présentent la même livrée délavée, brun-grisâtre, avec un museau tubulaire rouge-orangé dans sa partie supérieure. Hormis les petites taches pâles de la nageoire anale, qui sont ici rondes et ne concernent que les premiers rayons, leur aspect est très semblable à celui des femelles de Gomphosus caeruleus.

Même si la taille augmente, l’apparence des femelles ne changera pas beaucoup, tandis que les mâles adultes se colorent de vert, bleu et turquoise avec une caractéristique bande jaune très voyante après l’opercule, près des nageoires pectorales translucides avec 15 à 17 rayons inermes et un trait bleu parallèle au bord.

La nageoire dorsale présente 8 rayons épineux et 13 inermes, l’anale 3 rayons épineux et 11 mous. La nageoire caudale est tronquée mais a souvent tendance à devenir fourchue chez les mâles adultes. Les nageoires pelviennes sont grisâtres et translucides.

Gomphosus varius, Labridae, Labre oiseau

Comme c’est le cas pour le Gomphosus caeruleus, les vieux mâles peuvent également présenter des excroissances sur la partie supérieure du museau. Ils capturent petits crustacés, mollusques, étoiles de mer et petits poissons. Les plus grandes proies, retenues par leurs canines crochues, sont brisées par des coups répétés contre des pierres © Giuseppe Mazza

Éthologie-Biologie reproductive

Les Gomphosus varius se nourrissent de petits invertébrés, principalement des crustacés mais aussi de petits mollusques, des étoiles de mer et des petits poissons qu’ils attrapent dans les anfractuosités grâce à leur longue bouche protractile, comme chez tous les Labridae, avec de petites canines crochues pour retenir leurs proies. Si celle-ci est trop grande, on les a vus la rompre grâce à des coups énergiques répétés contre des pierres ou des madrépores. Actifs pendant la journée, ils passent la nuit cachés parmi les coraux ou même ensablés.

La reproduction a lieu pendant la nage et les œufs fécondés sont abandonnés aux courants. Si une population est décimée par les événements, la résilience est médiocre, avec un doublement de la population restante en 1,4 à 4,4 ans. L’indice de vulnérabilité de l’espèce est aujourd’hui (2020) relativement modéré, avec une note de 44 sur une échelle de 100.

Synonymes

Gomphosus tricolor Quoy & Gaimard, 1824.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

error: Content is protected !!